La technologie israélienne veut projeter des « rayons de lumière » vers le monde
Rechercher

La technologie israélienne veut projeter des « rayons de lumière » vers le monde

Du Dôme de fer au cannabis médical, fidèle à la tradition juive, l'ingéniosité israélienne répare le monde et veut le rendre meilleur

Une serre à Los Pinos, au Mexique, le plus grand projet de tomates sous serres du pays, développé avec l'irrigation au goutte-à-goutte Netafim et la technologie israélienne (Crédit : autorisation Netafim)
Une serre à Los Pinos, au Mexique, le plus grand projet de tomates sous serres du pays, développé avec l'irrigation au goutte-à-goutte Netafim et la technologie israélienne (Crédit : autorisation Netafim)

En cette année anniversaire des 70 ans d’Israël, la nation fait le bilan de ses réalisations, des étapes démocratiques aux avancées politiques, sécuritaires, scientifiques et artistiques.

Il est donc tout à fait logique qu’un nouveau livre explique comment les technologies israéliennes ont un impact global sur le monde.

Tu innoveras, comment l’ingéniosité israélienne répare le monde a été écrit par Avi Jorisch, un membre du conseil américain de politique étrangère, spécialisé dans l’histoire et la philosophie islamiques. Il est également l’auteur de quatre livres, dont un qui explique le financement du terrorisme, et un autre sur Al-Manar, la chaîne de télévision officielle du Hezbollah.

L’idée du livre sur l’innovation israélienne « a commencé à germer en 2014 », a déclaré Jorisch dans une interview téléphonique. Né dans une famille de survivants de la Shoah ayant des liens historiques, culturels et religieux étroits avec Israël, il a grandi à New York mais a passé des années à vivre et à étudier en Israël.

Avi Jorisch, auteur du livre « Tu innoveras, comment l’ingéniosité israélienne répare le monde » (Crédit : Elysees Eye Productions)

Jorisch était en Israël à l’été 2014 pendant la guerre de Gaza lorsque des terroristes islamistes du Hamas ont lancé des roquettes sur Israël. C’est alors que, se précipitant vers un abri avec son fils, il a été témoin direct du système de défense antimissile du Dôme de fer d’Israël qui a intercepté les missiles.

« Pendant les sept semaines suivantes, les sirènes ont explosé et cette situation se répétait. La peur n’a jamais disparu, mais ma famille, comme le reste d’Israël, a trouvé du réconfort dans le Dôme de fer. J’ai été émerveillé par cette invention », a écrit Jorisch.

Peu de temps après, « presque par hasard », il a commencé à remarquer d’autres innovations israéliennes, qui, a-t-il dit, contribuent à « faire une réelle différence en rendant le monde meilleur ».

Il a remarqué que dans les accidents de la circulation, les ambucycles – motos réaménagées en ambulances – apparaissaient rapidement. Son jardinier de Jérusalem a attiré son attention sur un irrigateur au goutte-à-goutte qui économise de l’eau. L’un de ses collègues atteints de Parkinson a commencé à subir une stimulation cérébrale profonde avec un dispositif conçu par un couple arabe de Nazareth pour aider à atténuer les symptômes. Il a alors décidé d’enquêter sur les technologies israéliennes qui se démarquent.

Et il a été totalement surpris par ses découvertes.

Des soldats israéliens montent la garde à côté du système de défense Iron Dome dans le centre d’Israël le 14 novembre 2017. (Crédit : AFP / Jack Guez)

« Je ne connaissais pas l’ampleur de l’impact de la technologie israélienne sur le monde. Ça a été une surprise pour moi », a déclaré Jorisch.

Pour son livre, Jorisch a sélectionné 15 technologies et leurs créateurs dans des domaines aussi variés que l’irrigation au goutte-à-goutte, l’énergie solaire, la défense, l’agriculture et la cyber-sécurité. « J’ai choisi ces quinze-là parce qu’ils m’ont parlé d’une manière très intéressante », a-t-il déclaré lors de l’interview. « Ils m’ont secoué et ils m’ont inspiré. Et ils apportent quelque chose a monde », a-t-il dit.

