L’Allemagne va financer la vaccination des survivants de la Shoah dans le monde
Rechercher

L’Allemagne va financer la vaccination des survivants de la Shoah dans le monde

La Claims Conference ne fournira pas de vaccins COVID, mais aidera 190 000 survivants à réserver et assurera le transport des personnes confinées chez elles avec une aide médicale

Illustration : Un employé du Magen David Adom administre un vaccin COVID-19 à la survivante de la Shoah Yaffa Balaban, 95 ans, dans son appartement de la résidence pour retraités Beit Tovei Hair à Jérusalem, le 26 janvier 2021. (Yonatan Sindel/Flash90)
Illustration : Un employé du Magen David Adom administre un vaccin COVID-19 à la survivante de la Shoah Yaffa Balaban, 95 ans, dans son appartement de la résidence pour retraités Beit Tovei Hair à Jérusalem, le 26 janvier 2021. (Yonatan Sindel/Flash90)

Un organisme à but non lucratif a obtenu 13,5 millions de dollars du gouvernement allemand afin d’offrir à chaque survivant de la Shoah une aide logistique pour se faire vacciner contre le coronavirus.

La Claims Conference ne fournira pas de vaccins. Mais grâce au nouveau financement allemand, elle offre à quelque 190 000 survivants dans le monde une aide gratuite pour la prise de rendez-vous, souvent décourageante, lorsqu’elle est disponible, et pour le transport.

L’organisation a pour objectif de téléphoner à ces 190 000 personnes – tous les survivants de la Shoah originaires de la diaspora qui ont été persécutés parce qu’ils sont de descendance juive – d’ici quelques mois, et a déjà commencé les appels.

Un élément clé du service est l’éducation sur les avantages des vaccins, pour laquelle les opérateurs téléphoniques invoquent le succès de la campagne d’inoculation d’Israël, a déclaré Greg Schneider, vice-président exécutif de la Claims Conference, au Times of Israel.

La Claims Conference négocie les réparations, les restitutions et autres demandes d’indemnisation au nom des victimes. Son nouveau programme fait suite à une initiative prise en Israël pour assurer le transport des survivants vers et depuis les centres de vaccination. En Israël, comme il est prévu à l’étranger, des équipes médicales complètes ont été fournies aux survivants qui sont confinés chez eux et ont besoin d’oxygène ou d’une autre aide pour quitter leur domicile.

Des médecins de Hatzalah conduisent une survivante israélienne de la Shoah à un poste de vaccination. (Autorisation de la Claims Conference)

« Nous avons vu en Israël comment ce type d’assistance peut faire la différence pour administrer ce vaccin qui sauve des vies », a déclaré M. Schneider. « Dans le cas d’une personne confinée chez elle, il ne s’agit pas seulement d’avoir le vaccin, nous devons trouver un moyen d’amener le survivant au lieu de vaccination. »

De nombreux survivants sont confinés chez eux et ont besoin de services d’ambulance spéciaux pour se rendre dans les centres de soins et en revenir, et un grand nombre d’entre eux auront besoin d’aide pour s’y retrouver dans les procédures de réservation, a déclaré M. Schneider.

« Israël en est maintenant aux toutes dernières étapes de la vaccination des personnes âgées, mais aux États-Unis, il y a encore beaucoup de personnes qui ont besoin d’aide, et en Ukraine, où il y a 12 000 survivants, aucun n’a encore été vacciné, et beaucoup auront besoin d’aide. »

Greg Schneider, vice-président exécutif de la Claims Conference. (Uriel Heilman/JTA)

« Ce que nous faisons, c’est appliquer l’expérience d’Israël, et notre travail d’aide aux survivants là-bas, à 40 pays à travers le monde. »

Selon lui, le défi logistique est moins vertigineux qu’il n’y paraît, car la Claims Conference contribue déjà aux soins à domicile de nombreux survivants, par l’intermédiaire d’agences dans divers pays, et les chargera de fournir l’assistance nécessaire. Des fonds supplémentaires seront recherchés si la demande est élevée, a-t-il ajouté.

« Les survivants de la Shoah ont été une source d’inspiration dans leur résistance à la pandémie. Beaucoup sont capables d’obtenir un rendez-vous par eux-mêmes, mais d’autres ne le font pas ou ne peuvent pas s’y rendre. Ils ne doivent pas être abandonnés dans ce dernier chapitre de la pandémie », a-t-il déclaré.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...