L’Armée cloue ses avions de transport au sol après un accident en janvier
Rechercher

L’Armée cloue ses avions de transport au sol après un accident en janvier

L'armée a indiqué que la décision de ne pas faire de vols d'entraînement est due à l'échec de Israeli Aerospace Industries à respecter les standards de maintenance de l'armée

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Un avion Lockheed C-130 Hercules de l'Armée de l'air israélienne, le 28 juin 2011 (Photo par Ofer Zidon/Flash90)
Un avion Lockheed C-130 Hercules de l'Armée de l'air israélienne, le 28 juin 2011 (Photo par Ofer Zidon/Flash90)

Jeudi, le chef d’état-major de l’armée de l’air israélienne a annoncé clouer au sol la flotte d’avions de transport et de ravitaillement qui devaient mener des vols d’entraînement, en raison de ce que l’armée a décrit comme un échec civil à les entretenir convenablement.

La décision est intervenue après un accident en janvier au cours duquel un cargo Hercules C-130 a roulé sur une centaine de mètres pour s’arrêter dans un fossé lors d’un test moteur, blessant légèrement les deux employés civils qui conduisaient le test.

Les avions cargo de transport militaire C-130, connus en hébreu comme les Karnaf, et le Boeing 707 de ravitaillement, connu comme le Re’em, sont entretenus par Israeli Aerospace Industries (IAI), possédé par le gouvernement, et non pas par l’armée de l’air elle-même.

Les deux modèles ont été cloués au sol sans pouvoir procéder à des vols d’entraînement jusqu’à nouvel ordre, même s’ils seront encore utilisés pour des opérations.

A Boeing 707 fueling plane fuels three F-15 aircrafts in flight (photo credit:Ofer Zidon/Flash90)
Un Boeing 707 ravitaille trois F-15 en vol. (Crédit photo : Ofer Zidon/Flash90)

Une enquête sur l’incident a été menée par l’Armée de l’air, avec un représentant de l’IAI, et présentée à son commandant, le général Amikam Norkin, et à un comité d’enquête cette semaine, a déclaré l’armée dans un communiqué.

L’enquête a estimé que les employés de maintenance de l’IAI avaient réalisé le test moteur en janvier d’une manière inappropriée qui ne respecte pas les standards de sécurité de l’Armée de l’air, et que l’accident aurait pu être évité, a déclaré l’armée.

Selon Tsahal, les employés n’ont pas correctement utilisé les freins lors des tests et « ont utilisé incorrectement les systèmes d’urgence ».

En plus de l’enquête sur l’incident en lui-même, l’Armée de l’air a annoncé qu’elle menait une vérification globale du travail de l’IAI sur la base où l’accident s’était produit et qu’elle avait trouvé que « le niveau de professionnalisme était inadéquat et que les procédures de l’armée de l’air, que l’IAI doit respecter selon les termes du contrat, n’étaient pas remplies ».

Le rapport a mis en avant les échecs à recenser et suivre le travail, mais aussi la mauvaise gestion des outils et équipements, a déclaré l’armée.

« A la lumière des conclusions qui ont été présentées au comité d’enquête et à la lumière d’une recommandation du chef des équipements de l’Armée de l’air, le général Shimon Zenziper, le chef de l’Armée de l’air, a ordonné que la flotte d’avion Karnaf et Reem, qui sont entretenus par Israeli Aerospace Industries, n’effectuent pas de vols d’entraînement », a déclaré Tsahal.

En outre, Norkin a appelé Zenziper à travailler avec l’IAI pour « immédiatement proposer un plan qui traite les failles découvertes, en respect du contrat et des standards nécessaires pour l’Armée de l’air ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...