À la fin du livre, en annexe, Jorisch énumère les 50 plus grandes contributions technologiques d’Israël au monde. « J’aurais très facilement pu aller jusqu’à 100, 200, 300 », a-t-il dit. « Trouver des technologies qui ont un impact sur le monde n’était pas le défi », a-t-il expliqué, « ce qui était difficile était de réduire cette liste à 15 ».

Le personnel de secours se rend sur les lieux d’une attaque à l’arme blanche dans le quartier A-Tur de Jérusalem-Est le 11 août 2016 (Crédit : United Hatzalah)

Parmi ses 15 innovations, citons le pare-feu de Check Point Software Technologies qui protège les entreprises contre les attaques de cyber-sécurité; le système de chauffage solaire de l’eau de Harry Zvi Tabor; et la découverte par Raphaël Mechoulam de la structure chimique de la marijuana, qui a permis la création de médicaments pour soigner divers problèmes.

Figurent également dans cette liste le travail de Michel Revel, qui a reçu la bénédiction du rabbin Chabad Lubavitcher, Menachem Mendel Schneerson, pour étudier les prépuces, menant au développement de Rebif, un médicament clé pour traiter la sclérose en plaques; Grain Cocoon de Shlomo Navarro, un sac hermétiquement fermé pour préserver les grains et le riz; et la cartographie par Yossi Leshem du milliard d’oiseaux qui survolent Israël, afin d’éviter les collisions avec les avions (son travail est aujourd’hui la norme mondiale pour empêcher les oiseaux de s’écraser contre les avions).

Basé sur des entretiens passés avec plus de 100 personnes, y compris les innovateurs eux-mêmes, les décideurs, les ingénieurs et les membres des think tanks impliqués, le livre raconte l’histoire des innovations et des innovateurs. Ces technologies sont utilisées aujourd’hui dans le monde entier.

Un fil conducteur émerge de ces histoires : le lecteur se rend compte que ces entreprises et produits ont été élaborés grâce à une combinaison magique de chance et de détermination face aux sceptiques, de volonté de réussir, l’identification d’un besoin, la motivation personnelle, et les bons partenaires.

L’importance du service militaire dans l’évolution des entrepreneurs est un autre dénominateur commun qui ressort des histoires racontées par Jorisch, tout comme le rôle du gouvernement, qui a eu la perspicacité de soutenir certains développements à travers ses programmes d’incubation.

Un projet de canne à sucre au Pérou qui utilise les systèmes d’irrigation au goutte-à-goutte Netafim (Crédit : autorisation Netafim)

Simcha Blass a eu l’idée de l’irrigation au goutte-à-goutte au début les années 1930, quand il est allé rendre visite à un ami chez lui à Karkur, une ville près de Haïfa. Il a remarqué, alors qu’il dînait à l’extérieur, que parmi des arbres semblables, l’un était plus gros que les autres.

« Intrigué, Blass a commencé à regarder autour de lui », écrit Jorisch dans le livre. « Ce qu’il a vu l’a surpris : la couche arable était complètement sèche, mais un robinet de la région d’où s’échappait de l’eau avait trempé le système racinaire sous le grand arbre. Il a commencé à creuser et a trouvé une zone humide en forme d’oignon qui gardait le sol humide, avec presque aucune évaporation de surface. L’irrigation au goutte-à-goutte est maintenant utilisée par les agriculteurs du monde entier pour améliorer leurs récoltes. »

Dans une autre histoire, il raconte comment un policier sur une moto a donné à Eli Beer une contravention car il parlait sur son téléphone portable, coincé dans la circulation. Ce qui a donné à Beer l’idée de fournir aux premiers secours des motos réaménagées pour les aider à traverser la circulation, inaugurant la création du service d’urgence United Hatzalah.

