Israël en guerre - Jour 235

Rechercher

L’AP refuse l’offre israélienne de prendre le contrôle du poste-frontière de Rafah

Israël et l'Égypte se renvoient la responsabilité de la fermeture continue du point de passage ; le Premier ministre voulait que des agents de Ramallah s'impliquent sous couvert d'un groupe d'aide local, craignant l'opposition de ses partenaires d'extrême-droite

Jacob Magid est le correspondant du Times of Israël aux États-Unis, basé à New York.

Un tank avec un drapeau israélien entre du côté gazaoui de la frontière avec Gaza, à Rafah, le 7 mai 2024. (Crédit : Armée israélienne via AP)
Un tank avec un drapeau israélien entre du côté gazaoui de la frontière avec Gaza, à Rafah, le 7 mai 2024. (Crédit : Armée israélienne via AP)

Israël a tenté de convaincre l’Autorité palestinienne d’aider à gérer le côté gazaoui de la frontière avec l’Égypte mais cette offre a été refusée par Ramallah, a déclaré un responsable américain au Times of Israel, lundi.

C’est la première fois qu’Israël propose discrètement d’impliquer l’Autorité palestinienne, d’une manière ou d’une autre, à Gaza. Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a rejeté cette idée de façon répétée depuis des mois, assimilant parfois l’Autorité palestinienne, qui contrôlé certaines zone de Cisjordanie, et le groupe terroriste du Hamas.

Mais cette proposition a été faite avec une réserve qui a son importance – ainsi, les agents de l’Autorité palestinienne positionnés au poste-frontière seraient sommés de se présenter comme faisant partie d’une organisation humanitaire locale. Car Netanyahu craindrait que la présence de l’Autorité palestinienne, à Rafah, ne soit pas acceptée par ses partenaires de coalition d’extrême-droite, a ajouté l’officiel américain qui a ainsi confirmé des informations qui avaient été transmises par le site d’information Axios.

Israël a lancé une opération militaire, la semaine dernière, visant à prendre le contrôle du côté gazaoui du poste-frontière de Rafah – fermant ainsi l’un des seuls points de passage empruntés pour délivrer l’aide humanitaire en transit à travers l’Égypte.

Israël cherche à empêcher le Hamas de tirer profit des activités sur le poste-frontière, à déjouer le trafic d’armes depuis l’Égypte et à démanteler ce qui est un symbole de la souveraineté du Hamas à Gaza.

Mais cette initiative a entraîné une querelle diplomatique majeure avec l’Égypte, qui craint qu’une opération israélienne, à la frontière, n’amène les Palestiniens qui se sont réfugiés à Rafah à ouvrir une brèche dans la clôture et à pénétrer dans le Sinaï.

Le ministre égyptien des Affaires étrangères Sameh Shoukry lors d’un débat d’une réunion spéciale du Forum économique mondial à Ryad, le 29 avril 2024. (Crédit : Fayez Nureldine / AFP)

Israël a cherché à coordonner ses opérations avec l’Égypte mais le pays semble avoir échoué dans cette tentative. Jérusalem a indiqué que le Caire refusait de rouvrir son côté de la frontière pour permettre à l’aide humanitaire d’entrer, citant des inquiétudes sécuritaires.

Le ministre égyptien des Affaires étrangères, Sameh Shoukry, a dénoncé ce qui s’apparente, selon lui, à des tentatives de la part d’Israël d’attribuer la crise humanitaire à Gaza à l’Égypte. Il a indiqué que la capture du poste-frontière par Tsahal et que les opérations militaires dans le secteur étaient seules à l’origine de l’incapacité, pour les camions d’aide humanitaire, d’entrer à Gaza.

De son côté, le bureau d’Israel Katz, le chef de la diplomatie israélienne, a déclaré que ce dernier s’était entretenu au téléphone avec ses homologues européens pour tenter de trouver une solution – ce qui semble indiquer que les relations sont d’une telle médiocrité actuellement avec l’Égypte que le ministre n’a pas été en mesure de parler directement à Shoukry, ou que l’influence de Katz sur le gouvernement israélien reste limitée.

Même si l’Égypte devait rouvrir le côté de sa frontière avec Rafah, il semble qu’Israël ait lancé son offensive sans avoir conclu, au préalable, d’accord avec une autre instance susceptible de remplacer le Hamas à ce point de passage déterminant, a noté le responsable américain qui a ajouté que la demande soumise auprès de l’Autorité Palestinienne n’avait été faite qu’après coup.

Le ministre des Affaires étrangères Israel Katz, à Jérusalem, le 19 février 2024. (Crédit : Chaïm Goldberg/Flash90)

Ramallah a rejeté l’offre israélienne, faisant savoir que l’Autorité palestinienne ne s’occuperait de Rafah que si Israël, de son côté, acceptait le plan qui est actuellement élaboré par ses alliés arabes et qui prévoit, à terme, l’établissement d’un Etat palestinien, a indiqué un officiel palestinien devant les caméras de Sky News.

Le responsable américain a précisé que les deux parties cherchaient une solution au problème au vu de la nécessité évidente de rouvrir le poste-frontière dans les meilleurs délais, de manière à permettre l’entrée des aides humanitaires.

Citant une source qui n’a pas été identifiée, le site Axios a rapporté que le directeur du Shin Bet, Ronen Bar, avait fait savoirà son homologue égyptien, Abbas Kamel, qu’Israël voulait que le point de passage soit rouvert à Rafah mais que le pays ne permettrait pas au Hamas de revenir dans la zone.

« C’est une nécessité absolue du point de vue sécuritaire et nous ne ferons pas de compromis », a écrit Katz sur X, mardi.

« La clé de la prévention d’une crise humanitaire, dans la bande de Gaza, se trouve maintenant entre les mains de nos amis égyptiens », a affirmé Katz.

Shoukry a estimé que la version des choses avancée par son homologue israélien reposait « sur des faits inventés ».

Le Caire répugne clairement à l’idée de rouvrir le poste-frontière si ce sont les forces israéliennes qui en ont la charge du côté gazaoui, au moins temporairement – une perspective qui donnerait une image de coopération qui ne serait guère appréciée en Égypte alors que la guerre à Gaza est encore en cours.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.