Israël en guerre - Jour 196

Rechercher

La Saint-Valentin, « slogan des infidèles », interdite par les talibans

Dès leur retour en août 2021, les talibans sont revenus à l'interprétation ultra-rigoriste de l'islam qui avait marqué leur premier passage au pouvoir

Des femmes en burqa achètent des cadeaux dans une boutique à l'occasion de la Saint Valentin à Jalalabad, le 14 février 2023. (Crédit :  Shafiullah KAKAR / AFP)
Des femmes en burqa achètent des cadeaux dans une boutique à l'occasion de la Saint Valentin à Jalalabad, le 14 février 2023. (Crédit : Shafiullah KAKAR / AFP)

Entourés de centaines de roses rouges, les fleuristes de Kaboul et les jeunes vendeurs de ballons en forme de coeur se désespèrent : en Afghanistan, célébrer la Saint-Valentin a été interdit par le régime taliban.

Les vitrines de la rue de la capitale connue pour abriter des dizaines de fleuristes sont remplies de bouquets de fleurs carmin, de peluches rouge flamboyant et de guirlandes de coeur, mais les boutiques restaient mardi désertées par les clients, ont constaté des journalistes de l’AFP.

Sur une devanture, une affiche du ministère de la Prévention du vice et de la Promotion de la vertu ordonne d' »éviter de célébrer la fête des amoureux ».

« Le jour des amoureux n’est pas islamique et ne fait pas partie de la culture afghane, mais est un slogan publicitaire des infidèles. Célébrer la fête des amoureux, c’est faire preuve de sympathie envers le pape chrétien », peut-on lire.

La Saint-Valentin n’a jamais été largement célébrée en Afghanistan, mais certains habitants aisés des grandes villes marquaient l’événement ces dernières années.

Revêtus de tabliers blancs, des agents du ministère de la Prévention du vice et de la Promotion de la vertu patrouillent dans le quartier, escortés de gardes armés pour veiller au respect de l’interdiction.

Agenouillé devant son échoppe, Omar enlève les épines et les pétales flétries, mais n’a guère espoir d’écouler son stock: « Comme vous pouvez le voir nous n’avons pas de clients, la situation est très mauvaise ».

Des vendeurs afghans vendent des fleurs dans la rue à l’occasion de la Saint-Valentin à Shar-e-Naw, près de Kaboul, le 14 février 2023. (Crédit : Wakil KOHSAR / AFP)

« Avant, nous avions beaucoup de clients, ils achetaient des fleurs (…) Mais la situation économique des habitants ne leur permet pas de s’acheter des fleurs et ils ne sont pas autorisés à en acheter », commente Omar, la mine sombre.

« L’Emirat islamique d’Afghanistan n’a pas autorisé la population à célébrer la Saint-Valentin, donc nous avons moins de clients », observe son confrère Fayaz.

Le ministère n’a pas pu être joint pour expliquer la décision.

En dépit de leurs promesses de se montrer plus souples à la faveur de leur retour aux affaires en août 2021, les talibans sont revenus à l’interprétation ultra-rigoriste de l’islam qui avait marqué leur premier passage au pouvoir (1996-2001).

Un journaliste de l’AFP a vu un jeune couple acheter furtivement des fleurs et quitter rapidement les lieux lorsqu’ils ont vu la patrouille de la police des mœurs.

« J’ai fait un mariage d’amour, nous célébrons ce jour tous les ans (…) Mais la situation a changé et nous ne pouvons pas le fêter comme les autres années », déplore Zahrah. « Mais nous le fêterons à la maison », assure la trentenaire.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.