Rechercher

L’Agence juive dit qu’elle ne quittera pas la Russie « si elle peut l’éviter »

Un tribunal moscovite réexaminera la plainte des autorités russes, vendredi ; un responsable à Moscou dit se préparer à toutes les alternatives

Judah Ari Gross est le correspondant du Times of Israël pour les sujets religieux et les affaires de la Diaspora.

Un panneau devant l'entrée d'un bureau de l'Agence juive à Moscou, en Russie, le 27 juillet 2022. (Crédit : AP Photo/Alexander Zemlianichenko)
Un panneau devant l'entrée d'un bureau de l'Agence juive à Moscou, en Russie, le 27 juillet 2022. (Crédit : AP Photo/Alexander Zemlianichenko)

L’Agence juive a commencé à se préparer à l’éventualité d’une fermeture de son bureau moscovite en lui ordonnant de cesser ses activités, a déclaré mercredi un responsable de l’organisation.

Toutefois, le même responsable nie l’information parue dans le Jerusalem Post selon laquelle l’Agence juive savait d’ores et déjà qu’elle allait devoir fermer.

Vendredi prochain, un tribunal de Moscou doit entendre la plainte portée par les autorités russes contre l’Agence.

Le ministère russe de la Justice a demandé l’arrêt des activités de l’Agence juive en Russie, accusant l’organisation de collecter illégalement des informations sur les citoyens russes.

« Nous examinons toutes les options », a déclaré le responsable de l’Agence juive, s’exprimant sous couvert d’anonymat, soulignant que l’agence n’anticipait pas, en toute hypothèse, une fermeture imminente.

« Les deux options restent ouvertes : fermer ou continuer à travailler avec une surveillance renforcée », dit-il. Mais nous n’allons certainement pas partir s’il y a moyen de l’éviter. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...