L’armée nomme un nouveau président de cour d’appel
Rechercher

L’armée nomme un nouveau président de cour d’appel

Liberman dit aux juges militaires que le “bruit médiatique” ne devrait pas influencer les jugements, une référence au scandale médiatique entourant Elor Azaria

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Le général Doron Piles (à gauche) serre la main du ministre de la Défense Avigdor Liberman pendant sa nomination comme nouveau président de la Cour d'appel militaire, en présence du président Reuven Rivlin, de la présidente de la Cour suprême Miriam Naor, et le chef d'Etat-major Gadi Eizenkot, le 15 août 2016. (Crédit : Ariel Hermoni/ministère de la Défense)
Le général Doron Piles (à gauche) serre la main du ministre de la Défense Avigdor Liberman pendant sa nomination comme nouveau président de la Cour d'appel militaire, en présence du président Reuven Rivlin, de la présidente de la Cour suprême Miriam Naor, et le chef d'Etat-major Gadi Eizenkot, le 15 août 2016. (Crédit : Ariel Hermoni/ministère de la Défense)

Le général Doron Piles a été nommé nouveau président de la Cour d’appel militaire, un poste équivalent à celui de président de la Cour suprême, pendant une cérémonie organisée lundi à la résidence présidentielle de Jérusalem.

Le président Reuven Rivlin, le ministre de la Défense Avigdor Liberman, la présidente de la Cour suprême Miriam Naor, et le chef d’Etat-major Gadi Eizenkot assistaient à la cérémonie. Eizenkot a récompensé Piles avec son nouveau poste et son nouveau grade.

Piles a récemment présidé une partie de l’affaire litigieuse du tireur de Hébron, dans laquelle un soldat israélien, Elor Azaria, est accusé d’avoir abattu un terroriste palestinien désarmé.

Pendant la cérémonie, Liberman a fait une référence à l’affaire, disant à Piles et trois autres juges militaires qu’ils devaient baser leurs décisions non pas sur les « experts », mais sur la « justice ».

« Je sais que ce n’est pas facile, mais parfois, même quand il y a un bruit médiatique dehors, et les interprétations de tel ou tel expert, vous devez savoir l’ignorer et juger en accord avec la justice », a déclaré Liberman.

Avigdor Liberman, président du parti Yisrael Beytenu, arrive à la cour militaire pour soutenir Elor Azaria, un soldat israélien accusé d'avoir tué un assaillant palestinien blessé à Hébron, le 29 mars 2016. (Crédit : Flash90)
Avigdor Liberman, président du parti Yisrael Beytenu, arrive à la cour militaire pour soutenir Elor Azaria, un soldat israélien accusé d’avoir tué un assaillant palestinien blessé à Hébron, le 29 mars 2016. (Crédit : Flash90)

Avant d’être nommé ministre de la Défense, Liberman s’était exprimé en soutien d’Azaria. Après avoir pris son poste en mai dernier, il avait promis de ne pas intervenir dans la procédure judiciaire.

Piles a été approuvé à ce poste le 8 juillet par une commission composée de la ministre de la Justice Ayelet Shaked, et de Liberman, Naor, Eizenkot, et d’autres représentants militaires et juridiques. Son prédécesseur, le général Shai Yaniv, a quitté la présidence de la cour deux semaines plus tard.

Pendant son discours, le président Rivlin n’a pas pesé sur l’affaire, choisissant plutôt de souligner le besoin d’une justice forte et indépendante au sein de l’armée.

« L’Etat d’Israël a décidé dans ses premiers jours de voir la guerre comme un mal nécessaire, un qui ne nous permet pas de traverser chaque ligne et de réduire au silence chaque loi », a déclaré Rivlin pendant la cérémonie. « Le système [judiciaire militaire], avec a complexité et ses défis, est une partie essentielle de la structure de l’armée israélienne en tant qu’armée représentant la souveraineté, la nation, et les élus d’un Etat juif et démocratique, et démocratique et juif. »

La nomination officielle de Piles intervient au moment où l’armée israélienne a proposé une série de nomination de hauts gradés pour plusieurs brigades d’infanterie et d’unités navales.

Des soldats de la brigade des parachutistes s'entraînent au combat en porte-à-porte dans les zones inhabitées de Tzeelim, dans  le sud d'Israël, le 10 juillet 2014. (Crédit : Flash90)
Des soldats de la brigade des parachutistes s’entraînent au combat en porte-à-porte dans les zones inhabitées de Tzeelim, dans le sud d’Israël, le 10 juillet 2014. (Crédit : Flash90)

Le colonel Yaakov “Yako” Dolef a été nommé chef de la brigade des parachutistes. Le colonel Dan Goldfus s’est vu attribué le commandement de la brigade Nahal. Le colonel David Bar-Kalifa a été nommé à la tête de la brigade Givati. Le colonel Tzion Ratzon dirigera la brigade Kfir. Le colonel Avi Balut a pour sa port été nommé à la tête de la nouvelle brigade Commando.

D’autres nouvelles nominations ont eu lieu, notamment pour des commandants de bases militaires, y compris pour l’armée de l’air et la marine.

L’équipe du Times of Israël a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...