Israël en guerre - Jour 288

Rechercher

La Suisse veut qualifier le Hamas d’organisation terroriste

Le Conseil fédéral a affirmé que "la Suisse se tient à disposition pour soutenir tout effort dans la région œuvrant à une désescalade"

Le président Isaac Herzog, à gauche, et son homologue suisse Ignazio Cassis à Bern, en Suisse, le 29 août 2022. (Crédit : Haïm Zach/GPO)
Le président Isaac Herzog, à gauche, et son homologue suisse Ignazio Cassis à Bern, en Suisse, le 29 août 2022. (Crédit : Haïm Zach/GPO)

Le gouvernement fédéral suisse « est d’avis que le Hamas doit être qualifié d’organisation terroriste » et examine les options juridiques à sa disposition, a annoncé mercredi le Conseil fédéral dans un communiqué.

Dans le même temps, « la Suisse se tient à disposition pour soutenir tout effort dans la région œuvrant à une désescalade », a-t-il ajouté.

« Le Conseil fédéral s’est penché sur les récentes attaques choquantes menées par le Hamas contre des civils en Israël depuis la Bande de Gaza. Il condamne avec la plus grande fermeté ces actes terroristes et appelle à la libération immédiate des otages détenus par le Hamas », peut-on lire dans le communiqué du Conseil fédéral diffusé à l’issue d’une réunion mercredi.

C’est « la task-force Proche-Orient », créée dans le sillage des attaques du Hamas en Israël et de la riposte de l’Etat hébreu, qui sera chargée d’étudier les options permettant de qualifier le groupe islamiste de « terroriste ».

Le conseil n’a pas donné de calendrier à ce sujet.

Lundi encore, tandis que les appels des organisations juives suisses mais aussi du premier parti dans la Confédération helvétique – l’UDC – se faisaient plus pressants pour interdire le Hamas, le ministre des Affaires étrangères Ignazio Cassis expliquait qu’il était difficile pour la Suisse de sauter le pas à l’instar de la désignation retenue dans l’UE ou aux États-Unis.

Le Conseil fédéral considère qu’il ne peut interdire que des organisations qui le sont également par l’ONU, avait alors expliqué Cassis au cours d’un point de presse.

« Nous l’avions fait en 2015 pour Al-Qaïda dans une loi spéciale qui s’est arrêtée à la fin de l’année passée », a-t-il dit.

De ce fait, seuls Al-Qaïda, le groupe État islamique (EI) et quelques organisations apparentées sont actuellement prohibés en Suisse.

L’UDC – la droite dure dans le paysage politique suisse – demande que les adhérents du Hamas et leurs sympathisants qui se trouvent en Suisse soient immédiatement placés sous la surveillance des services de renseignement de la Confédération helvétique.

Toutes les tentatives devant le Parlement en vue d’une telle interdiction du Hamas ont échoué jusqu’à présent mais une commission de sa chambre basse a aussi fait une proposition en ce sens en début de semaine.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.