Rechercher

L’armée accuse B’Tselem d’incitation

Un photographe de l'organisation a filmé une altercation devant l'implantation d'Yitzhar, dans ce qui ressemble à un coup-monté pour porter préjudice à l'armée

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Moti Almoz, porte-parole de l'armée israélienne, pendant une conférence de presse, le 15 juin 2014. (Crédit : Flash90)
Moti Almoz, porte-parole de l'armée israélienne, pendant une conférence de presse, le 15 juin 2014. (Crédit : Flash90)

Le porte-parole de l’armée israélienne a critiqué l’ONG israélienne de défense des droits de l’homme B’Tselem, qui a diffusé une vidéo d’un soldat israélien montant la garde devant l’implantation d’Yitzhar en Cisjordanie. Il affirme que la vidéo a été enregistrée pour « fabriquer un incident ».

Dans la vidéo, l’un des photographes palestiniens de l’organisation s’approche de l’officier et des soldats, qui demande à l’homme de maintenir une distance. S’ensuit une très courte altercation, principalement verbale entre l’homme et le soldat, avant que le Palestinien ne quitte les lieux.

Dans une publication Facebook, le porte-parole de l’armée et directeur des ressources humaines, le major-général Moti Almoz a défendu les agissements du soldat et a accusé B’Tselem de « provocation ».

Il ne mentionne pas le nom du groupe mais s’adresse au groupe à la deuxième personne, et sa publication étant accompagnée d’une description de la vidéo, elle ne laisse planer aucun doute quant à son destinataire.

« Il y a une différence entre filmer un évènement pendant qu’il se déroule et fabriquer un incident en arrivant quelque part avec une caméra », écrit Almoz, accusant le groupe de causer « des tensions qui n’existaient pas auparavant ».

« Vous continuerez à filmer des vidéos au nom de la liberté d’expression et nous continuerons à défendre des résidents de l’État d’Israël et à nous assurer du bien-être de ses citoyens, sans placer l’armée au centre de discussions politiques. »

B’Tselem a réagi dans un communiqué : « Les Palestiniens n’arrivaient ‘pas quelque part avec une caméra’, ils vivent là-bas, sur leurs terres. L’usage de l’armée pour mettre en place un programme politique – la dépossession [de la terre] et les implantations – est la raison pour laquelle l’armée est au centre d’une bataille politique. La fin de l’occupation mettra également fin à cela. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...