L’armée organise un exercice de simulation de guerre avec le Hezbollah
Rechercher

L’armée organise un exercice de simulation de guerre avec le Hezbollah

L’exercice est consacré à la performance des hauts responsables et de leurs équipes, plutôt qu'à la tactique ou au combat, une semaine après un épisode de violences

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Des soldats courant vers un hélicoptère pendant un exercice de l'armée israélienne simulant une guerre contre le Hezbollah, dans le nord d'Israël, en septembre 2017. (Crédit : armée israélienne)
Des soldats courant vers un hélicoptère pendant un exercice de l'armée israélienne simulant une guerre contre le Hezbollah, dans le nord d'Israël, en septembre 2017. (Crédit : armée israélienne)

L’armée israélienne a entamé dimanche un exercice de simulation de guerre contre le Hezbollah et d’autres forces pro-iraniennes dans le nord du pays.

L’exercice, baptisé Even HaRosha, sera consacré à la performance des hauts responsables et de leurs équipes, plutôt qu’à la tactique et au combat, a fait savoir l’armée.

« L’objectif de cet exercice est d’améliorer la performance de l’état-major [de l’armée israélienne] et de différents quartiers généraux en situation de guerre », a déclaré Tsahal dans son communiqué.

Les unités de commandement de l’armée de l’air, de la marine, des forces terrestres, du renseignement, de la logistique, de la communication et des unités informatiques prennent part à l’exercice.

Certains aspects de l’exercice étaient initialement prévus la semaine dernière, mais ont été reportés à cause des tensions avec le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah.

L’exercice devrait durer jusqu’à mercredi.

« Plusieurs scénarios seront simulés, et l’accent sera mis sur la coopération, la planification multiple et les opérations en temps de guerre », a souligné l’armée.

De la fumée s’échappe d’un incendie causé par une roquette tirée depuis le Liban près du Moshav Avivim, à la frontière avec le Liban, au nord d’Israël, le 1er septembre 2019. (David Cohen/Flash90)

Les tensions avec le Hezbollah, et par extension avec l’Iran, ont connu une certaine recrudescence ces dernières semaines, après que l’armée a contrecarré une tentative d’agents iraniens en Syrie – dont deux anciens membres du Hezbollah – de mener une attaque sur le nord d’Israël et attaqué leur base. Peu avant, une attaque de drone sur Beyrouth attribuée à Israël aurait détruit des éléments d’un projet de l’Iran et du Hezbollah visant à fabriquer des missiles de précision au Liban.

Le Hezbollah a riposté dimanche dernier en tirant trois missiles antichars sur des positions israéliennes à la frontière israélo-libanaise. Deux d’entre eux ont touché un véhicule militaire, et le troisième a touché une base militaire. Aucun soldat israélien n’a été blessé, et l’armée a riposté en tirant une centaine d’obus sur des positions du Hezbollah au sud du Liban. Aucun blessé libanais n’a été signalé.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...