Lapid dit qu’il s’opposera à un nouveau confinement
Rechercher

Lapid dit qu’il s’opposera à un nouveau confinement

Le ministre des Affaires étrangères promet d'être plus impliqué dans la réponse à la pandémie, rejetant les critiques sur la gestion de la vague actuelle par le gouvernement

Le chef du parti Yesh Atid, Yair Lapid, s'exprime lors d'une réunion de faction à la Knesset à Jérusalem, le 10 mai 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le chef du parti Yesh Atid, Yair Lapid, s'exprime lors d'une réunion de faction à la Knesset à Jérusalem, le 10 mai 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le ministre des Affaires étrangères, Yair Lapid, a déclaré jeudi qu’il s’opposerait à un autre confinement national pour endiguer l’augmentation des cas de COVID-19, promettant de jouer un rôle plus actif dans la réponse du gouvernement à la pandémie après avoir manqué les réunions du cabinet de haut niveau sur le coronavirus.

Lors d’interviews aux heures de grande audience sur les chaînes de télévision israéliennes, M. Lapid a repoussé les critiques concernant la gestion de la vague actuelle de coronavirus par le nouveau gouvernement. Les cas quotidiens de COVID sont à leur niveau le plus élevé depuis des mois, après avoir chuté à deux chiffres, voire à un seul chiffre, au moment de l’investiture du gouvernement en juin.

« Il y a une pandémie. Ce n’est pas seulement un phénomène israélien », a-t-il déclaré au radiodiffuseur public Kan. « Il y a une épidémie d’un nouveau variant, le variant Delta… et dans l’ensemble, je pense que nous gérons bien la situation. »

Après qu’il a été révélé au début du mois qu’il n’avait pas assisté à une seule réunion du cabinet sur le coronavirus, M. Lapid a expliqué que son absence était due à une répartition des tâches dont il avait convenu avec le Premier ministre Naftali Bennett.

« Le Premier ministre s’est concentré davantage sur la pandémie, je me suis concentré davantage sur l’adoption du budget et le maintien de la coalition », a-t-il déclaré. « Il se pourrait que j’ai raté le moment où je devais m’impliquer davantage. »

Il a déclaré à la Treizième chaîne que les critiques des médias concernant son absence aux réunions l’avaient poussé à faire marche arrière.

« Je ne veux pas que l’on crée une situation dans laquelle le Premier ministre est seul au front à absorber toutes les critiques. Je mérite les mêmes critiques que lui », a-t-il déclaré.

Le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid, à gauche, et le Premier ministre Naftali Bennett à la Knesset, le 26 juillet 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Lapid a déclaré que lors de la réunion du cabinet sur le coronavirus la semaine prochaine, il soutiendrait la réouverture des écoles le 1er septembre, alors que des appels ont été lancés pour repousser le début de l’année scolaire en raison des niveaux élevés de morbidité.

« Nous devons faire en sorte que les enfants retournent à l’école. Ils ont perdu une année de leur vie… Je pense que dans les écoles, il y aura des infections, mais, à cet âge, c’est moins dangereux », a-t-il déclaré à Kan.

« Nous devons vivre une vie normale autant que possible parallèlement à la pandémie, et une partie d’une vie normale est que, le 1er septembre, les enfants vont à l’école », a ajouté Lapid.

Le ministre des Affaires étrangères a également souligné qu’il s’opposerait à un autre confinement, qui serait le quatrième en Israël depuis le début de la pandémie, en insistant sur le coût économique.

« Je suis contre un confinement et je ferai tout pour empêcher un confinement « , a-t-il déclaré à la Douzième chaîne.

Dans l’interview accordée à la Treizième chaîne, M. Lapid a déclaré que les États-Unis ne dicteraient pas la politique israélienne, lorsqu’on l’a interrogé sur son accord avec le secrétaire d’État américain Antony Blinken pour une politique « sans surprise » sur l’Iran.

Le chef de l’opposition Benjamin Netanyahu a fréquemment critiqué Lapid pour cet accord avec les États-Unis, bien que de hauts responsables israéliens aient conclu des accords similaires sous les gouvernements dirigés par Netanyahu.

« Cette politique existe depuis les années 1970, nous ne surprenons pas les Américains. Cela ne change rien au fait que ce gouvernement fera ce qu’il pense être juste, certainement contre l’Iran, et ne demandera l’approbation ou la permission de personne », a déclaré Lapid.

« Cela ne contredit pas la politique de zéro surprise. »

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken et le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid se rencontrent à Rome, le 27 juin 2021. (Crédit : Stefano Meloni, ambassade d’Israël à Rome)

Lapid a également été pressé dans les interviews sur le nombre de ministres du gouvernement actuel, le troisième plus grand dans l’histoire d’Israël, alors qu’il a souvent critiqué le gouvernement précédent de Netanyahu – qui en avait le plus – pour sa taille.

« Je n’ai aucun moyen de défendre cela. Si cela ne dépendait que de moi, il y aurait un gouvernement de 18 ministres. Cela ne dépendait pas que de moi, et l’alternative était qu’un gouvernement ne soit pas formé, alors nous avons décidé de former un gouvernement », a-t-il déclaré.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...