L’ancien envoyé de l’OLP aux USA prend son poste au Royaume-Uni
Rechercher

L’ancien envoyé de l’OLP aux USA prend son poste au Royaume-Uni

Husam Zomlot a déjà passé un temps considérable à Londres dans sa vie, après des diplômes de maîtrise et de doctorat obtenus dans la ville

Le docteur Husam Zomlot, nouvel envoyé de l'Organisation de libération de la Palestine aux Etats-Unis. (Crédit : autorisation)
Le docteur Husam Zomlot, nouvel envoyé de l'Organisation de libération de la Palestine aux Etats-Unis. (Crédit : autorisation)

Husam Zomlot, ancien envoyé de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) à Washington, a pris la fonction de chef de la mission de l’OLP au Royaume-Uni.

Zomlot est arrivé à Londres la semaine dernière, moins d’un mois après que l’administration du président américain Donald Trump a ordonné la fermeture du bureau de représentation de l’OLP à Washington.

« Aujourd’hui, j’ai pris le rôle d’ambassadeur de la Palestine au Royaume-Uni. Ma première réunion a été avec l’ambassadeur de la Ligue arabe à Londres, Ibrahim Mahi al-Din, un ami de la Palestine », a posté Zomlot sur sa page Facebook lundi.

Il est venu remplacer Manuel Hassassian, qui a été chef de la mission de l’OLP à Londres pendant plus de dix ans.

Zomlot a déjà passé un temps considérable à Londres, après avoir obtenu une maîtrise à la London School of Economics et un doctorat à l’université de Londres. Il a également brièvement servi au poste de chargé d’affaires à la mission de l’OLP au Royaume-Uni.

Il est également lié à un certain nombre de politiciens qu’il a rencontré lors de ses études dans le pays.

Mardi, Zomlot devrait se rendre à une rencontre majeure du parti conservateur au pouvoir, à Birmingham.

Les Palestiniens ont récemment demandé aux pays européens – et notamment au Royaume-Uni – de reconnaître un État palestinien.

Plus de 135 pays ont reconnu un État de Palestine mais les puissances majeures dans le monde comme les Etats-Unis, la France, le Royaume-Uni et d’autres se sont abstenues d’une telle initiative.

Cela fait longtemps qu’Israël affirme que la reconnaissance d’un État palestinien ne fera que durcir les positionnements palestiniens lors des négociations, augmentant la difficulté de conclure un accord final de paix.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...