La troupe Emanuel Gat de retour pour les 30 ans de Suzanne Dellal
Rechercher

La troupe Emanuel Gat de retour pour les 30 ans de Suzanne Dellal

Le chorégraphe et ses danseurs, basés en France - la troupe avait été fondée à Tel Aviv - reviennent pour la fête organisée par le centre de danse

Jessica Steinberg est responsable notre rubrique « Culture & Art de vivre »

Ce n’est pas la première fois qu’Emanuel Gat va faire son retour aux sources au sein du contre Suzanne Dellal de danse et de théâtre lorsque lui et sa troupe monteront sur la scène au mois d’octobre – mais cette perspective de revenir là où tout a commencé lui procure toujours le même sentiment de bien-être.

La troupe éponyme de Gat se produira au centre Suzanne Dellal de Tel Aviv, le 4 et le 5 octobre, en l’honneur de la 30ème saison du théâtre.

« C’est là que j’ai débuté, c’est là que j’ai travaillé pendant 15 ans et ça me donne un sentiment très différent personnellement », explique Gat, 50 ans, qui a commencé la danse alors qu’il avait une vingtaine d’années et qui a fondé sa troupe à Suzanne Dellal avant de l’installer en France en 2007.

« C’est comme revenir dans la maison de vos parents », ajoute-t-il.

Le centre a eu 30 ans cette année, avec une saison internationale particulière qui a commencé au mois de juillet et qui s’achèvera en novembre et des performances et des créations offertes par des artistes et chorégraphes nés en Israël, qui ont fait leur retour sur les planches de Suzanne Dellal.

Une fête néanmoins douce-amère, Yair Vardi, directeur de Suzanne Dellal, ayant annoncé au mois de juillet qu’il se retirait à l’issue de trois décennies passées à son poste. Ce lauréat du prix d’Israël, revenu de Londres pour prendre la direction du centre en 1989, était membre de la seconde génération de la Compagnie Batsheva, la troupe officielle de Suzanne Dellal.

Image de la troupe Emmanuel Gat qui se produira au centre Suzanne Dellal de danse et de théâtre le 3 et le 4 octobre 2019 (Autorisation : Emanuel Gat)

Pour Gat, néanmoins, c’est Vardi qui le guide encore et tout particulièrement à l’occasion de ce 30e anniversaire. Sa troupe dansera « le rite du printemps », le « passage de l’hiver » et « oeuvres ».

« Yair a eu le sentiment que ce serait une bonne chose de mélanger les anciennes et nouvelles » oeuvres, explique Gat, s’exprimant depuis la France. « Chacune est très différente de l’autre et cela donne donc un bon aperçu ».

Image de la troupe Emmanuel Gat qui se produira au centre Suzanne Dellal de danse et de théâtre le 3 et le 4 octobre 2019 (Autorisation : Emanuel Gat)

Gat a quitté l’Etat juif pour un certain nombre de raisons et majoritairement parce qu’il avait « besoin d’un changement radical à tous les niveaux, personnel et professionnel », indique-t-il.

Cela fait 12 ans maintenant qu’il se trouve en France. Il y a travaillé avec une troupe de danseurs et danseuses de nationalités variées.

Emanuel Gat, dont la troupe avait été fondée au centre Suzanne Dellal de danse et de théâtre à Tel Aviv avant de s’installer en France (Autorisation : Emanuel Gat)

« Je travaille constamment avec des gens très différents en termes de cultures, de tendances, d’habitudes et de modes de pensée », dit-il.

« Cela définit mon travail, dès le début : simplement le fait que ce groupe a été à un moment très semblable et qu’il est devenu beaucoup plus vaste ».

Cela dit, Gat estime que le lieu où il se trouve influence et n’influence pas à la fois son oeuvre.

« Quel que soit le studio où je mets les pieds, où que ce soit dans le monde, c’est le même studio, c’est une continuation du même processus », poursuit Gat.

« Cela dit, l’environnement où je vis a probablement un effet ou un autre sur le travail que je fais ; c’est dur à dire ».

La troupe d’Emanuel Gat montera sur la scène de Suzanne Dellal le 4 et le 5 octobre. Les prix des billets vont de 120 shekels à 320 shekels et ils sont disponibles sur le site de Suzanne Dellal.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...