« La SNCF sous l’Occupation » : un documentaire sur son rôle pendant la Shoah
Rechercher

« La SNCF sous l’Occupation » : un documentaire sur son rôle pendant la Shoah

Alors sous contrôle de l’Etat français collaborationniste, la compagnie de trains a transporté environ 76 000 Juifs et 86 000 prisonniers politiques vers les camps de la mort

Des officiers nazis à la gare de Marseille au départ d’un convoi de déportation, en juillet 1943. (Crédit : ZADIG PRODUCTION/LES FILMS DE L'AQUEDUC)
Des officiers nazis à la gare de Marseille au départ d’un convoi de déportation, en juillet 1943. (Crédit : ZADIG PRODUCTION/LES FILMS DE L'AQUEDUC)

Fin novembre, France 3 a diffusé le documentaire « La SNCF sous l’Occupation », réalisé par Catherine Bernstein.

Alors qu’en 2011 Guillaume Pepy, PDG de la SNCF jusqu’en octobre dernier, reconnaissait que l’entreprise avait été « un rouage de la machine nazie », le documentaire revient sur ce pan de l’histoire française. Il est disponible jusqu’au 22 décembre sur le site de replay France.tv.

« Les chemins de fer occupent une place centrale dans l’histoire de la France moderne, explique la note d’intention du film. L’ensemble du réseau ferroviaire français est semblable aux veines qui irriguent un corps humain. Paris est au centre de ces lignes qui relient les territoires et alimentent le pays en marchandises et en matériaux. C’est ainsi qu’à la fin du mois de juin 1940, alors que le pays s’effondre sous les coups d’une offensive allemande, les chemins de fer et leurs 400 000 employés vont jouer un rôle central sous l’Occupation. L’histoire de la SNCF est racontée, de la fondation de la compagnie ferroviaire en 1936 aux premières grèves des cheminots en 1947. »

Alors sous contrôle de l’Etat français collaborationniste, la SNCF a transporté environ 76 000 Juifs et 86 000 prisonniers politiques vers les camps de la mort.

L’entreprise comptait également dans ses rangs de nombreux résistants. Selon la société, 800 cheminots ont été abattus par les nazis pour avoir refusé les ordres, et plus de 1 200 d’entre eux ont été conduits vers les camps nazis pour actes de sabotage ou résistance. La France a reconnu leur courage en récompensant la SNCF de la Croix de Guerre et de la Légion d’honneur pour ces actes héroïques.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...