Lancement d’un plan radical de prévention des incendies face au réchauffement climatique
Rechercher

Lancement d’un plan radical de prévention des incendies face au réchauffement climatique

Selon la proposition faite par Ofir Akunis, l’avion bombardier d’eau massif américain arroserait régulièrement les zones considérées à haut-risque avec de l'eau mais des avis contraires surgissent

Le 747 Supertanker a aidé à éteindre un feu de forêt qui avait éclaté aux abords de Nataf, hors de Jérusalem, le 26 novembre 2016. (Crédit : police israélienne)
Le 747 Supertanker a aidé à éteindre un feu de forêt qui avait éclaté aux abords de Nataf, hors de Jérusalem, le 26 novembre 2016. (Crédit : police israélienne)

Évoquant le réchauffement climatique mondial, le ministre des Sciences et de la Technologie Ofir Akunis a lancé lundi un plan sans précédent d’utilisation de l’avion bombardier d’eau massif américain qui était intervenu la semaine dernière dans la bataille contre la vague dévastatrice d’incendies qui a balayé Israël.

Ainsi, le Boeing pourrait servir à empêcher de futurs brasiers.

Akunis a indiqué à la radio israélienne qu’il avait donné des instructions à son personnel pour utiliser le Boeing 747-400 supertanker, le plus grand avion bombardier d’eau du monde, pour largement arroser les zones boisées chaque automne pour prévenir les feux attisés par les conditions de sécheresse.

“Le supertanker peut être utilisé avant que les incendies n’apparaissent”, a-t-il déclaré. « Toute cette eau devrait être déchargée au début du mois de novembre pour mouiller le sol, en mesure préventive contre ce type de feux ».

La mention faite par Akunis du changement climatique en tant que cause des brasiers diverge des commentaires faits par de nombreux autres officiels gouvernementaux, qui ont souligné l’élément humain présumé dans le départ de certains feux et ont rejeté la responsabilité sur d’éventuels pyromanes palestiniens.

“Même si je ne suis pas quelqu’un émanant du secteur de la lutte contre les incendies, le supertanker a joué un rôle qu’on ne peut qualifier de dérisoire dans l’arrêt des flammes qui ont touché les collines de Jérusalem et la région de Nataf”, a déclaré Akunis. « Je ne commenterai pas davantage le côté opérationnel parce que je ne suis pas très versé dans le sujet, mais cela vaut le coup de l’explorer ».

Mais un sapeur-pompier vétéran américain a expliqué au Times of Israel que l’idée n’offrirait aucune protection contre les incendies de grande ampleur.

Le ministre Ofir Akunis le 30 août 2015 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le ministre Ofir Akunis le 30 août 2015 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

“Je ne peux pas imaginer que n’importe quel pré-trempage du sol puisse faire une différence discernable face à de tels murs de flammes”, s’est exclamé le sapeur-pompier, qui a demandé à conserver l’anonymat.

“En termes de prévention, déblayer les zones forestières et créer des corridors de vent dans les zones à haut-risque pour contrôler la direction d’un feu sont des mesures à prendre qui sont typiques. Mais je n’ai jamais entendu parler d’utiliser de l’eau comme ça. Elle s’évaporerait probablement instantanément, en particulier avec un climat sec comme en Israël.”

“Même le pré-arrosage d’une forêt à l’aide de retardateurs de flammes peut s’avérer dangereux sans nécessité”, a-t-il ajouté. « Parce que arroser des produits chimiques lourds dans l’air ne fait aucune discrimination : ils peuvent endommager les récoltes et pourraient poser un danger sanitaire pour les populations civiles alentours ».

Le 747 modifié est arrivé vendredi en Israël à la demande du Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui a qualifié les incendies survenus toute la semaine dernière de « situation extrême » nécessitant l’intervention de cet énorme avion.

Même si les brasiers les plus graves avaient déjà été éteints au moment où le supertanker est passé à l’action samedi, l’avion a contribué aux efforts de lutte contre les flammes sur les collines de Jérusalem où les incendies ont fait des ravages pendant cinq jours.

Le 747 Supertanker a aidé à éteindre un feu de forêt qui avait éclaté aux abords de Nataf, hors de Jérusalem, le 26 novembre 2016. (Crédit : Police d'Israël)
Le 747 Supertanker a aidé à éteindre un feu de forêt qui avait éclaté aux abords de Nataf, hors de Jérusalem, le 26 novembre 2016. (Crédit : Police d’Israël)
Des critiques émanant des bancs de l’opposition ont toutefois souligné que, au prix de nombreux millions, le supertanker avait passé la majorité de son temps en Israël à faire des cercles au-dessus de la Méditerranée.

Le supertanker est capable de projeter 76 000 litres d’eau, de mousse ou de retardateur de flammes sur une surface s’étendant jusqu’à 6 400 kilomètres et ses services peuvent être loués auprès d’une entreprise basée à Colorado Springs, Global SuperTanker Services LLC, pour un coût rapporté de 100 000 à 200 000 dollars l’heure.

L’avion était une première fois venu en Israël lors de l’incendie massif de Carmel en 2010 qui avait détruit de larges pans de la crête forestière située aux abords de la ville de Haifa et qui avait causé la mort de 44 personnes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...