L’AP supprime le poste de police situé près de Jérusalem ; Gaza devrait suivre
Rechercher

L’AP supprime le poste de police situé près de Jérusalem ; Gaza devrait suivre

D'après des informations, l'entrée de biens et d'aides dans la bande de Gaza pourrait être bloquée ; un chef du Hamas jubile au sujet de la nouvelle crise entre Israël et Ramallah

La ville d'Abu Dis en Cisjordanie, à la périphérie de Jérusalem (Miriam Alster / Flash90)
La ville d'Abu Dis en Cisjordanie, à la périphérie de Jérusalem (Miriam Alster / Flash90)

Les forces de sécurité palestiniennes se sont retirées des zones proches de Jérusalem-Est vendredi après que l’Autorité palestinienne a mis fin à sa coordination sécuritaire avec Israël, selon de multiples médias citant des responsables palestiniens.

Selon la chaîne d’information Kan, le geste était largement symbolique – quelques officiers quittant les villes satellites de Jérusalem-Est, Azzariyah, Abu Dis, Biddu et Beit Ichsa, après avoir obtenu une permission spéciale d’Israël de se positionner à ces endroits dans le cadre de l’effort de lutte contre la pandémie de coronavirus.

Jérusalem-Est est sous contrôle israélien, et les forces de l’AP ne sont pas régulièrement autorisées à y opérer. Il semble que ces dernières espèrent éviter tout affrontement potentiel avec les forces israéliennes maintenant que la coordination a été interrompue.

Un haut responsable du Hamas, Saleh al-Arouri, qui dirige les activités du groupe terroriste en Cisjordanie, a déclaré jeudi soir que l’organisation « se félicite de la décision [d’Abbas] de mettre fin à la coordination sécuritaire », et a ajouté qu’il espérait que « cette fois-ci, ce sera sérieux ».

Il a affirmé que « le retour de la résistance en Cisjordanie est très possible et plus proche que ce que les gens imaginent ».

« Nous sommes aux portes de… l’éclatement d’un nouveau soulèvement », a-t-il averti.

Pendant ce temps, la Treizième chaîne a rapporté que les responsables de la bande de Gaza avaient également interrompu tous les liens avec Israël, faisant planer un doute sur la poursuite des transferts de biens et de l’aide humanitaire dans l’enclave.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...