Rechercher

La saison 2 de « Russian Doll » promet encore plus de contenu juif

Dans les nouveaux épisodes de la série Netflix, le personnage campé par Natasha Lyonne va voyager dans le temps et revivre la Shoah endurée par sa grand-mère hongroise

Natasha Lyonne dans la bande-annonce de la saison 2 de "Russian Doll". (Crédit : Capture d'écran/Netflix)
Natasha Lyonne dans la bande-annonce de la saison 2 de "Russian Doll". (Crédit : Capture d'écran/Netflix)

JTA – Dans quelques semaines à peine, l’attente pénible et prolongée par une pandémie va enfin se terminer : la deuxième saison de « Russian Doll » sera finalement disponible sur Netflix à partir du 20 avril 2022.

À en croire plusieurs nouveaux teasers très alléchants, il semble que l’attente en aura valu la peine pour les fans juifs.

Dans un portrait récent de Natasha Lyonne publié dans le New Yorker, la journaliste Rachel Syme a expliqué qu’une partie de la nouvelle saison de « Russian Doll » comprendra un voyage dans le temps.

« Au cours des sept épisodes, dont une partie a été tournée à Budapest, Nadia continue à remonter dans le passé, reliant les points entre son propre sentiment de dislocation, les problèmes de santé mentale de sa mère et l’expérience de la Shoah vécue par sa grand-mère hongroise », écrit-elle.

En effet, non seulement la nouvelle saison de « Russian Doll » continuera à explorer la judéité de Nadia, mais il est fort possible que nous rencontrions la grand-mère hongroise de son personnage, qui a survécu à la Shoah et qui est basée, en partie, sur la grand-mère maternelle réelle de Natasha, Ella.

« Lyonne a admis qu’une exploration sérieuse des traumatismes héréditaires pourrait ne pas trouver d’écho auprès de tous les fans de la première saison plutôt joviale de ‘Russian Doll' », a déclaré Syme.

Ne vous inquiétez pas, Natasha : nous sommes prêts à soutenir toute exploration du traumatisme générationnel juif.

Le portrait du New Yorker contient d’autres anecdotes juives fascinantes sur Lyonne :

  • Elle vit dans une synagogue reconvertie. Son appartement de Manhattan occupe un espace au-dessus d’une congrégation orthodoxe active.
  • L’un des plus grands moments de sa vie a été l’invitation à la lire « Coney Island Baby » lors du service commémoratif de 2013 pour la star de la musique juive Lou Reed.
  • Elle fréquente la réalisatrice juive Janicza Bravo.
  • Pendant sa jeunesse en Israël, Lyonne a travaillé comme « ring girl » lors d’un match de boxe à Tel Aviv.
  • L’un des objectifs professionnels de Lyonne, actuellement non réalisé, est de faire un film sur le temps qu’elle a passé en Israël. Selon elle, ce serait comme « ‘Paper Moon’, mais avec des Juifs ».
  • Elle décrit ses parents comme « des moutons noirs rock-and-roll issus de familles juives conservatrices ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...