L’armée démolit la maison du chef de la cellule responsable de la mort des Henkin
Rechercher

L’armée démolit la maison du chef de la cellule responsable de la mort des Henkin

Les ingénieurs de Tsahal ont rasé l’appartement de Naplouse cette nuit après la confirmation de la Cour suprême, de légers incidents ont éclaté

Photo illustrative d'une femme palestinienne marchant au milieu des décombres d'une maison après que les forces de sécurité israéliennes ont démoli les maisons de deux terroristes palestiniens dans le quartier palestinien de Jabal Mukaber à Jérusalem-Est, le 6 octobre, 2015. (AFP / THOMAS COEX)
Photo illustrative d'une femme palestinienne marchant au milieu des décombres d'une maison après que les forces de sécurité israéliennes ont démoli les maisons de deux terroristes palestiniens dans le quartier palestinien de Jabal Mukaber à Jérusalem-Est, le 6 octobre, 2015. (AFP / THOMAS COEX)

L’armée israélienne a démoli tôt mardi l’appartement de Naplouse d’un homme du Hamas qui serait l’instigateur de la fusillade qui a mené à la mort de deux parents en Cisjordanie il y a deux mois.

L’armée a déclaré dans un communiqué qu’elle a rasé la maison de Ragheb Ahmed Mohammed Aluya, le leader de la cellule qui a assassiné Naama et Eitam Henkin en octobre.

Les ingénieurs de l’armée, accompagnés d’une unité d’élite, sont entrés dans le quartier de Dahiyya de la ville de Naplouse, Cisjordanie, pour procéder à la démolition après que la Cour Suprême a rejeté une pétition contre cet ordre mardi.

Il s’agit de la deuxième démolition en deux jours, alors qu’Israël pousse cette politique controversée, dont il dit qu’elle est déterminante pour dissuader de futures attaques menées par des Palestiniens.

De légers incidents ont éclaté sur les lieux pendant que l’armée procédait, selon l’agence de presse palestinienne Maan. Un Palestinien a été hospitalisé après avoir été touché par une balle en caoutchouc.

Le couple Henkin a été tué dans sa voiture, près de l’implantation d’Itamar, en Cisjordanie. Leurs quatre jeunes enfants, dont le plus vieux est âgé de neuf ans, étaient sur les sièges arrière et ont été témoins des meurtres, sans être blessés.

L’armée a déclaré que M. Aluya était le cerveau de cette attaque terroriste, il a recruté les autres membres de la cellule, dirigé leurs activités et fourni les armes utilisées pendant l’attaque.

La fusillade est perçue comme la première attaque majeure d’une vague de terrorisme qui a touché Israël ces deux derniers mois.

Des photos, publiées par des médias palestiniens, montrent l’appartement du second étage d’un immeuble en comptant quatre, comme une coquille creusée et foudroyée. Une affiche montrant le visage de Aluya et le drapeau palestinien pend au-dessus d’un trou soufflé depuis l’extérieur du mur.

La démolition de la maison de Aluya survient moins de 24 heures après que les ingénieurs de l’armée israélienne ont détruit la maison familiale du terroriste du Hamas Ibrahim al-Akari, dans le camp de réfugiés de Shuafat, à l’extérieur de Jérusalem.

Al-Akari a tué deux israéliens dans un attentat terroriste avec une voiture dans la ville en novembre dernier.

Le super intendant des gardes frontières druze Jadan Assad a été tué dans l’attentat. Shalom Aharon Baadani, un étudiant de yeshiva juif de 17 ans, a été percuté par la voiture de Akari alors qu’il roulait à vélo près d’une station de tramway, et est mort deux jours après avoir succombé à ses blessures.

La démolition des maisons de terroristes a été critiquée par des organisations non-gouvernementales, mais le gouvernement a toujours défendu cette pratique et l’utilise comme un moyen de dissuasion contre les attentats. Les critiques affirment qu’en plus d’être une forme de punition collective, la démolition de leur maison peut entraîner des membres de la famille des terroristes à lancer eux-mêmes des attentats.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...