Rechercher

La version la plus vendue de « Mein Kampf » est désormais disponible en ligne

L'institut de recherche allemand estime que l'édition ouverte de l'écrit antisémite permettra de "dispenser une éducation politico-historique"; les dirigeants juifs sont divisés

Illustration : Une édition allemande de "Mein Kampf" (Mon combat) d'Adolf Hitler exposée à l'Institut d'histoire contemporaine de Munich, le 11 décembre 2015. (Crédit :Matthias Balk/DPA via AP, Archives)
Illustration : Une édition allemande de "Mein Kampf" (Mon combat) d'Adolf Hitler exposée à l'Institut d'histoire contemporaine de Munich, le 11 décembre 2015. (Crédit :Matthias Balk/DPA via AP, Archives)

JTA – L’institut de recherche allemand qui a publié une version annotée de « Mein Kampf », qui s’est vendue à des dizaines de milliers d’exemplaires et a suscité de vives critiques de la part des dirigeants juifs lors de sa sortie en 2016, a mis en ligne une version gratuite du fameux laïus d’Adolf Hitler.

Dans un communiqué publié jeudi, le directeur de l’Institut d’histoire contemporaine de Munich (IfZ), Andreas Wirsching, a déclaré qu’il voulait combattre le feu par le feu : étant donné qu’Internet regorge de versions du texte « provenant de sources très douteuses », le texte « sérieux et scientifiquement fondé » de son institut « fournirait une éducation politico-historique dans le meilleur sens du terme. »

Le but est de faciliter « la recherche scientifique sur l’histoire d’Hitler, du mouvement nationaliste allemand et du national-socialisme », a déclaré Wirsching. L’édition en ligne comprend des explications sur chaque chapitre et sur les termes historiques, ce qui permet de replacer l’ouvrage dans son contexte.

Hitler a écrit cette diatribe contre les Juifs et les communistes alors qu’il était en prison en 1923 après sa tentative de coup d’État à Munich. Après son arrivée au pouvoir en 1933, de nombreuses éditions ont été publiées, dont une offerte aux jeunes mariés et une autre à l’occasion du 50e anniversaire d’Hitler en 1939.

Après la Seconde Guerre mondiale, le ministère bavarois des Finances a hérité des droits d’auteur et a interdit la publication en Allemagne jusqu’à l’expiration des droits d’auteur, dans le but de limiter la propagation de l’idéologie hitlérienne. Mais il a été publié ailleurs et serait l’un des livres les plus achetés au monde. Des néo-nazis contemporains et d’autres personnes citent encore « Mein Kampf » comme source d’inspiration.

Les droits d’auteur ont expiré en 2016, et la version d’IfZ s’est vendue dès le premier jour de sa sortie, devenant l’un des livres les plus vendus en Allemagne cette année-là.

Amazon a retiré toutes les versions du livre de son site en 2020.

Les dirigeants juifs d’Allemagne et d’ailleurs étaient divisés sur le projet de l’Institut et sur la question de savoir s’il devait être enseigné dans les écoles ou « laissé dans l’armoire à poison de l’histoire », comme l’a soutenu le président du Congrès juif mondial, Ronald S. Lauder.

Le Conseil central des Juifs en Allemagne a déclaré que cette version « démystifierait » le texte, tandis que l’ancienne directrice du Conseil central et survivante de la Shoah, Charlotte Knobloch, a déclaré qu’il « n’a pas sa place dans les salles de classe ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...