La ville natale de Marc Chagall ouvre sa première synagogue depuis un siècle
Rechercher

La ville natale de Marc Chagall ouvre sa première synagogue depuis un siècle

Avant la Shoah, Vitebsk, dont plus de la moitié de la population était juive, comptait 64 synagogues

Juifs et non-juifs à Vitebsk, en Biélorussie, attendent pour entrer dans la synagogue nouvellement inaugurée de la ville en octobre 2017. (Crédit : autorisation de la communauté juive de Vitebsk)
Juifs et non-juifs à Vitebsk, en Biélorussie, attendent pour entrer dans la synagogue nouvellement inaugurée de la ville en octobre 2017. (Crédit : autorisation de la communauté juive de Vitebsk)

La ville natale de l’artiste Marc Chagall en Biélorussie a inauguré sa première synagogue en plus d’un siècle.

La communauté juive de Vitebsk, située à 250 km au nord-est de la capitale biélorusse Minsk, a célébré l’inauguration de la nouvelle synagogue le mois dernier à l’occasion d’un événement rassemblant des responsables de la communauté chrétienne orthodoxe et catholique, a annoncé l’agence de presse BelTA.

Le rabbin de Vitebsk, Malkiel Gorgodze, a fixé une mezouza sur le chambranle de la nouvelle synagogue, construite près du musée de Chagall avec le soutien de la municipalité. La nouvelle synagogue, Ohel David, est construite avec les briques rouges de Vitebsk – l’une des plus belles villes de Biélorussie – et dont la réputation est mondialement connue.

Bénéficiant d’une capacité de plusieurs centaines de fidèles, le design inhabituel de la synagogue a un de ses coins surplombant les trois autres et une strie blanche accentuant le contour de son toit. Les deux facettes formant le coin élevé ont une seule grande fenêtre ronde avec une étoile de David suspendue dans son cadre.

« Vitebsk est une ville historiquement juive », a déclaré Leonid Tomchin, le président de la communauté juive de Vitebsk, lors de cet événement qui a attiré une foule de plusieurs centaines de personnes.

Tomchin a noté qu’au début du 20e siècle, plus de la moitié de la population de la ville était juive, avec 64 synagogues à Vitebsk.

« Aujourd’hui, il n’y en a qu’une, malheureusement, mais cette synagogue peut et sera un centre de la vie juive », a-t-il dit.

La grande majorité des Juifs qui vivaient dans ce qui est aujourd’hui la Biélorussie ont été assassinés pendant l’Holocauste. Aujourd’hui, la ville compte quelques dizaines de Juifs. La nouvelle synagogue a remplacé un lieu de culte de la taille d’un appartement qui était trop petit pour accueillir tous les fidèles pendant les fêtes, a ajouté Tomchin.

Marc Chagall (photo credit: Wikimedia Commons)
Marc Chagall (Crédit : Wikimedia Commons)

Chagall, un peintre d’art cubiste et naïf, connu pour combiner de nombreux symboles juifs dans des œuvres colorées et comportant des scènes oniriques, a travaillé en France avant d’immigrer aux États-Unis pour échapper aux nazis. Il est mort en 1985 à 97 ans.

Par ailleurs, la communauté juive de la ville de Simferopol en Crimée a célébré l’inauguration de son premier grand rabbin après son annexion en 2014 par la Russie. Le nouveau rabbin est Yehezkel Lazar, qui est l’un des fils de Berel Lazar, un grand rabbin de la Russie.

Lazar, un rabbin Habad-Loubavitch, a de bonnes relations avec le président russe Vladimir Poutine. L’annexion russe de la Crimée par l’Ukraine n’est pas reconnue par la communauté internationale.

De nombreux Juifs de Crimée – il y en a environ 10 000 vivant sur la péninsule – se sont félicités d’être devenus citoyens russes.

« Malheureusement, à Simferopol, il n’y a ni jardin d’enfants juif ni école », a déclaré Yehezkel Lazar à Ria Novosti.

« Il y aura à l’avenir, un grand centre, avec une synagogue, un restaurant casher, des boutiques juives et des établissements d’enseignement. »

Interrogé par Jewish News International afin de savoir s’il s’inquiétait du message politique envoyé par sa nomination, Lazar a déclaré qu’il « n’y avait pas pensé. L’avenir est entre les mains du Tout-Puissant. Nous espérons que tout le monde comprend que nous n’avons pas d’objectifs politiques […] mais s’il y a des difficultés – nous sommes prêts, parce que nous ne sommes pas venus ici pour nous détendre mais pour travailler pour aider les Juifs. Si nous voulions une vie facile, nous serions restés en Amérique ou en Israël, où tout est bon. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...