Israël en guerre - Jour 251

Rechercher

La Vieille Ville de Jérusalem, autrefois très animée, est aujourd’hui déserte

Un boutiquier palestinien dit que « même les murs pleurent » ; craignant un débordement des troubles, Israël a renforcé les contrôles de sécurité dans la zone

Des Palestiniens passant devant des boutiques fermées dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 16 octobre 2023. (Crédit : Jon Gambrell/AP)
Des Palestiniens passant devant des boutiques fermées dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 16 octobre 2023. (Crédit : Jon Gambrell/AP)

Depuis plus de 100 jours que dure la guerre entre Israël et le Hamas, la boutique d’antiquités de Rami Nabulsi, dans la Vieille Ville de Jérusalem, n’a vu pratiquement aucun client. Il continue néanmoins à traverser les rues pavées tous les jours pour ouvrir sa boutique.

La Vieille Ville, entourée d’anciennes murailles et abritant des sites sacrés du judaïsme, du christianisme et de l’islam, est généralement très animée, bondée de fidèles et de touristes du monde entier.

Depuis le début des combats, la zone est devenue « comme un désert », indique Nabulsi, un Palestinien résidant dans la Vieille Ville, à Jérusalem-Est.

« Jérusalem était censée être une ville de joie », explique-t-il. « Maintenant, quand vous marchez dans la ville, même les murs pleurent. »

Craignant un débordement des troubles, les autorités israéliennes ont renforcé les contrôles de sécurité aux alentours de la Vieille Ville, en particulier près des lieux saints qui sont des points sensibles.

Le trafic à l’aéroport international de Ben Gurion, près de Tel Aviv, a chuté de 78 % en novembre et de 71 % en décembre par rapport à l’année précédente, selon les chiffres de l’autorité aéroportuaire israélienne.

Dans la ville de Bethléem, en Cisjordanie, les hôtels et autres entreprises touristiques disent avoir connu l’un des pires Noëls jamais enregistrés.

Avant le déclenchement des hostilités, Juifs, Musulmans et Chrétiens passaient tous les jours par les portes de la Vieille Ville de Jérusalem pour aller prier ou faire quelques emplettes.

Aujourd’hui, des rangées entières de magasins ont fermé leurs portes. Ils préfèrent faire des économies, explique Nabulsi, un bijoutier.

Son magasin est toujours ouvert, mais il ne vend pratiquement plus rien.

Alors il s’assoit dehors, lit le journal, nourrit les chats du quartier et dépoussière les étagères en bois, en attendant les clients.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.