L’armée avertit les pêcheurs de Gaza qu’ils sont exploités par le Hamas
Rechercher

L’armée avertit les pêcheurs de Gaza qu’ils sont exploités par le Hamas

Le général de division Kamil Abu Rokon a noté qu'un assouplissement du blocus a été bénéfique pour les pêcheurs mais que des restrictions pourraient revenir suite aux violences

Photo d'illustration. Des bateaux de pêche palestiniens à Gaza City, le 1er avril 2018 (Crédit : AFP/Mohammed Abed)
Photo d'illustration. Des bateaux de pêche palestiniens à Gaza City, le 1er avril 2018 (Crédit : AFP/Mohammed Abed)

Le chef de la liaison militaire israélienne avec les Palestiniens a publié une vidéo vendredi sur Facebook où il met en garde en arabe les pêcheurs palestiniens en leur affirmant qu’ils sont exploités par le Hamas, suite à une manifestation récente lors de laquelle des bateaux palestiniens ont navigué sur la frontière maritime entre l’Etat juif et l’enclave côtière.

Israël « n’ignorera pas les provocations dans les zones maritimes » et « agira avec résolution contre ceux qui perturbent la paix », explique le général de division Kamil Abu Rokon, coordinateur militaire des activités gouvernementales dans les territoires (COGAT), dans cette séquence.

Ce message vient répondre aux manifestations récentes sur la côte, en plus des émeutes et du mouvement de protestation qui durent depuis le mois de mars le long de la frontière avec Israël.

Lundi, des milliers de personnes se sont rassemblées sur la côte méditerranéenne de Gaza, à proximité de la clôture qui sépare le territoire d’Israël. Certains militants ont navigué dans des petits bateaux de pêche aux abords de la frontière, brandissant le drapeau palestinien. Des corvettes de l’armée israéliennes ont tiré autour des embarcations palestiniennes.

S’adressant aux Gazaouis dans la vidéo, Abu Rokon déclare qu’il souhaite « vous présenter les faits dans leur totalité sur ce qu’il se passe actuellement sur les plages de Gaza ».

Le général de division israélien Kamil Abu Rokon s’adresse aux pêcheurs de Gaza dans une vidéo sur Facebook, le 21 septembre 2018 (Capture d’écran : Facebook)

Il a évoqué l’assouplissement du blocus naval d’Israël qui a permis d’agrandir la zone de pêche plus importante pour les pêcheurs de Gaza.

« Nous avons récemment annoncé sur la page Facebook ‘el-Munasek’ l’expansion de la zone de pêche, qui est passée de cinq kilomètres à 14,5 kilomètres », dit-il. « Cet élargissement sert plus de 250 000 personnes qui comptent sur ce secteur économique important pour répondre à leurs besoins ».

En résultat de cette expansion, « le secteur de la pêche a connu une hausse de ses profits de 50 % en comparaison à la période antérieure », ajoute-t-il. « Ce changement a également entraîné une hausse spectaculaire de la quantité de poisson commercialisée et une baisse correspondante de 50 % du prix du poisson » à Gaza.

Mais il avertit dans la vidéo que le groupe terroriste du Hamas qui contrôle l’enclave côtière et qui appelle ouvertement à la destruction d’Israël met en danger cette nouvelle prospérité.

« Néanmoins, à côté de tous les développements positifs survenus dans le secteur de la pêche, il existe un danger significatif : l’organisation terroriste du Hamas qui exploite les pêcheurs de Gaza qui travaillent simplement pour gagner leur vie, et qui les force à prendre part à des provocations qui perturbent la paix retrouvée dans le secteur maritime », explique-t-il.

« Je veux transmettre un message clair et direct : nous n’ignorerons pas les provocations dans le secteur maritime. Nous agirons avec résolution contre ceux qui viennent perturber la paix en mer aussi et si la situation doit continuer, alors nous restreindrons à nouveau la zone de pêche à cinq kilomètres », menace-t-il.

Il appelle la population de Gaza à éviter le conflit pour améliorer sa prospérité économique.

« Le tableau est très clair : les initiatives visant à perturber la paix dans le secteur maritime de Gaza et qui sont encouragées par le Hamas sont susceptibles d’entraîner des dégâts sérieux dans les vies des pêcheurs gazaouis, ainsi que dans les bénéfices qu’ils apportent aux résidents de Gaza », ajoute-t-il. « Plutôt que de tendre la main à une provocation aussi flagrante, maintenons cette sécurité stable qui permet le développement économique palestinien dans la bande de Gaza ».

Les violences en continué le long de la frontière avec Gaza malgré les négociations entreprises ces dernières semaines visant à établir une trêve entre Israël et le Hamas.

Mardi soir, les soldats israéliens ont tué deux Palestiniens lors d’émeutes à la frontière, selon le ministère de la Santé de l’enclave côtière dirigé par le Hamas.

Les deux individus ont été tués à proximité du passage frontalier d’Erez entre Gaza et Israël, qui a été régulièrement le théâtre de confrontations entre les jeunes lanceurs de pierres et les soldats israéliens ces derniers mois.

Ces affrontements ont eu lieu après que deux Gazaouis ont été tués – selon des informations – lors d’une frappe israélienne, à proximité de la barrière de sécurité.

L’armée israélienne a expliqué que ses avions avaient pris pour cible des Palestiniens qui s’approchaient de la clôture et qui y avaient placé, selon les militaires, « un objet suspect ».

26 manifestants ont été blessés par des tirs de l’armée israélienne au cours de la manifestation, selon des responsables de la Santé à Gaza.

Les tirs israéliens auraient tué au moins 131 Palestiniens durant les manifestations qui ont commencé à la fin du mois de mars. Le Hamas, qui cherche à détruire Israël, a reconnu que des diizaines de morts appartenaient à ses rangs.

Israël affirme que ses actions – et en particulier l’usage de balles réelles – sont nécessaires pour défendre la frontière et prévenir les infiltrations de masse au sein de l’Etat juif depuis l’enclave côtière. Israël accuse le groupe terroriste du Hamas d’encourager le mouvement de protestation et de s’en servir comme couverture pour commettre des attentats terroristes, notamment en ouvrant le feu sur les soldats et en tentant de franchir la clôture frontalière en la dégradant.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...