L’armée en opération à la frontière du Liban après la réduction des effectifs
Rechercher

L’armée en opération à la frontière du Liban après la réduction des effectifs

Selon l'armée, les manœuvres sont routinières, mais elle reste en état d'alerte après la réduction des renforts, suite à la diminution des risques d'une attaque du Hezbollah

Des soldats libanais et les forces de maintien de la paix regardent le village d'Adaisseh, au Liban, depuis les abords du Kibbutz Misgav Am, alors qu'un tank israélien Merkava fait des manœuvres près de la ligne de démarcation, le 2 juin 2020. (Crédit : Jalaa Marey/AFP)
Des soldats libanais et les forces de maintien de la paix regardent le village d'Adaisseh, au Liban, depuis les abords du Kibbutz Misgav Am, alors qu'un tank israélien Merkava fait des manœuvres près de la ligne de démarcation, le 2 juin 2020. (Crédit : Jalaa Marey/AFP)

Les chars de l’armée israélienne opéraient à la frontière avec le Liban mardi, un jour après que l’armée israélienne a déclaré qu’elle rappelait ses renforts à la frontière.

L’armée israélienne a déclaré que les troupes blindées et d’infanterie menaient des activités de routine à proximité du kibboutz Yiftah, notamment des patrouilles, parallèlement aux opérations de recherche et de collecte.

L’armée a déclaré dans un communiqué que les manœuvres ont eu lieu en Israël et « en coordination avec les autorités compétentes ».

« L’armée israélienne continue à maintenir un niveau de préparation accru et à agir près de la frontière pour protéger les habitants du nord », a déclaré l’armée dans un communiqué.

Sur cette photo prise près du kibboutz Misgav Am, des soldats libanais et des soldats de la FINUL surveillent depuis le village d’Adaisseh, au Sud-Liban, les chars Merkava de l’armée israélienne, qui participent à des manœuvres de routine près de la ligne de démarcation de la frontière, le 2 juin 2020. (Jalaa Marey/AFP)

Selon L’Orient-Le Jour, journal francophone libanais, les trois chars sont restés derrière la Ligne bleue, en référence à la frontière non officielle mais internationalement reconnue entre Israël et le Liban. Le journal a rapporté que deux des chars étaient restés après le départ du troisième de la zone.

La clôture israélienne le long de la frontière se trouve dans certaines zones à plusieurs dizaines de mètres à l’intérieur de la ligne bleue, ce qui signifie qu’il y a des enclaves du côté libanais de la clôture qui appartiennent à Israël, ce qui entraîne parfois une confusion et même des confrontations.

Ces manœuvres sont intervenues après que l’armée israélienne a commencé, lundi soir, à rappeler ses renforts le long de la frontière libanaise et à lever les barrages routiers de la zone après une « évaluation de la situation », a déclaré l’armée.

Ce recul semble indiquer que l’armée israélienne estime que les risques d’attaque par le groupe terroriste du Hezbollah, qui a menacé de se venger de la mort d’un de ses combattants lors d’un raid aérien en Syrie, largement attribuée à Israël, sont en baisse.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...