Rechercher

L’armée déjoue une tentative de trafic de drogue depuis l’Égypte

Les stupéfiants saisis - plus de 120 kilos de cocaïne et de marijuana - valent des dizaines de millions de shekels ; il n'y a pas eu d'arrestations

La cocaïne et la marijuana saisis pendant une tentative de trafic de drogue sur la frontière avec l'Égypte, le 20 novembre 2021. (Crédit : Armée israélienne)
La cocaïne et la marijuana saisis pendant une tentative de trafic de drogue sur la frontière avec l'Égypte, le 20 novembre 2021. (Crédit : Armée israélienne)

Les soldats israéliens ont déjoué une tentative de trafic de drogue à hauteur de dizaines de millions de shekels depuis l’Égypte, a fait savoir l’armée.

Selon les militaires, les troupes qui surveillaient la zone ont remarqué cette tentative de contrebande de stupéfiants, envoyant des soldats sur les lieux.

Ces derniers ont procédé à des coups de semonce. Aucune arrestation n’aurait été faite à cette occasion.

Ce sont 120 kilos de cocaïne et de marijuana qui ont été saisis, pour une valeur de dizaines de millions de shekels.

Les stupéfiants ont été confiés à la police israélienne.

Cela fait des années que la frontière entre Israël et l’Égypte est le théâtre de trafics, particulièrement de marijuana mais également d’autres drogues.

La cocaïne et la marijuana saisis pendant une tentative de trafic de drogue sur la frontière avec l’Égypte, le 20 novembre 2021. (Crédit : Armée israélienne)

La semaine dernière, les militaires israéliens ont saisi plus de 300 kilos de marijuana et de haschisch pour une valeur estimée de cinq millions de shekels, avait fait savoir Tsahal.

Des hommes, du côté égyptien, avaient jeté les stupéfiants de l’autre côté de la clôture frontalière, apparemment pour que des complices viennent les récupérer. Aucune arrestation n’avait eu lieu.

L’armée a changé ses règles d’engagement, dimanche dernier, pour permettre aux soldats d’ouvrir plus facilement le feu sur les voleurs et sur les trafiquants présumés, une tentative de mieux réprimer le crime.

Ainsi, les troupes pourront utiliser leur arme à feu dans les cas de vols d’armes et de munitions sur les bases militaires, dans les cas d’effraction sur ces mêmes bases ou dans les zones de tirs et lors des tentatives de trafic observées le long de la frontière entre l’État juif et l’Égypte, a fait savoir Tsahal.

Dans le passé, dans de telles circonstances, les soldats ne pouvaient ouvrir le feu que si leur vie était en danger immédiat – ce que savaient généralement les criminels.

Au début du mois, les soldats avaient légèrement blessé par arme à feu un trafiquant israélien présumé au cours d’une tentative similaire. Plusieurs trafiquants de drogue ont été tué par les troupes, cette année, dans ces circonstances.

Si l’armée est chargée de prévenir les trafics le long de la frontière avec l’Égypte, les militaires s’efforcent habituellement d’éviter toute confrontation directe avec les trafiquants.

Judah Ari Gross et Emanuel Fabian ont contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...