Rechercher

L’armée israélienne lance un entraînement le long de la frontière de Gaza

L'exercice "Tempête du sud" vise à "améliorer la préparation" des soldats et à s'assurer que ces derniers ont bien intégré les leçons du conflit du 11 mai, explique Tsahal

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Des soldats israéliens près de la frontière avec Gaza, près de Sdérot, le 24 août 2021. (Crédit : Menahem KAHANA / AFP)
Des soldats israéliens près de la frontière avec Gaza, près de Sdérot, le 24 août 2021. (Crédit : Menahem KAHANA / AFP)

L’armée israélienne a commencé mardi un exercice qui durera deux jours. Cette simulation d’une guerre dans la bande de Gaza permettra aux militaires de s’assurer que les soldats ont bien tiré les leçons du conflit du mois de mai dernier qui a opposé l’État juif aux groupes terroristes de l’enclave.

L’exercice – qui a été appelé « Tempête du sud » – comprend une grande variété de scénarios possibles que les forces israéliennes pourraient rencontrer, y compris des attaques surprises de la part des groupes terroristes dans la bande.

L’objectif, a noté Tsahal, est d’améliorer la préparation des troupes du Commandement du sud et de la Division de Gaza à un futur conflit.

« Dans le cadre de cet exercice, il y aura un mouvement remarquable des forces et des véhicules de sécurité, il y aura des explosions dans le secteur et un certain nombre de barrages routiers vont être dressés dans la zone adjacente à la frontière », a annoncé l’armée, qui a établi clairement que ces barrages n’arrêteraient pas les civils et que la circulation resterait ouverte sur les routes.

Les militaires ont expliqué que l’exercice avait été programmé de manière anticipée dans le calendrier d’entraînement 2021 mais qu’il allait se focaliser sur la mini-guerre du mois de mai, qui avait été surnommée en Israël l’Opération Gardien des murs.

« L’exercice vise à améliorer l’état de préparation défensif des soldats dans les zones qui entourent la bande de Gaza et il permettra de déterminer comment les leçons tirées de l’Opération Gardien des murs ont été intégrées, tout en plaçant les troupes dans de nombreux scénarios possibles d’attaques des groupes terroristes dans la bande de Gaza avec notamment des scénarios surprises », a continué l’armée.

Israël a connu un conflit punitif d’onze jours avec le Hamas, le Jihad islamique palestinien et d’autres groupes terroristes de la bande de Gaza au mois de mai, après le tir, par le Hamas, de six roquettes vers Jérusalem en riposte à des affrontements qui avaient lieu dans la ville à ce moment-là. Treize personnes avaient perdu la vie en Israël pendant les combats – 12 civils et un soldat – et environ 250 Palestiniens avaient été tués au sein de l’enclave côtière. Approximativement la moitié étaient des victimes palestiniennes étaient membres d’organisations terroristes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...