Israël en guerre - Jour 232

Rechercher
Nécrologie

Décès de la survivante de la Shoah et historienne, Nehama Tec

Son livre sur les partisans Bielski a mis en lumière leur lutte victorieuse contre les nazis et a été adapté en 2008 dans "Les Insurgés", un film mettant en scène Daniel Craig

Nehama Tec, auteure du livre "Defiance : The Bielski Partisans" adapté en 2008 dans un film réalisé par Edward Zwick avec Daniel Craig, à droite. (Crédit : Archives des femmes juives via JTA)
Nehama Tec, auteure du livre "Defiance : The Bielski Partisans" adapté en 2008 dans un film réalisé par Edward Zwick avec Daniel Craig, à droite. (Crédit : Archives des femmes juives via JTA)

JTA – Nehama Tec, survivante de la Shoah et historienne dont le livre sur un groupe de Juifs de Biélorussie qui ont réussi à défier les nazis a été adapté dans le film « Les Insurgés » en 2008, est décédée le 3 août à New York, des suites d’une maladie, à l’âge de 92 ans.

Tec, membre de l’une des trois seules familles juives de Lublin, en Pologne, à être sortie indemne de la Shoah sur une population d’environ 40 000 personnes avant la guerre, a fait partie pendant des dizaines d’années de la faculté de sociologie de l’université du Connecticut à Stamford. Elle a notamment publié Resilience and Courage : Women, Men, and the Holocaust (« Résilience et courage : Les femmes, les hommes et la Shoah »), en 2003 et When Light Pierced the Darkness : Christian Rescue of Jews in Nazi-Occupied Poland (« Quand la lumière a percé les ténèbres : Le sauvetage des Juifs par les chrétiens dans la Pologne occupée par les nazis »), en 1986.

Avant l’adaptation cinématographique de son livre de 1993, Defiance : The Bielski Partisans (« Défi : Les partisans Bielski »), Tec était surtout connue dans le monde universitaire et dans la communauté très unie des survivants américains de la Shoah.

La version cinématographique de Defiance a été réalisée par Edward Zwick avec Daniel Craig et Liev Schreiber dans les rôles des frères Bielski, Tuvia et Zus. Sous la direction des frères, des partisans juifs ont sauvé des Juifs de l’extermination et combattu les occupants allemands et leurs collaborateurs dans ce qui est aujourd’hui l’ouest de la Biélorussie.

Les historiens connaissaient depuis longtemps les soulèvements des camps d’Auschwitz et de Treblinka, en plus de la rébellion plus connue du ghetto de Varsovie menée par Mordehaï Anielewicz, mais l’histoire des Bielski diffère fondamentalement en ce qu’elle a été couronnée de succès.

Lorsque Tec a entrepris d’écrire un livre sur les frères Bielski, elle a cherché à combler les omissions et à corriger les distorsions créées par leur exclusion quasi-totale des récits historiques de la Shoah.

« L’omission est le silence ostensible sur les Juifs qui, tout en étant eux-mêmes menacés de mort, en sauvaient d’autres », écrit Tec dans l’introduction de Defiance.

« La déformation est la description commune des Juifs européens comme des victimes qui sont allées passivement à la mort », avait-elle écrit.

Au cours de ses cinq décennies de carrière à l’université du Connecticut, Tec a reçu de nombreuses récompenses pour ses publications, dont une nomination au prix Pulitzer pour Resilience and Courage. En 1994, elle a reçu le prix international Anne Frank Special Recognition pour Defiance. Elle a été membre du conseil consultatif de l’Institut YIVO pour la recherche juive à New York. En 2002, elle a été nommée par le président George W. Bush au conseil du United States Holocaust Memorial Museum à Washington.

Née le 15 mai 1931 de Roman Bawnik et Esther (Hachamoff) Bawnik, Tec avait 8 ans lorsque les Allemands sont arrivés à Lublin. Sa sœur et elle ont survécu trois ans en se faisant passer pour les nièces d’une famille catholique ; ses parents ont également survécu à la guerre en se cachant dans des maisons et en échappant à la détection des Allemands.

Ses parents ont également survécu à la guerre en se cachant dans des maisons et en échappant à la détection allemande. « Une couche supplémentaire de secret, combinée à la peur d’être découverte, est devenue partie intégrante de mon être », avait-elle écrit à propos de ces années dans ses mémoires de 1982, Dry Tears: The Story of a Lost Childhood (« Larmes sèches : L’histoire d’une enfance perdue »).

« Toute ma vie a tourné autour de la dissimulation ; dissimuler mes pensées, dissimuler mes sentiments, dissimuler mes activités, dissimuler des informations », avait-elle écrit.

Après la guerre, Tec a immigré en Israël, où elle a épousé Leon Tec, un pédopsychiatre de renom. Plus tard, ils se sont installés aux États-Unis, où elle a obtenu sa licence, sa maîtrise et son doctorat à l’université de Columbia, où elle a enseigné pendant une dizaine d’années. Elle a commencé à enseigner dans le Connecticut en 1974.

Le couple a eu deux enfants, dont l’un – le fils Roland – a co-produit le film « Defiance ». Sa fille, Leora Tec, est la fondatrice et directrice de Bridge To Poland, une organisation qui vise à améliorer les relations entre les Juifs et les Polonais non-juifs.

Le mari de Tec est décédé en 2013 mais elle laisse derrière elle deux enfants.

Tec n’a rencontré Tuvia Bielski qu’une seule fois, à Brooklyn, New York, quelques semaines avant sa mort en 1987. Dans une interview accordée à la JTA en 2009, elle rappelait que le charisme légendaire de Bielski était une évidence, même s’il était vieux et fragile.

« Il chuchotait », s’était-elle souvenue. « J’ai pensé que mon magnétophone n’obtiendrait rien. J’essayais de faire circuler l’information. Et au fur et à mesure qu’il revenait sur son passé, il est [re-] devenu, sous mes yeux, la personne qu’il était, ce leader charismatique, qui a un pouvoir absolu dans l’unité. »

« Quand il entrait dans la pièce, il la remplissait de lui-même », avait-elle ajouté.

Si Tec s’est réjouie que le film offre un contrepoint aux allégations de passivité juive pendant la Shoah, elle s’est également opposée à ce qu’elle a appelé l’impulsion de blâmer la victime.

« L’antisémitisme fait partie de nous ; c’est comme une dépendance perpétuelle et chronique de l’humanité », avait-elle déclaré à la JTA.

« On ne peut pas apprendre ce qu’est l’antisémitisme en examinant ce que les antisémites nous disent, car cela ne repose pas sur des faits. Cela repose sur leur besoin de blâmer quelqu’un pour quelque chose qu’ils n’ont pas fait. »

Un service commémoratif pour Tec à la Plaza Memorial Chapel de Manhattan est prévu pour le 1er octobre.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.