L’affaire Dreyfus : élément déclencheur du sionisme moderne
Rechercher

L’affaire Dreyfus : élément déclencheur du sionisme moderne

Stéphane Bern revient sur la création du nationalisme juif à travers l'affaire Dreyfus

Alfred Dreyfus à Carpentras, 1899-1900. (Crédit : Collection de la famille Dreyfus)
Alfred Dreyfus à Carpentras, 1899-1900. (Crédit : Collection de la famille Dreyfus)

Lors d’un programme RTL, Stéphane Bern revient sur la création de l’État d’Israël.

« Comment l’une des affaires politico-militaire françaises, l’affaire Dreyfus, a-t-elle changé l’histoire pour les juifs ? » voici la question posée par Stéphane Bern, auteur du livre « Les Pourquoi de l’Histoire 2 » Édition Albin Michel.

Stéphane Bern revient sur la création de l’État d’Israël le 14 mai 1948 par David Ben Gurion.

Selon lui, « la décision s’est imposée aux Nations unies après le génocide des juifs durant la seconde guerre mondiale ».

Mais si dans les faits Israël a été créé il y a 70 ans, l’idée de la création d’un état juif remonte à la fin du 19e siècle, au moment de l’affaire Dreyfus.

Stéphane Bern rappelle qu’en 1862, Moses Hess, auteur de Rome et Jérusalem, imagine déjà l’établissement d’une entité juive sur les terres de « l’ancien royaume d’Israël. »

Cet ouvrage, qui n’a pas de retombées à l’époque, constitue pourtant les prémices du sionisme.

Le 5 janvier 1895, le capitaine Alfred Dreyfus est accusé à tort de trahison dans l’armée française. Il est alors dégradé et envoyé au bagne.

L’affaire Dreyfus, tristement connue, sera dénoncée par Émile Zola dans sa célèbre lettre « J’accuse ».

Théodore Herzl, journaliste juif d’origine hongroise, est à Paris au moment de l’affaire Dreyfus.

Choqué par le caractère antisémite de l’affaire, cet événement constitue l’élément déclencheur de ses idéaux.

Pour Théodore Herzl, l’intégration des juifs est impossible car ces derniers sont constamment renvoyés à leur statut de juif.

En 1896, Théodore Herzl publie son livre l’État juif. Dans cet ouvrage le journaliste plaide pour l’établissement d’un état en Palestine qui serait un refuge pour les juifs du monde entier, notamment pour les communautés juives européennes qui commencent déjà à subir un antisémitisme virulent.

Le nationalisme juif moderne est né et en 1897 le premier Congrès sioniste est organisé à Bâle en Suisse.

Après la mort de Théodore Herzl en 1904 le sionisme en tant qu’idéologie ne trouve alors pas d’application factuelle immédiate ce qui aurait pu sauver des millions de juifs.

La déclaration Balfour de 1917 « donne au mouvement sioniste sa première assise juridique internationale, la promesse d’établir en Palestine un foyer juif, » explique Stéphane Bern.

Malgré cette déclaration, le plan d’établissement de l’État d’Israël ne voit le jour qu’après la seconde guerre mondiale en 1948, soit trente années plus tard.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...