Rechercher

L’archevêque de Canterbury en visite surprise à Gaza

Le chef de l'église anglicane a visité 2 hôpitaux et 1 cimetière britannique de soldats morts pendant la Première Guerre mondiale, dans le cadre de sa visite de 10 jours en Terre sainte

L'archevêque de Canterbury et chef de l'Eglise anglicane Justin Welby dans la Salle des Noms du musée de la mémoire de Yad Vashem à Jérusalem, le 27 juin 2013. (Crédit : Isaac Harari/Flash90)
L'archevêque de Canterbury et chef de l'Eglise anglicane Justin Welby dans la Salle des Noms du musée de la mémoire de Yad Vashem à Jérusalem, le 27 juin 2013. (Crédit : Isaac Harari/Flash90)

Justin Welby, archevêque de Canterbury, a fait une visite surprise dans la bande de Gaza, gouvernée par le Hamas, durant son séjour de dix jours en Terre sainte, a indiqué son bureau.

Jeudi, Welby a passé plus de trois heures dans la région côtière assiégée dominée par les islamistes, où vit une petite communauté chrétienne persécutée.

Au cours de sa visite, la première à Gaza, Welby a visité l’hôpital Saint-Jean de Jérusalem et l’hôpital Al Ahli Arab, dirigé par le diocèse épiscopal de Jérusalem. L’archevêque a dirigé un service de prière dans la chapelle de l’établissement.

Puis, accompagné par l’évêque anglican de Jérusalem, Suheil Dawani, il a visité le cimetière du Commonwealth, qui accueille les dépouilles de soldats tombés pendant la Première guerre mondiale et il y a déposé une couronne.

L’archevêque a également « rejoint un déjeuner de réception pour entendre la communauté chrétienne au sujet des défis particuliers qu’elle affronte à Gaza », a fait savoir son bureau.

Il y avait environ 3 000 chrétiens à Gaza mais, ces dernières années, leur nombre est passé à 1 300. Même si la communauté est officiellement tolérée par le groupe terroriste du Hamas qui dirige la bande de Gaza, des informations persistantes ont fait état de persécutions à leur encontre et même de conversions forcées.

Un grand nombre de chrétiens sont également partis en raison des conditions de vie difficiles à Gaza, frappée par les conflits fréquents avec Israël et par un blocus appliqué par l’Egypte et Israël sur la bande, dont l’objectif est de faire cesser le trafic d’armes du Hamas.

Welby a visité Jérusalem mercredi et a été rejoint par le grand rabbin britannique Ephraim Mirvis à l’occasion d’une prière devant le mur Occidental.

Lors de ce que Mirvis a qualifié de « moment unique de l’histoire », les deux chefs religieux ont visité la Vieille Ville et Yad Vashem.

« C’était un après-midi très particulier pour moi, d’être en mesure de marcher à travers le quartier juif auprès de l’archevêque, de lui montrer des souvenirs de ma vie, là où mon épouse et moi avons vécu pendant deux ans, et de vivre en respirant l’histoire juive de la ville, ce qui nous a mené à la prière devant le Kotel », a déclaré Mirvis au Jewish Chronicle.

Welby avait invité Mirvis, qui est un ami personnel, à le rejoindre durant son voyage à Jérusalem. C’est la première fois que les dirigeants de ces deux communautés religieuses visitent la ville ensemble.

Après être allés au mur Occidental, Mivis a évoqué ce moment historique d’un chef de l’église anglicane et d’un dirigeant de la communauté juive se rejoignant lors d’un moment de prière commune.

« J’adorerais ainsi envoyer un message d’espoir en revenant dans les annales de l’histoire – à la Tour de Clifford de York, aux comités médiévaux qui ont subi le fléau des meurtres rituels et à ceux qui ont été dévastés par les Croisades – leur faire savoir qu’un grand rabbin et un archevêque de Canterbury ont, un jour, prié l’un à côté de l’autre, comme des amis proches, dans la ville sainte de Jérusalem », selon un journaliste du Times.

Plus tôt, les deux responsables religieux ont visité le musée de l’Holocauste de Yad Vashem, où ils ont déposé une couronne et signé le livre des visiteurs.

Au musée, Welby a déclaré que l’antisémitisme était la racine de tout le racisme européen.

« Au cœur de la culture européenne, la racine de tous les racismes, je le pense, se trouve dans l’antisémitisme. Cela remonte à plus d’un millier d’années, a-t-il déclaré. Au sein de notre tradition chrétienne, il y a eu ces haines terribles, terribles, siècle après siècle. Un peuple, qui a davantage contribué à notre culture que presque aucun autre qu’on puisse nommer, a été également haï plus spécifiquement, plus violemment, de manière plus déterminée et plus systématiquement que n’importe quel autre. »

L’archevêque a également évoqué la nécessité de contrer la croissance de l’antisémitisme.

« En venant ici aujourd’hui, je me souviens combien c’est important – et particulièrement en ayant parlé à des membres du parlement au cours des derniers mois qui sont Juifs, et qui m’ont décrit le regain des attaques à leur encontre et des méchancetés qu’ils ont subi », a-t-il dit.

Mirvis a souligné l’importance des amitiés personnelles et de la construction de passerelles interconfessionnelles.

« Alors en étant ensemble ici, chacun de nous deux envoie un message très fort. Aujourd’hui à Jérusalem, nous avons prié ensemble et aujourd’hui à Jérusalem, nous appelons tous les autres, pas seulement à désirer vivement la paix et à prier pour elle, mais à faire quelque chose d’actif pour garantir que nous, dans notre monde fragile et divisé, nous accomplirons effectivement la paix. Cela sera l’hommage ultime que nous montrerons aux victimes de la Shoah. Puisse leur mémoire être éternellement bénie. »

Les deux chefs religieux se sont rendus à l’université hébraïque pour rendre hommage à l’étudiante britannique Hannah Bladon qui a été assassinée le mois dernier lors d’un attentat terroriste.

Welby a visité Israël dans le cadre d’une tournée de dix jours dans la région, la première depuis 2013. Il ira également en Egypte et rencontrer l’Autorité palestinienne.

Dans la matinée de mercredi, il se trouvait en Jordanie où il a dirigé la prière sur le site archéologique de Béthanie au-delà du Jourdain, qui serait l’endroit où Jean-Baptiste aurait baptisé Jésus de Nazareth.

Il a appelé à soutenir plus fortement ceux en qui ont besoin, disant : « Dans ce lieu, où nous entendons des chants d’oiseaux et le bruit de l’eau qui court, nous sommes entourés à seulement quelques kilomètres par la violence. »

L’archevêque a également rencontré le roi Abdallah II de Jordanie et s’est rendu à l’église anglicane Saint-Paul d’Amman. Suite à sa visite, il a déclaré que « c’est un endroit extraordinaire – une congrégation faite de Jordaniens, de quelques Egyptiens, de quelques Syriens (même si un grand nombre de ces derniers ont été réinstallés) et de réfugiés irakiens. »

Il a souligné le rôle des chrétiens au Moyen Orient.

« Nous devons également trouver des moyens d’améliorer les choses dans cette région. Nous ne voulons pas d’un Moyen Orient sans chrétiens. Les chrétiens ont une longue histoire au Moyen Orient, ils sont encore là, et ils devront certainement faire partie de l’avenir. »

Des agences ont contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...