Rechercher

La vente russe de S-300 à la Syrie, une « grave escalade » pour Washington

Ignorant les protestations israéliennes contre la livraison de batteries de missiles à Damas, Moscou a indiqué avoir terminé leur acheminement vers la Syrie

La porte-parole du département d'Etat Heather Nauert s'exprime pendant un point-presse au département d'Etat américain de Washington, le 9 août 2017 (Crédit : AP/Alex Brandon)
La porte-parole du département d'Etat Heather Nauert s'exprime pendant un point-presse au département d'Etat américain de Washington, le 9 août 2017 (Crédit : AP/Alex Brandon)

Le département d’Etat américain a indiqué mardi ne pas être en mesure de confirmer si la Russie avait livré les systèmes de défenses antiaériens S-300 vers la Syrie, ajoutant que ce serait une « inquiétude » si Moscou devait l’avoir fait.

« J’espère que ce n’est pas le cas », a commenté la porte-parole du département d’Etat américain Heather Nauert aux journalistes réunis à Washington lorsqu’elle a été interrogée sur l’annonce du ministère de la Défense russe affirmant que la délivrance des S-300 au régime de Damas était terminée.

« Cela pourrait être une grave escalade », a dit Nauert.

La Russie a annoncé la semaine dernière qu’elle renforcerait les mesures de sécurité en Syrie suite à l’abattage accidentel d’un avion militaire russe par un S-200, un incident attribué par Moscou à la présence d’appareils israéliens qui volaient à proximité.

Mardi, le ministre russe de la Défense Sergei Shoigu a indiqué au président Vladimir Poutine dans des propos diffusés à la télévision que quatre lanceurs de S-300, ainsi que des radars et des véhicules de soutien, ont bien été acheminés sur le territoire syrien et confiés aux forces armées.

Le président russe Vladimir Poutine, à droite, et le ministre russe de la Défense Sergei Shoigu visitent le parc des patriotes de Kubinka, près de Moscou, le 19 septembre 2018 (Crédit : AFP PHOTO / SPUTNIK / Alexey NIKOLSKY)

Israël et les Etats-Unis ont tous deux protesté contre la décision de fournir le système S-300 à la Syrie, qui pourrait grandement compliquer les efforts israéliens en cours visant à empêcher l’Iran de consolider sa présence militaire sur le territoire et à déjouer le transfert d’armes au Hezbollah sur le territoire syrien.

L’Etat juif a mené des centaines de frappes contre des cibles syriennes et iraniennes en Syrie au cours des dernières années, avec des avions-chasseurs qui n’ont rencontré presque aucune opposition de la part des défenses aériennes du pays – même si un F-16 a été abattu par un missile anti-aérien syrien au mois de février dans ce que l’armée a estimé être une erreur professionnelle des pilotes.

Un haut responsable israélien a déclaré samedi que la possession du système S-300 par la Syrie constituait un « défi complexe » pour l’État juif, mais qu’Israël cherchait des solutions afin d’empêcher que la situation devienne une menace majeure pour la sécurité du pays.

« Nous traitons la [décision] de différentes manières, pas nécessairement en empêchant l’expédition [du système anti-aérien] », a indiqué le responsable.

Il a ajouté que, selon lui, le président russe Vladimir Poutine comprenait que, même si Moscou « avait fait un pas, les règles du jeu étaient très vastes », indiquant qu’Israël se réservait le droit de se protéger et qu’il restait soutenu par les États-Unis.

Sur cette photo prise le 27 août 2013, un système de défense antiaérienne S-300 est présenté à l’ouverture du spectacle aérien MAKS à Zhukovsky, aux abords de Moscou, en Russie, le 27 août 2013 (Crédit :AP Photo/Ivan Sekretarev)

Le système, qui est considéré comme l’un des plus avancés du monde, a un rayon de 200 kilomètres environ, ce qui signifie qu’une batterie placée à proximité de Damas pourrait couvrir une grande partie de l’Etat juif.

Vendredi, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a jugé « irresponsable » la décision de la Russie de fournir à la Syrie le système de défense et a déclaré qu’Israël restait déterminé à poursuivre le processus de déconfliction avec Moscou concernant ses opérations militaires dans la région.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.