La tombe d’un enfant utilisée comme espace de stockage ; la famille choquée
Rechercher

La tombe d’un enfant utilisée comme espace de stockage ; la famille choquée

"Si ce n'est pas une profanation des morts, alors qu'est-ce c'est ?", interroge la sœur de Nir Tam après la découverte de matériel de cuisine sous une pierre tombale à Rosh Haayin

Un homme se promène dans un cimetière, à Jérusalem. (Crédit : Nati Shohat / Flash90)
Un homme se promène dans un cimetière, à Jérusalem. (Crédit : Nati Shohat / Flash90)

La famille d’un bébé de neuf mois décédé en 1974 a ressenti un choc immense, la semaine dernière, lorsqu’elle a découvert que la tombe était utilisée pour stocker des fils électriques et du matériel de cuisine.

La famille Tam était venue au cimetière de Rosh Haayin, le 7 octobre, pour se recueillir sur la tombe de leur père, mort il y a deux ans, et sur celle de Nir Tam, leur frère aîné, décédé lorsqu’il était bébé.

Les membres de la famille ont découvert que la pierre en marbre – une nouvelle pierre tombale qui avait été installée il y a deux ans – était mal fixée. Lorsqu’ils l’ont poussée, ils ont constaté avec effroi que le tombeau était devenu un espace de stockage.

Une poêle à frire sale a été trouvée à l’intérieur avec des morceaux d’oignons frits, une bouteille d’huile et une bouilloire portable, a écrit la sœur de Nir, Inbal Tam Meshulam, sur Facebook.

« Je me demande qui est l’individu qui vient se préparer des repas dans le cimetière et qui dissimule son matériel dans une tombe », dit sa publication sur le réseau social.

« Si ce n’est pas une profanation des morts, alors qu’est-ce que c’est ? », ajoute-t-elle.

היום כשביקרתי בבית העלמין (אזכרה שנתיים לאבא שלי), ניגשתי עם אמא שלי לקבר הקטן של אחי הבכור שנפטר בגיל 9 חודשים…

פורסם על ידי ‏ענבל תם משולם‏ ב- יום שני, 7 באוקטובר 2019

S’exprimant mardi au micro de Kan, Tam Meshulam a déclaré que « lorsque nous sommes arrivées sur la tombe, nous nous sommes penchées pour allumer une bougie. J’ai placé ma main sur la pierre et le marbre a légèrement bougé ».

Elle a alors déplacé la pierre et découvert les objets dissimulés.

Elle et sa mère se sont rendues auprès d’un responsable du cimetière pour se plaindre, sans obtenir de réponse.

« Peu importe le nombre d’années qui se sont écoulées depuis la mort de Nir, ma mère s’est sentie profondément blessée. C’est malheureux de voir la tombe de votre fils utilisée comme espace de stockage », a-t-elle dit.

La famille réfléchit à porter plainte auprès de la police.

Mardi, après que l’information de la profanation a commencé à être évoquée par les médias, le directeur du cimetière, Shlomo Nahari, a dit à la Douzième chaîne qu’il allait se rendre dans un commissariat pour y déposer plainte lui-même.

« L’équipe du cimetière de Rosh Haayin a été horrifiée, comme la famille, à la vue de la profanation de la tombe du bébé Nir Tam », a fait savoir le cimetière. « Malheureusement, malgré la présence de caméras sur les lieux, nous nous trouvons dans l’incapacité de traquer en continu toutes les tombes. »

Le cimetière a ajouté qu’il tentait de retrouver le coupable et qu’il allait sceller la pierre tombale une nouvelle fois pour éviter d’autres abus.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...