L’ancien assistant de Netanyahu pourrait faire face à des accusations pour fraude
Rechercher

L’ancien assistant de Netanyahu pourrait faire face à des accusations pour fraude

Ari Harow aurait utilisé ses liens pour obtenir des gains commerciaux privés

Ari Harow, ancien chef de cabinet du Premier ministre Benjamin Netanyahu pendant une réunion du Likud à la Knesset, le 24 novembre 2014. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
Ari Harow, ancien chef de cabinet du Premier ministre Benjamin Netanyahu pendant une réunion du Likud à la Knesset, le 24 novembre 2014. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Les enquêteurs de la police recommandent d’inculper pour corruption et abus de confiance l’ancien assistant et chef du personnel du Premier ministre Benjamin Netanyahu, selon une déclaration de la police.

Ari Harow, né en Californie, fait l’objet d’une enquête depuis la deuxième moitié de l’année 2015, car il est soupçonné d’avoir utilisé ses liens avec Netanyahu pour favoriser ses intérêts commerciaux privés.

Selon une déclaration de la police de jeudi, Harow a signé un accord entaché de conflit d’intérêts avant d’être nommé chef de cabinet sous Netanyahu en 2014.

Dans l’accord, qui est exigé de tous ceux qui sont nommés à des postes de haut niveau dans le service public, il a accepté de vendre sa société de conseil politique 3H afin d’éviter les conflits d’intérêts avant de prendre ses nouvelles fonctions.

Mais les enquêteurs ont déclaré jeudi que la vente de la société était prétendument fictive, car il a continué à gérer de facto la compagnie et qu’il a fait avancer ses intérêts tout en servant aux côté du Premier ministre.

La recommandation de la police énumère quatre chefs d’accusations : la corruption, l’abus de confiance, la fraude et le blanchiment d’argent.

Harow a refusé de commenter ses allégations.

Lorsqu’on a demandé si Harow avait fourni ses services ou des informations à 3H pendant qu’il était en fonction auprès du Premier ministre, un porte-parole de la société a refusé de commenter.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...