L’ancien numéro 2 du Likud veut profiter de la victoire de Trump pour bâtir en Cisjordanie
Rechercher

L’ancien numéro 2 du Likud veut profiter de la victoire de Trump pour bâtir en Cisjordanie

L’ex-ministre populaire Gideon Saar appelle le gouvernement à étendre ses constructions à Jérusalem-Est et dans le corridor E1 controversé

L'ancien ministre de l'Intérieur Gideon Saar à la Knesset, le 23 décembre 2013 (Crédit : Flash90)
L'ancien ministre de l'Intérieur Gideon Saar à la Knesset, le 23 décembre 2013 (Crédit : Flash90)

L’ancien ministre du Likud Gideon Saar a appelé jeudi le gouvernement israélien à profiter de l’élection de le Donald Trump à la présidence américaine pour étendre les constructions israéliennes dans l’est de Jérusalem et dans certaines parties de la Cisjordanie.

Sa’ar, ancien ministre de l’Intérieur et de l’Education avant sa retraite politique prise en 2014, a écrit sur Twitter que le gouvernement israélien doit développer un plan de construction qu’il a intitulé “Jerusalem Now,” qui comprendrait un programme de construction à grande échelle dans les quartiers de Jérusalem-Est, ainsi que dans le corridor E1 situé à proximité de l’implantation israélienne de Maale Adumim.

Des tentatives antérieures de construire dans cette zone E1, qui relie Jérusalem à Maale Adumim, avaient suscité une vive opposition internationale.

Les Palestiniens clament que des constructions sur la zone E1 anéantiraient la possibilité d’un territoire palestinien contigu entre Ramallah et Bethléeem, et couperaient Jérusalem-Est, qu’ils considèrent comme la capitale d’un futur état palestinien. Les programmes de construction dans le corridor E1 avaient été gelés sous le gouvernement d’Ariel Sharon en 2005.

Saar a également vivement recommandé au gouvernement de demander aux Etats Unis de relocaliser l’ambassade du pays à Jérusalem, comme cela avait été promis par le président élu Donald Trump durant la campagne. Dans le sillage de l’élection de Trump, mercredi, de nombreux politiciens de droite ont appelé Trump à tenir cet engagement.

Personnalité très populaire du Likud, le parti au pouvoir, Saar avait été considéré comme une alternative sérieuse au Premier ministre Benjamin Netanyahu à la tête du parti. Ce dernier l’avait critiqué dans le passé pour ses manœuvres politiques visant la prise de la direction du Likud.

De nombreuses personnes avaient spéculé que la décision prise par Saar de prendre sa retraite politique avait été le résultat du blocage par Netanyahu de l’ascension de ses rivaux potentiels au sein de la formation politique.

Au début de l’année, un sondage de la radio israélienne avait révélé qu’un nouveau parti politique de centre-droit formé autour de Saar, de l’ancien ministre de la Défense Moshe Yaalon et du leader de Koulanou Moshe Kahlon – ces derniers sont d’anciens notables du Likud et étaient considérés comme des leaders potentiels de la formation – obtiendrait 25 sièges au Parlement israélien qui en comporte 120, ôtant 9 sièges au Likud qui passerait de 30 à 21.

Les conseillers de Trump ont annoncé depuis sa victoire aux élections qu’ils pensent qu’il relocalisera en effet l’ambassade américaine à Jérusalem et qu’il ne considère pas les implantations en Cisjordanie comme un obstacle à la paix.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...