La Turquie fustige la loi israélienne sur l’État-nation juif
Rechercher

La Turquie fustige la loi israélienne sur l’État-nation juif

La proclamation que Jérusalem est la capitale d'Israël, y compris la partie orientale de la ville, est "nulle et non avenue aux yeux de la communauté internationale", selon Ankara

Le président turc Recep Tayyip Erdogan s'adresse à la foule lors du congrès des branches jeunesse d'Ankara du Parti de la justice et du développement (AKP) au Ankara Sports Hall à Ankara, Turquie, le 11 mai 2018. (AFP PHOTO / ADEM ALTAN)
Le président turc Recep Tayyip Erdogan s'adresse à la foule lors du congrès des branches jeunesse d'Ankara du Parti de la justice et du développement (AKP) au Ankara Sports Hall à Ankara, Turquie, le 11 mai 2018. (AFP PHOTO / ADEM ALTAN)

La Turquie a fustigé jeudi la loi votée par le Parlement d’Israël définissant le pays comme « l’Etat-nation du peuple juif », affirmant qu’elle « piétine les principes du droit universel ».

« Nous condamnons dans les termes les plus forts la loi sur l’Etat-nation juif votée par le Parlement israélien et ne saurions accepter en aucun cas cette mesure raciste qui vise à éradiquer le peuple palestinien de sa patrie », a déclaré le porte-parole de la présidence turque Ibrahim Kalin sur Twitter.

« Nous rejetons aussi les tentatives répétées du gouvernement israélien d’établir un Etat d’apartheid », a-t-il ajouté.

Cette loi « piétine les principes du droit universel et bafoue les droits des citoyens palestiniens d’Israël », a déclaré le ministère turc des Affaires étrangères dans un communiqué.

Le texte qui suscite des accusations de « racisme » envers la minorité arabe, a été adopté par le Parlement d’Israël jeudi par 62 voix contre 55.

Le texte désigne « l’Etat d’Israël comme l’Etat national du peuple juif où celui-ci applique son droit naturel, culturel, religieux, historique » précisant que « le droit d’exercer l’autodétermination au sein de l’Etat d’Israël est réservé uniquement au peuple juif ».

Cette dernière mesure est « le produit d’une mentalité anachronique et discriminante », affirme le ministère turc des Affaires étrangères.

La loi déclare également que l’établissement de « localités juives (sur le territoire israélien) relève de l’intérêt national », ce que Ankara juge « inacceptable ».

Par ailleurs, la proclamation par le texte que Jérusalem est la capitale d’Israël, y compris la partie orientale de la ville, est « nulle et non avenue aux yeux de la communauté internationale », poursuit le communiqué.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...