Le PDG de Check Point, Gil Shwed, prend la parole à la Conférence et exposition Cybertech Israël, à Tel Aviv le 31 janvier 2017. (Crédit : Miriam Alster / Flash90)

Le fondateur de Check Point Software, Gil Shwed, qui, après son service militaire effectué dans l’unité de renseignement 8200, a refusé d’aller à l’université, au grand désespoir de ses parents, avait la clairvoyance de penser dans les années 1990 – quand Internet était encore utilisé principalement par les gouvernements et les universités – que le web serait un jour « quelque chose d’énorme ». Et que lorsque ce serait le cas, les utilisateurs auraient besoin de protection.

« Israël est beaucoup plus qu’une nation qui produit de super start-ups. Il y a des entreprises qui rendent le monde meilleur », a déclaré Jorisch dans l’interview.

« Il n’y a pas de récit unique définissant l’Etat d’Israël. Mais on ne peut nier que le pays a des innovateurs extraordinaires qui ne sont pas mus par la religion, l’argent et le pouvoir, mais plutôt par le désir de sauver des vies et de rendre le monde meilleur. C’est une histoire extraordinaire qui doit être racontée. Ce n’est certainement pas la première chose à laquelle pensent la plupart des gens lorsqu’ils pensent à Israël. »

« Cette envie de faire le bien », a déclaré Jorisch dans le livre, »est ancrée dans la culture juive. Celui qui sauve une vie, est considéré comme un sauveur du monde entier », selon la Mishnah de Sanhédrin, la tradition orale juive. Selon le judaïsme, le but des êtres humains est de rendre le monde meilleur. La prière juive d’Aleinu, récitée trois fois par jour, enseigne aux fidèles à réparer le monde, entre autres choses, explique le livre.

« Tu innoveras, comment l’ingéniosité israélienne répare le monde » est écrit par Avi Jorisch, basé à Washington, et publié par Gefen Publishing House Ltd. (Crédit : Lisa Mendelow Design)

« Israël est la combinaison d’une tradition de 3 000 ans qui nous a enseigné, jour après jour, à réparer le monde et à rendre le monde meilleur », a déclaré Jorisch. Et ainsi Israël, a-t-il dit, « est la combinaison de 3 000 ans d’Histoire rencontrant la technologie moderne. Et c’est l’histoire sur laquelle je voulais me concentrer. »

Il ne fait aucun doute que Tu innoveras est un livre enthousiasme, plein d’espoir et fait d’histoires inspirantes qui se retrouveront probablement dans les étagères de ceux qui ont acheté le livre « Start-Up Nation » de Dan Senor et Saul Singer, sur le succès économique d’Israël et la création de l’écosystème des start-ups du pays.

« Israël est un pays compliqué, mais c’est le meilleur qu’il a à offrir », a déclaré Jorisch dans l’interview. Le livre, a-t-il dit, « ne concerne pas la technologie; c’est un livre sur l’impact. Toutes ces technologies ont déjà eu un impact. Et si Israël a déjà tant contribué au monde, imaginez à quoi ressemblerait le pays s’il n’était pas embourbé dans la guerre et avait constamment besoin de se défendre », écrit Jorisch dans son livre.

Alors que les décideurs politiques, les ingénieurs, les médecins et les autres professionnels cherchent des moyens de résoudre les problèmes, « ils devraient se tourner vers Israël pour chercher des réponses ou innover pour trouver de nouvelles solutions », écrit Jorisch dans la préface de son livre.

Jorisch a poursuivi : « Alors que les pays du monde essayent d’élucider la ‘recette secrète’ innovante d’Israël pour leurs propres populations et économies, ils devraient regarder l’essence de la culture israélienne. ‘Tu innoveras’ est un conte sur les Israéliens qui ont choisi l’espoir et la guérison face à la mort et la destruction. Dans une partie du monde qui a plus que sa part d’obscurité, ces histoires sont des rayons de lumière. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...