Rechercher

Lapid transmet un message d’unité après l’attentat de Bnei Brak

Le ministre des Affaires étrangères s'exprimait aux côtés de son homologue autrichien ; ce dernier a noté que l'Autriche et l'État juif luttent "ensemble" contre le terrorisme

Lazar Berman est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid, à droite, lors d'une déclaration conjointe avec son homologue autrichien Alexander Schallenberg au ministère des Affaires étrangères de Jérusalem, le 30 mars 2022. (Capture d'écran/GPO feed)
Le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid, à droite, lors d'une déclaration conjointe avec son homologue autrichien Alexander Schallenberg au ministère des Affaires étrangères de Jérusalem, le 30 mars 2022. (Capture d'écran/GPO feed)

Dans une déclaration conjointe faite mercredi aux côtés du ministre des Affaires étrangères autrichien, Alexander Schallenberg, le chef de la diplomatie israélienne, Yair Lapid, a transmis un message d’unité en hébreu.

« L’objectif du terrorisme n’est pas seulement de frapper des innocents, mais de nous amener à haïr, à être en colère les uns contre les autres », a-t-il dit. « Il vise à miner le cœur de la société israélienne et à la faire s’effondrer de l’intérieur. »

« Les terroristes veulent voir des émeutes violentes dans les rues d’Israël », a ajouté Lapid, toujours en hébreu.

Le ministre des Affaires étrangères a souligné que l’expression de la haine ne renforçait pas la sécurité mais qu’au contraire, elle créait la peur et qu’elle rendait plus difficile le travail des forces de sécurité.

« Nous ne laisserons pas les terroristes déterminer notre politique et nous ne laisserons pas les terroristes nous déchirer de l’intérieur », a-t-il affirmé. « Face à ces images difficiles, nous devons être unis et nous devons garder le contrôle de nous-mêmes ».

Se tournant vers Schallenberg et lui parlant en anglais, Lapid a déclaré que des événements comme le Sommet du Neguev qui a eu lieu au début de la semaine étaient « la meilleure réponse à apporter au terrorisme ».

« La paix et l’amitié sont l’alternative à la violence et au chaos », a-t-il continué. « Nous avons, pour notre part, choisi la paix au travers de la force ».

C’était la première rencontre entre les deux ministres depuis le mois de janvier – quand Lapid avait raconté l’histoire de la mort de son grand-père lors d’une cérémonie organisée au camp de concentration de Mauthausen, en Autriche. Il avait étreint Schallenberg après son discours.

Schallenberg, qui s’est exprimé en anglais, a commencé sa prise de parole en transmettant ses condoléances aux familles des victimes de « cet attentat atroce ».

« Je veux vous sachiez, et je veux que la population d’Israël sache que l’Autriche se tient à vos côtés », a-t-il expliqué. « Nous menons ce combat ensemble ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...