L’armée tire sur un suspect palestinien menotté et aveuglé qui tentait de fuir
Rechercher

L’armée tire sur un suspect palestinien menotté et aveuglé qui tentait de fuir

Les soldats, filmés, ont ensuite menacé ceux qui ont cherché à aider Osama al-Badn, 16 ans, touché par balle ; l'armée affirme qu'il a reçu un traitement médical immédiat

Un soldat de l'armée israélienne pourchasse un suspect palestinien tentant de fuir dans la ville de Tuqu, en Cisjordanie, le 18 avril 2019 (Crédit :Mohammad Hmeid)
Un soldat de l'armée israélienne pourchasse un suspect palestinien tentant de fuir dans la ville de Tuqu, en Cisjordanie, le 18 avril 2019 (Crédit :Mohammad Hmeid)

Des soldats israéliens ont ouvert le feu et grièvement blessé, la semaine dernière, un adolescent palestinien qui, menotté et les yeux bandés, tentait d’échapper à son arrestation dans le centre de la Cisjordanie.

Selon des informations reprises par les médias palestiniens, Osama al-Badn, 16 ans, a été appréhendé jeudi durant des échauffourées avec l’armée israélienne dans la ville de Tuqu, aux abords de l’implantation de Tekoa située au sud de Bethléem.

Les militaires ont précisé qu’il jetait des pierres sur les soldats et sur les civils israéliens à proximité.

Des témoins oculaires de la scène ont raconté que, peu après son arrestation, Badr a tenté de s’enfuir. Les soldats lui ont alors tiré une balle par derrière pour l’empêcher de s’échapper.

Un soldat israélien face à des Palestiniens dans la ville de Tuqu, en Cisjordanie, le 18 avril 2019. (Capture d’écran : Mohammad Hmeid)

Une partie de l’incident a été filmée par des Palestiniens qui ont déclaré aux médias israéliens que les soldats avaient initialement empêché les témoins d’évacuer Badr vers un hôpital.

« Il y avait des affrontements en cours. Les soldats l’ont saisi et l’ont retenu pendant environ 15 minutes », a déclaré Muhammad Hajaza à la Douzième chaîne.

« Les échauffourées se sont aggravées et le jeune a décidé de s’enfuir, même s’il était menotté et avait les yeux bandés », a continué Hajaza. « Le militaire qui a couru après lui a tiré sur l’adolescent avec son arme à environ 15 mètres de distance. »

#شاهد| من مسافة صفر واستخدام مسدس الاحتلال يطلق النار على شاب في بلدة تقوع ويصيبه بجروح خطيرة.

פורסם על ידי ‏‎Mohammad Hmeid‎‏ ב- יום חמישי, 18 באפריל 2019

Selon Hajaza, Badr a été touché dans le bas du corps et les soldats n’ont pas laissé les Palestiniens s’approcher de lui dans un premier temps – une affirmation vivement démentie par l’armée.

Des images de l’incident – filmées par Musa Hamid – montrent les militaires pointer une arme en direction de ceux qui tentent d’entourer l’adolescent blessé. Dans une autre séquence, un officier donne les premiers soins au jeune, aidé par une Palestinienne, tandis qu’un autre soldat pointe son arme vers des badauds qui se sont arrêtés, les avertissant de rester à distance ou « vous recevrez une balle ».

Les troupes ont fini par se retirer, autorisant le groupe de Palestiniens à emmener Badr.

Le jeune homme a été pris en charge dans un hôpital de Bethléem. Les médecins ont annoncé à l’agence de presse officielle de l’Autorité palestinienne Wafa qu’il se trouvait dans un état grave mais qu’il devrait se rétablir.

Un soldat de l’armée israélienne parle à une femme palestinienne dans la ville de Tuqu, en Cisjordanie, le 18 avril 2019. (Crédit : Mohammad Hmeid)

L’armée israélienne a confirmé l’incident de dimanche, expliquant dans une déclaration à Haaretz que les soldats avaient arrêté Badr « après de violentes émeutes et des jets de pierre en direction des forces de sécurité et des voitures israéliennes qui ont menacé la vie des civils et des troupes ».

L’armée a fait savoir que les militaires avaient utilisé des méthodes de dispersion d’émeute traditionnelles afin de venir à bout des échauffourées et a confirmé avoir ouvert le feu sur un détenu qui avait tenté de prendre la fuite, ajoutant que les forces de sécurité avaient accordé une « attention immédiate à l’adolescent » mais qu’une enquête serait néanmoins ouverte.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...