La Slutwalk de Chicago autorisera les symboles sionistes
Rechercher

La Slutwalk de Chicago autorisera les symboles sionistes

Les organisateurs de l'événement avaient fait savoir auparavant qu'ils empêcheraient les participants d'arborer des symboles perçus comme 'nationalistes'

Participants à la Gay Pride de San Francisco avec un drapeau arc-en-ciel orné d'une étoile de David, le 30 juin 2014. Illustration. (Crédit : Wikimedia Commons/via JTA)
Participants à la Gay Pride de San Francisco avec un drapeau arc-en-ciel orné d'une étoile de David, le 30 juin 2014. Illustration. (Crédit : Wikimedia Commons/via JTA)

Les organisateurs de la marche annuelle de la SlutWalk ont annoncé que les symboles sionistes seraient autorisés lors de l’événement prévu le 12 août, revenant sur une décision intérieure qui interdisait aux participants de porter des pancartes religieuses de ce type.

S’adressant à Haaretz, l’un des organisateurs de l’événement, Red, a expliqué que le défilé serait ouvert à tous ceux qui désiraient manifester contre la culture du viol, et également à ceux qui choisiraient d’afficher des symboles sionistes ou juifs. L’organisateur a ajouté qu’il pensait que le comité d’organisation de Chicago devrait présenter ses excuses pour son interdiction précédemment formulée.

« Nous n’interdisons pas les symboles ou toute forme de drapeau ethnique ou représentant un héritage », a dit Red à Haaretz.

« Ces derniers sont les bienvenus, tout le monde est le bienvenu pour s’exprimer et s’identifier à la démarche de SlutWalk. Et nous encourageons les gens à amener des pancartes et des symboles qui représentent la lutte contre le sexisme, le patriarcat, la culture du viol, et cela prendra énormément de formes différentes pour des gens différents, et nous soutiendrons la manière dont ils décideront de se montrer pour la SlutWalk ».

L’organisation responsable de la SlutWalk de Chicago avait à l’origine interdit les symboles sionistes dans un communiqué du 16 juillet, moins d’un mois après que les responsables d’un autre défilé dans la ville, fêtant la communauté lesbienne, a interdit à trois femmes d’arborer des drapeaux aux couleurs de la fierté juive.

« Nous nous alignons sur la décision prise par @DykeMarchChi de supprimer le contingent sioniste de son événement, et nous ne permettrons pas de symboles sionistes d’infiltrer le nôtre », disait le communiqué officiel des responsables de la SlutWalk de Chicago sur Twitter, ajoutant que « tous les participants seront bien protégés et ainsi les gens brandissant des symboles sionistes ou nationalistes de manière similaire seront éjectés [de l’événement].

Selon Haaretz, les organisateurs de la SlutWalk ont expliqué plus tard à leurs membres issus des communautés juive et musulmane que l’événement serait inclusif de toutes les sensibilités.

« En tant que féministe moi-même, je me sens très fortement touché par la libération palestinienne et la résistance juive radicale », a dit Red à Haaretz. « Je me sens très concerné par ces sujets mais je pense qu’au sein de l’organisation SlutWalk de Chicago, nous avons des excuses à faire au sujet de la confusion entraînée par certains de nos tweets ».

La marche SlutWalk est un événement qui se déroule dans de multiples villes à travers le monde et qui a pour objectif d’attirer l’attention sur les droits des femmes et sur le harcèlement sexuel largement présent.

Le 24 juin, les organisateurs de la 21ème édition de la marche annuelle Dyke March, à Chicago, avaient fait savoir à trois femmes que les drapeaux aux couleurs de l’arc en ciel, arborant en leur centre une étoile de David, étaient une provocation pour certaines personnes qui l’avaient trouvé offensant.

Un membre du collectif de la Dyke March avait indiqué au Windy City Times que les femmes avaient reçu l’ordre de partir parce que les drapeaux « créaient un sentiment d’insécurité chez les participants » et que cette marche était « anti-sioniste » et pro-palestinienne. »

Plus de 1 500 membres de la communauté LGBTQ et leurs soutiens avaient participé à la marche.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...