L’AP enverrait la vidéo de l’interrogatoire du terroriste de 13 ans à la CPI
Rechercher

L’AP enverrait la vidéo de l’interrogatoire du terroriste de 13 ans à la CPI

Les Palestiniens affirment que l'interrogatoire d'Ahmed, 13 ans, fait partie de la torture systématique des prisonniers

Un policier israélien interroge un adolescent de 13 ans soupçonné de terrorisme, Ahmed Manasra, dans une vidéo divulgué à la presse palestinienne, le 9 novembre 2015 (Crédit : Capture d'écran YouTube)
Un policier israélien interroge un adolescent de 13 ans soupçonné de terrorisme, Ahmed Manasra, dans une vidéo divulgué à la presse palestinienne, le 9 novembre 2015 (Crédit : Capture d'écran YouTube)

Le ministre des Affaires étrangères de l’Autorité palestinienne a annoncé qu’il fera parvenir la vidéo de l’interrogatoire du Palestinien de 13 ans, suspecté d’avoir mené une attaque terroriste, à la Cour pénale internationale, a signalé l’agence de presse Wafa mercredi.

La vidéo de l’interrogatoire du terroriste présumé par la police israélienne a été diffusée lundi par la télévision palestinienne, montrant des policiers criant sur le garçon soupçonné d’avoir participé à l’agression de deux Israéliens le mois dernier à Jérusalem.

Ahmed Manasra a été grièvement blessé le 12 octobre quand il a été heurté par une voiture alors qu’il tentait de fuir la scène de l’attaque dans le quartier de Pisgat Zeev à Jérusalem, et son cousin-complice Hassan Manasra, 15 ans, a été abattu par les forces de sécurité après qu’il ait menacé des policiers avec un couteau.

Les deux cousins auraient poignardé deux Israéliens – un enfant de 13 ans, qui a été grièvement blessé; et un homme de 25 ans, qui a été légèrement blessé.

Ahmed a été soigné à l’hôpital Hadassah de Jérusalem et arrêté à sa sortie de la semaine dernière.

Manasra a d’abord reconnu avoir perpétré l’attaque, mais est revenu plus tard sur ses aveux.

Dans la vidéo de la police, Ahmed Manasra peut être vu lors de son interrogatoire face à des policiers qui le traitent à plusieurs reprises de menteur tout en le poussant à plaider coupable des accusations de tentative de meurtre sur deux Israéliens.

Manasra nie les allégations, disant qu’il ne se souvient pas de l’incident, même quand lui sont montrées les images prises par une caméra de sécurité où on distingue son cousin Hassan Manasra et lui-même et poursuivant une des victimes.

À la fin de la vidéo, le garçon est en larmes.

https://www.youtube.com/watch?v=HKZCWhnwRdQ

Les images ont déclenché l’ire des médias sociaux palestiniens qui ont lancé des appels aux dirigeants palestiniens leur demandant d’agir.

Le porte-parole du président de l’AP, Mahmoud Abbas, Nabil Abou Rudeineh, a déclaré mercredi que la vidéo a démontré « la barbarie » des interrogateurs israéliens et leur « sadisme » et a prouvé qu’Israël a violé le droit international dans ses interrogatoires des mineurs.

Il a promis de porter l’affaire devant la CPI et d’autres forums internationaux.

Après la fuite de la vidéo, l’agence de presse Wafa a publié plusieurs histoires axées sur des allégations de mauvais traitements israéliens sur des mineurs palestiniens.

Le Club des prisonniers palestiniens a déclaré dans un article publié mercredi par Wafa que certains des 62 mineurs palestiniens sont détenus dans la prison Givon de Ramle et qu’ils ont été maltraités et agressés physiquement.

L’article a cité un avocat du club, Fawaz Shaloudi, qui affirme que les mineurs avaient subi ce que Wafa a appelé «la violence physique et verbale brutale aux mains des enquêteurs israéliens ».

Les prisonniers, selon lui, sont enchaînés à leurs lits et subissent des attaques régulières des gardiens et soumis à de lourdes amendes.

Un rapport de lundi, quant à lui, a cité un avocat de la commission des Affaires des prisonniers, Heba Masalha, qui a affirmé qu’un détenu, âgé de 18 ans de Tulkarem, a été brutalement torturé pendant les interrogatoires, les enquêteurs l’auraient brûlé avec des cigarettes allumées pour le forcer à confesser ses crimes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...