L’ado grièvement blessée dans l’explosion du bus de Jérusalem s’est réveillée
Rechercher

L’ado grièvement blessée dans l’explosion du bus de Jérusalem s’est réveillée

Eden Dadon, 16 ans, qui souffre de brûlures sévères sur tout le corps, répond aux stimuli après 2 semaines de coma provoqué

Deux bus en feu à Jérusalem, le 18 avril 2016. (Crédit : porte-parole de la police israélienne)
Deux bus en feu à Jérusalem, le 18 avril 2016. (Crédit : porte-parole de la police israélienne)

Une jeune fille de 16 ans grièvement blessée dans l’explosion d’un bus le mois dernier à Jérusalem s’est réveillée lundi pour la première fois depuis l’attaque terroriste.

Eden Dadon était sous assistance cardio-respiratoire depuis presque deux semaines à l’hôpital Hadassah Ein Kerem à Jérusalem, après avoir souffert de brûlures graves sur tout le corps pendant l’explosion.

Dix-neuf autres personnes avaient été blessées et le terroriste, le Palestinien Abed al-Hamid Abu Srour, 19 ans, avait été tué dans l’explosion du bus 12.

Les médecins ont commencé dimanche à réduire la dose de médicaments maintenant anesthésiée et peu après, elle est sortie de son coma médicalement provoqué et a répondu aux stimuli. Elle reste dépendante d’un respirateur et ne peut communiquer qu’avec les mains, a annoncé le site d’informations Ynet.

« Chaque fois que je la regarde et qu’elle me répond, je suis au septième ciel », a dit à Ynet sa mère, Racheli Dadon, qui a été légèrement blessée dans l’attaque.

Rachel Dadon à l'hôpital Ein Kerem où elle est hospitalisée avec sa fille, Eden, après avoir été blessées dans l'explosion du bus de Jérusalem du 18 avril 2016. Rachel a été modérément blessée mais sa fille est dans un état critique. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)
Rachel Dadon à l’hôpital Ein Kerem où elle est hospitalisée avec sa fille, Eden, après avoir été blessées dans l’explosion du bus de Jérusalem du 18 avril 2016. Rachel a été modérément blessée mais sa fille est dans un état critique. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Dadon, qui habite à Jérusalem, était dans le bus 12 avec sa fille Eden quand il a explosé.

« Tout était sombre et enfumé, j’ai cherché ma fille, et elle était toute brûlée, a dit Dadon à Ynet. Après l’explosion, je me suis évanouie. Son visage était noir, vous ne pouviez pas la voir. »

La police scientifique examine la scène de l'explosion d'un bus à Jérusalem, le 18 avril 2016. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)
La police scientifique examine la scène de l’explosion d’un bus à Jérusalem, le 18 avril 2016. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Le bus a explosé vers 17h45 alors qu’il passait près du quartier Talpiot, à l’extrémité sud de la capitale, avec un certain nombre de passagers, selon la police. L’explosion a incendié une voiture et un second bus, qui était vide, blessant plusieurs personnes.

Le chef de la police de Jérusalem, Yoram Halevy, avait déclaré que l’explosion avait été causée par un engin explosif placé dans le bus.

Les groupes terroristes du Hamas et du Djihad islamique, ainsi que les comités de résistance populaire, avaient « accueilli » l’attaque mais ne l’avaient pas revendiquée.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...