L’armée prévoit des millions de shekels pour éviter les vols dans le Néguev
Rechercher

L’armée prévoit des millions de shekels pour éviter les vols dans le Néguev

Des patrouilles aériennes, des unités d'infiltration et des clôtures supplémentaires parmi les plans de lutte contre les voleurs opérant dans une base militaire de la région

Photo d'illustration. Des soldats de l'armée israélienne s'entraînent sur la base militaire de Tzeelim, dans le sud d'Israël, le 19 août 2015 (Crédit : Armée israélienne /Flickr)
Photo d'illustration. Des soldats de l'armée israélienne s'entraînent sur la base militaire de Tzeelim, dans le sud d'Israël, le 19 août 2015 (Crédit : Armée israélienne /Flickr)

L’armée a prévu des millions de shekels pour renforcer la sécurité de l’une de ses bases militaires dans le désert du Néguev, à la suite d’une vague de vols d’armes et de véhicules sur le site qui, selon les responsables de la sécurité, pourraient tomber entre les mains des terroristes.

Selon les médias, la base militaire de Tzeelim a été victime de 50 vols au cours de la seule année 2017.

Les services de sécurité, y compris la police, sont de plus en plus préoccupés par le vol d’armes, craignant qu’ils ne se retrouvent non seulement entre les mains de criminels, mais aussi des terroristes, a rapporté lundi le journal Maariv.

Une unité secrète de la police des frontières a commencé à opérer dans et autour des champs de tir proches de Tzeelim, à l’est de Beer Sheva, en menant des embuscades presque tous les soirs contre des voleurs présumés, selon le journal.

Dans les semaines à venir, d’autres policiers de la police des frontières devraient rejoindre l’unité.

Le chef des l’armée israélienne, Gadi Eizenkot, son adjoint, M. Aviv Kochavi, et d’autres hauts responsables se réuniront dans les prochains jours pour discuter de la manière d’améliorer la sécurité à Tzeelim.

Les stratégies à l’étude comprennent des patrouilles ponctuelles dans le ciel pour recueillir des renseignements sur les gangs de voleurs opérant dans la région, ainsi que l’installation de nouvelles clôtures, barrières et caméras.

La semaine dernière, des hauts responsables de la base ont également informé le commissaire de police, Roni Alsheich, venu constater sur place.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...