L’AIPAC relance un vieux débat: Israël recherche-t-il une solution à deux états?
Rechercher
Analyse

L’AIPAC relance un vieux débat: Israël recherche-t-il une solution à deux états?

Après l'appel de l'AIPAC à la création d'un état palestinien, des faucons israéliens l'accusent de déformer la position officielle du gouvernement sur la question

Raphael Ahren

Raphael Ahren est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Un drapeau palestinien flotte devant la Maison Blanche à Washington, DC, à l'occasion d'une manifestation contre la déclaration du président américain Donald Trump reconnaissant Jérusalem comme capitale d'Israël, le 8 décembre 2017. (AFP PHOTO / mari matsuri)
Un drapeau palestinien flotte devant la Maison Blanche à Washington, DC, à l'occasion d'une manifestation contre la déclaration du président américain Donald Trump reconnaissant Jérusalem comme capitale d'Israël, le 8 décembre 2017. (AFP PHOTO / mari matsuri)

Quelle est exactement la position d’Israël sur une solution à deux états ?

Un plaidoyer en faveur de la création d’un État palestinien lancé plus tôt cette semaine par Howard Kohr, le directeur exécutif de l’American Israel Public Affairs Committee (AIPAC), a une fois de plus attiré l’attention sur la question, les dirigeants des implantations et les hauts responsables du Likud affirmant que la politique officielle du gouvernement s’oppose à la création d’un état palestinien et demandant avec colère au chef du lobby pro-israélien de retirer ses propos.

Mais il n’y a pas de réponse simple à cette question, car le gouvernement israélien n’a pas de position clairement formulée sur le sujet.

Entre 2009 et 2017, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a régulièrement fait savoir qu’il acceptait en principe, sous certaines conditions, un état palestinien démilitarisé.

Mais depuis l’élection du président américain Donald Trump, il a soigneusement évité d’évoquer explicitement une solution à deux états, tout en rejetant en même temps une solution binationale à un seul État et en disant qu’il voulait que les Palestiniens puissent se gouverner eux-mêmes.

Toutefois, de nombreux ministres de son cabinet et la plupart des membres éminents de son parti au pouvoir, le Likud, rejettent avec véhémence une solution à deux états. Certains députés faucons ont proposé à plusieurs reprises une législation visant à annexer à Israël tout ou une partie de la Cisjordanie – des mesures apparemment conçues pour contrecarrer la création d’un état palestinien – mais Netanyahu a jusqu’à présent bloqué tous ces efforts.

Howard Kohr, directeur exécutif de l’AIPAC, s’adresse à la conférence politique du lobby pro-israélien, le 4 mars 2018 (Capture d’écran de l’AIPAC)

« Nous devons tous travailler vers cet objectif : deux états pour deux peuples », a déclaré Kohr devant 18 000 délégués lors de la Conférence annuelle de l’AIPAC à Washington, dimanche. « Un Juif avec des frontières sûres et défendables, et un Palestinien avec son propre drapeau et son propre avenir. »

Kohr, qui est à la barre de l’AIPAC depuis 1996, a été vivement critiqué par les Israéliens de droite, dont la vice-ministre des Affaires étrangères Tzipi Hotovely et d’autres personnalités influentes au sein du Likud.

« L’AIPAC est un grand et important ami d’Israël, mais s’il prétend représenter la position officielle de l’État d’Israël auprès des élus américains, il doit le faire fidèlement », a déclaré Yehuda Glick.

« Il est clair pour la grande majorité des ministres du gouvernement et de la coalition que l’établissement d’un état palestinien au cœur de l’État d’Israël signifie que le terrorisme sera placé au cœur de l’État », a ajouté le député Glick qui est né aux États-Unis.

Le président du Conseil régional de Samarie, Yossi Dagan, a déclaré que l’affirmation de l’AIPAC selon laquelle Israël est en faveur de deux états n’a « aucun fondement ».

Dans une lettre adressée aux responsables du lobby pro-israélien, Dagan a affirmé que le groupe prétendait à tort que la solution à deux états était la fin du conflit israélo-palestinien et qu’il avait le soutien de Washington et de Jérusalem.

Il a fait valoir que ni les lignes directrices officielles du gouvernement israélien actuel ni la Stratégie de sécurité nationale de Trump ne mentionnaient cette idée.

