L’agence de l’ONU pour les Palestiniens, en déficit, compte sur le Golfe
Rechercher

L’agence de l’ONU pour les Palestiniens, en déficit, compte sur le Golfe

L'UNWRA dépense environ 1.2 milliard de dollars par an pour éduquer et soigner les réfugiés palestiniens au Proche-Orient

Pierre Krähenbühl aux Nations unies, le 10 novembre 2015. (Crédit : capture d’écran YouTube)
Pierre Krähenbühl aux Nations unies, le 10 novembre 2015. (Crédit : capture d’écran YouTube)

L’agence de l’ONU pour l’aide aux réfugiés palestiniens (UNRWA) a encore un trou de quelque 80 millions de dollars dans son budget pour 2016 et compte sur les pays du Golfe pour se renflouer, a indiqué mardi son patron Pierre Krähenbühl.

L’agence, en proie à des difficultés financières chroniques, avait failli suspendre la rentrée des classes dans ses écoles l’an dernier faute de fonds suffisants.

« Nous serions très reconnaissants si les pays qui nous ont aidé l’été dernier se montraient à nouveau généreux, et en particulier trois pays du Golfe (Arabie saoudite, Emirats arabes unis et Koweït) », a-t-il déclaré à la presse.

« Si nous pouvions avoir cela, nous serions à même d’éviter une autre crise cet été », a-t-il ajouté.

Il a aussi invité les donateurs habituels, comme les pays scandinaves, à maintenir leur contribution au budget de l’agence.

Celle-ci dépense environ 1.2 milliard de dollars par an pour éduquer et soigner les réfugiés palestiniens au Proche-Orient.

M. Krähenbühl a fait valoir les efforts que l’agence a entrepris pour limiter ses dépenses, en présentant un budget sans augmentation pour 2016.

Mais il a souligné que les besoins augmentaient en raison du conflit en Syrie, de la poussée démographique et de l’inflation.

« L’UNRWA veut vraiment être considérée comme une agence responsable », a-t-il affirmé.

L’agence a connu en 2015 une crise financière sans précédent menaçant l’ouverture de ses écoles, qui accueillent un demi-million d’enfants au Proche-Orient. Mais l’appel au don du secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon avait été entendu et les contributions des pays donateurs avaient permis une rentrée des classes normale.

L’agence, créée en 1950, vient en aide à près de cinq millions de Palestiniens en Jordanie, en Syrie, au Liban et en Cisjordanie et dans la bande de Gaza. Son financement est en grande partie assurée par les donations des membres des Nations unies.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...