L’actuel directeur du musée juif de Pologne recommandé pour un second mandat
Rechercher

L’actuel directeur du musée juif de Pologne recommandé pour un second mandat

Une commission soutient Dariusz Stola, qui a critiqué une loi sur la Shoah, pour diriger le musée d'histoire Polin, mais c'est le gouvernement qui tranchera

Le président polonais Andrzej Duda, à droite, et Dariusz Stola, le directeur du musée POLIN, en visite dans le musée situé à Varsovie, Pologne, le 3 mars 2016. (Crédit : AP Photo/Czarek Sokolowski)
Le président polonais Andrzej Duda, à droite, et Dariusz Stola, le directeur du musée POLIN, en visite dans le musée situé à Varsovie, Pologne, le 3 mars 2016. (Crédit : AP Photo/Czarek Sokolowski)

JTA — Une commission chargée d’évaluer les candidats potentiels à la direction du principal musée juif de Pologne a recommandé, de façon non contraignante, la prolongation du mandat de l’actuel directeur.

Composée de 15 membres, la commission a ainsi conseillé de conserver Dariusz Stola au poste de directeur du musée Polin de l’histoire des juifs de Pologne vendredi, a rapporté TVP samedi. Mais c’est le gouvernement qui a le dernier mot, a-t-il indiqué à la chaîne polonaise.

« La nomination du directeur de cette institution sera décidée par le ministre de la Culture, » a dit Stola.

La compétition, annoncée en février, a suscité des critiques de la part des soutiens de Stola, qui a accusé le gouvernement nationaliste de tenter de le censurer en ne prolongeant pas automatiquement son mandat, commencé en 2014. Le Polin a ouvert en 2013.

Mais le gouvernement a réfuté ces accusations, et le principal groupe représentant les juifs polonais, l’Union des communautés juives religieuses en Pologne, ont contribué à la recherche d’un successeur, se rangeant du côté du gouvernement.

Stola, qui n’est pas juif, a critiqué une loi controversée, adoptée l’année dernière en Pologne qui rend illégal la condamnation de la Pologne pour des crimes nazis.

Le musée de l’histoire des Juifs de Pologne, à Varsovie. Illustration. (Crédit : Adrian Grycuk/CC-BY-SA/Wikimedia)

La présidente nouvellement élue de l’Union, Monika Krawczyk, a fait savoir par la suite qu’elle se portait candidate au poste de directeur. L’Union et le musée ont été en conflit judiciaire autour de droits d’auteur, le musée était accusé d’éclipser le travail de communautés en présentant des événements historiques aux visiteurs.

La commission de recommandation était constituée d’administrateurs du musée, d’employés, de syndicats du musée et de représentants de la communauté juive.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...