Rechercher

L’alerte maximale face à la menace terroriste pourrait durer des semaines

Ces propos ont été tenus par le ministre de la Sécurité intérieure qui a ajouté que les terroristes tentent d'entrer dans les villes israéliennes pour commettre des attaques

Le ministre de la Sécurité intérieure  Omer Barlev s'exprime pendant une cérémonie à Maale Adumim, le 7 septembre 2022. (Crédit :  Oren Ben Hakoon/Flash90)
Le ministre de la Sécurité intérieure Omer Barlev s'exprime pendant une cérémonie à Maale Adumim, le 7 septembre 2022. (Crédit : Oren Ben Hakoon/Flash90)

Le ministre de la Sécurité intérieure Omer Barlev a fait savoir, jeudi, que le niveau d’alerte élevé dans le pays face à de potentiels attentats terroristes pourrait être maintenu pendant des semaines.

« Nous assistons actuellement à des tentatives répétées de commettre des attentats terroristes contre des citoyens israéliens », a dit Barlev alors qu’il s’exprimait au siège de la police israélienne à Jérusalem, à l’occasion d’une cérémonie organisée pour la nouvelle année juive, Rosh HaShana, qui commence dimanche soir.

Il a noté que l’État juif entrait dans une période de fête d’un mois qui comprend Rosh HaShana, Yom Kippour et la fête de Souccot.

« Cette période de tension pourrait durer encore de nombreuses semaines, pendant lesquelles les terroristes et leurs émissaires tenteront d’entrer dans les villes pour nous blesser ou pour nous tuer », a dit Barlev, qui est responsable de la police. « Mais ils trouveront devant eux des agents de police déployés dans tout le pays, des policiers déterminés, courageux et conscients de l’amplitude de leur mission ».

De son côté, le chef de la police israélienne, Kobi Shabtai, a dit aux personnes présentes qu’il y avait une hausse significative du nombre d’alertes concernant des projets d’attentats terroristes et que les forces de l’ordre, sur le terrain, contraient la menace « avec de larges déploiements » d’agents.

Le chef de la police israélienne, Kobi Shabtai, sur les lieux de la mort d’une octogénaire à Holon, qui a été victime d’un attentat terroriste présumé, le 20 septembre 2022. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Shabtai a déclaré que la police serait à son niveau le plus élevé de disponibilité opérationnelle à partir de samedi soir et ce, jusqu’au 18 octobre.

Des milliers d’agents vont être déployés dans tout le pays à des barrages routiers, dans les centres commerciaux et sur les sites de loisirs, dans les synagogues et dans tous les lieux de rassemblement.

« Les organisations terroristes ne prennent pas de repos, ne serait-ce qu’un instant, dans leurs efforts visant à porter atteinte aux citoyens d’Israël », a dit Shabtai. Dans ce contexte, la police ainsi que les services de sécurité et l’armée, « font tout… pour déjouer les intentions des groupes terroristes et pour frapper leurs sources de financement et mettre un terme aux incitations », a-t-il ajouté.

Un communiqué de la police a indiqué que « l’objectif de la préparation particulière de la police, pendant cette période, est d’assurer que tous les citoyens israéliens pourront voyager, se divertir et célébrer les fêtes en toute sécurité ».

La police traverse la place du mur Occidental dans la Vieille ville de Jérusalem, le 18 septembre 2022. (Crédit : Police israélienne)

La police a appelé le public à faire preuve de vigilance et à téléphoner à la ligne d’urgence nationale, au 100, « pour tout événement inhabituel nécessitant un traitement ou une intervention de la police, quel que soit le moment ».

Pour en savoir davantage sur les mises à jour de la police, les Israéliens sont appelés à téléphoner au 110, la hotline du centre d’information des forces de l’ordre.

S’exprimant ultérieurement au micro de la station de radio 103FM, Barlev a indiqué que « les citoyens israéliens ne doivent pas s’inquiéter » et qu’ils doivent profiter de cette période de fête. Mais il leur a demandé « d’être vigilants, comme ils le sont toujours, parce qu’un citoyen peut remarquer quelque chose qui lui semble étrange, suspect ou inhabituel et donner l’alerte ».

Les propos de Barlev et de Shabtai ont été tenus quelques jours après le meurtre d’une femme de 84 ans qui, selon la police, aurait été victime d’un attentat terroriste dans la ville de Holon, près de Tel Aviv. Le matin suivant, le suspect a été retrouvé pendu dans un bâtiment de la rue Bar Kochba à Tel Aviv.

La police pense que Mousa Sarsour — un Palestinien de 28 ans originaire de Qalqilya — s’est suicidé.

À gauche, la scène du meurtre d’une femme de 84 ans à Holon, le 20 septembre 2022 ; à droite, le suspect de l’attaque, identifié par la police comme étant Mousa Sarsour, de Qalqilya. (Crédit : Magen David Adom/Police israélienne)

Au début de la semaine, les forces de l’ordre ont expliqué qu’elles s’apprêtaient à renforcer la sécurité à Jérusalem pour garantir la sécurité des Israéliens et des touristes alors que des dizaines de milliers de personnes devraient visiter la capitale pendant les prochaines fêtes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...