Sur son site Web, le lobby pro-israélien déclare qu' »Israël et les États-Unis sont déterminés à trouver une solution à deux états ». Le chapitre du livre d’information 2017 de l’AIPAC sur le sujet commence par dire : « Israël est engagé dans une solution à deux états – un Etat juif vivant côte à côte en paix avec un état palestinien démilitarisé. Les États-Unis doivent envoyer un message clair que cet objectif ne peut être atteint qu’à travers des négociations directes entre les parties. »

Kohr lui-même, lors d’un discours à la conférence de politique générale de l’AIPAC l’année dernière, a déclaré que « l’objectif que nous désirons » était un « État juif d’Israël vivant côte à côte dans la paix et la sécurité avec un état palestinien démilitarisé ».

WASHINGTON : Le vice-président des États-Unis, Mike Pence, prend la parole lors de la convention de l’AIPAC 2017 le 26 mars 2017 à Washington (Crédit : Photo par Noam Galai / Getty Images)

« Je suis abasourdi de constater qu’une organisation aussi grande et significative que l’AIPAC… représenterait les positions de l’État d’Israël (et des États-Unis) si inexactement devant les hauts fonctionnaires du gouvernement, les sénateurs et les membres du Congrès, et le grand public pro-israélien », a écrit M. Dagan aux dirigeants de l’AIPAC.

Avant les dernières élections à la Knesset, le Likud n’a pas publié de programme, évitant ainsi d’avoir à se prononcer formellement sur la création d’un état palestinien. D’autres partis de la coalition ont des opinions divergentes sur la question : le parti nationaliste religieux HaBayit HaYehudi rejette en principe une solution à deux états, tandis que le parti Yisrael Beytenu, qui est laïc et intransigeant, réclame un état palestinien aux frontières reflétant la démographie juive et arabe. Les listes Haredi et le parti centriste Koulanou n’ont pas adopté de position catégorique sur la question.

Netanyahu, lors d’une interview quelques jours avant les élections de mars 2015, a déclaré qu’aucun état palestinien ne serait créé sous sa direction, bien qu’il ait par la suite fait marche arrière et qu’il se soit à nouveau prononcé en faveur de l’idée de deux états pour deux peuples.

A la mi-décembre, les ministres européens des Affaires étrangères à Bruxelles ont demandé à Netanyahu s’il acceptait la solution à deux états. Il a répondu en leur demandant quel genre d’état serait le deuxième : « Serait-ce le Costa Rica ou le Yémen ? » Le premier est une démocratie stable en Amérique centrale, tandis que le second est dans une situation de guerre anarchique.

Il est temps de réexaminer si le modèle que nous avons de souveraineté et de souveraineté sans entraves est applicable partout…

Quelques jours plus tard, le Comité central du Likud, l’organe de décision suprême du parti, a adopté à l’unanimité une résolution appelant à l’annexion de certaines parties de la Cisjordanie et à la construction sans restriction des implantations, position qui semble en contradiction flagrante avec une solution à deux états.

Lors d’entretiens récents, Netanyahu a cherché à expliquer sa position, en indiquant que le mieux que les Palestiniens puissent espérer, c’est une sorte de « mini-état ». Cette entité ne répondrait pas pleinement aux critères du statut d’état, mais donnerait aux Palestiniens une certaine autonomie.

« Je pense qu’il est temps de réexaminer si le modèle que nous avons de souveraineté et de souveraineté sans entraves est applicable partout dans le monde », a-t-il déclaré en novembre dernier à la Chatham House, un groupe de réflexion londonien.

« Je ne veux pas gouverner les Arabes de Cisjordanie. Je ne veux pas non plus gouverner les Arabes à Gaza, mais je veux m’assurer que ce territoire n’est pas utilisé contre Israël et, par conséquent, pour nous, l’essentiel est d’avoir une responsabilité primordiale en matière de sécurité », a-t-il ajouté. « Quand nous parlerons de démilitariser la Cisjordanie, nous la démilitariserons. »

Le président américain Donald Trump s’exprime lors d’une réunion avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu dans le bureau ovale de la Maison-Blanche, le 5 mars 2018 à Washington (AFP PHOTO / MANDEL NGAN)

Lundi soir, quelques heures après les entretiens avec le président américain Donald Trump, Netanyahu a déclaré aux journalistes que « les Palestiniens devraient avoir le pouvoir de gouverner, à l’exception du pouvoir de nous menacer ».

Interrogé par le Times of Israel s’il avait dit à Trump qu’il soutenait, au moins en principe, l’établissement d’un état palestinien, Netanyahu a simplement répondu qu’il avait dit au président qu’Israël ne voulait pas gouverner les Palestiniens.

« J’ai dit que nous ne voulions pas gouverner les Palestiniens, mais que nous voulions absolument nous protéger », a-t-il dit. « Le plus important, c’est que le contrôle de sécurité à l’ouest du Jourdain reste entre nos mains, et personne d’autre ne peut assumer cette responsabilité. »

Jacob Magid a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...