L’ambassadrice israélienne reçoit un prêtre polonais accusé d’antisémitisme
Rechercher

L’ambassadrice israélienne reçoit un prêtre polonais accusé d’antisémitisme

L’ambassade déclare que Tadeusz Rydzyk a rendu hommage à Israël pendant sa rencontre avec Anna Azari

L'ambassadrice d'Israël en Pologne, Anna Azari (à droite) avec le prêtre catholique Tadeusz Rydzyk à l'ambassade, à Varsovie, le 7 septembre 2016. (Crédit : Facebook/Ambassade d'Israël en Pologne)
L'ambassadrice d'Israël en Pologne, Anna Azari (à droite) avec le prêtre catholique Tadeusz Rydzyk à l'ambassade, à Varsovie, le 7 septembre 2016. (Crédit : Facebook/Ambassade d'Israël en Pologne)

L’ambassadrice d’Israël en Pologne a reçu un prêtre catholique qui dirige une station de radio qui est considérée par le département d’Etat américain comme un des pourvoyeurs principaux d’antisémitisme.

Tadeusz Rydzyk, le directeur de Radio Maryja, s’est rendu mercredi à l’ambassade, où il a rencontré l’ambassadrice Anna Azari pendant une heure.

Selon un rapport de 2008 du département d’Etat américain, « Radio Maryja est l’un des médias les plus ouvertement antisémites d’Europe ». Un rapport du Conseil de l’Europe a affirmé que Radio Maryja « incite ouvertement à l’antisémitisme depuis plusieurs années. »

En juillet 2007, Rydzyk a été enregistré déclarant « un certain nombre d’injures antisémites », affirmait également le rapport. Rydzyk a affirmé que les juifs poussaient le gouvernement polonais à payer des demandes de restitution de propriété privée exorbitantes, et que le président de Pologne était « dans la poche du lobby juif », selon le rapport.

Ses déclarations avaient pour objectif de décourager les législateurs et l’opinion publique à soutenir « une loi de compensation », selon le rapport, qui a également noté que Rydzyk et sa station de radio avaient été critiqués par plusieurs membres de la direction catholique de Pologne.

Andrzej Duda, président de Pologne (Crédit : Wikimedia Commons CC BY 3.0)
Andrzej Duda, président de Pologne (Crédit : Wikimedia Commons CC BY 3.0)

L’association Never Again (Plus jamais) de Pologne, une importante organisation non gouvernementale qui combat l’antisémitisme, a condamné la rencontre de Rydzyk avec l’ambassadrice.

« Mesdames et Messieurs, cette rencontre était une grosse erreur et une déception pour tous ceux qui sont impliqués depuis des années dans le combat contre l’antisémitisme en Pologne », a déclaré un porte-parole de l’organisation sur la page Facebook officielle de l’association et sur la page officielle de l’ambassade israélienne.

En janvier 2000, Radio Maryja avait diffusé un entretien entre Ryszard Bender, historien de l’université catholique de Lublin, et Dariusz Ratajczak, négationniste qui affirme qu’Auschwitz était un camp de travail et pas un camp d’extermination.

En avril 2006, Stanisław Michalkiewicz, analyste de Telewizja Trwam, une chaîne de télévision dirigée par Rydzyk et qui a également été accusée d’antisémitisme, a été cité par le journal Gazeta Wyborcza en train d’affirmer que « les hommes juifs essaient de nous surprendre par derrière », et de parler du Congrès juif mondial comme « le bénéficiaire principal de l’industrie de l’Holocauste. »

L’ambassade a déclaré dans un communiqué que Rydzyk, dont les médias ont des millions d’auditeurs et de téléspectateurs, avait rendu hommage à Israël pendant la rencontre et discuté des moyens de résoudre « les problèmes de la construction du dialogue judéo-polonais et de la protection de la mémoire des voisins juifs » des Polonais non juifs.

« Rydzyk a évoqué ses nombreuses visites en Israël en saluant la cuisine, la culture et les paysages israéliens, et les réussites remarquables des scientifiques israéliens », est-il écrit dans le communiqué.

« Ce multi-culturalisme est beau, inspire le respect et est la source d’une grande richesse et de la diversité de la société israélienne », a-t-il déclaré à l’ambassadrice.

La visite de Rydzyk à l’ambassade a eu lieu dans un contexte de tentative d’associations polonaises contre le racisme de diminuer ce qu’elles perçoivent comme une xénophobie et un ultranationalisme rampant dans le parti Droit et Justice de droite de Pologne, dont le dirigeant Andrzej Sebastian Duda a été élu président l’année dernière.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...