L’armée US a terminé ses premiers tests du Dôme de fer sur son sol
Rechercher

L’armée US a terminé ses premiers tests du Dôme de fer sur son sol

Le ministère de la Défense à Jérusalem a noté que des firmes israéliennes ont soutenu ces essais, au Nouveau-Mexique ; les premières batteries avaient été livrées il y a 8 mois

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Les soldats américains ont effectué leurs premiers essais du système de défense antimissile du Dôme de fer aux États-Unis au début de l’été, a annoncé le ministère israélien de la Défense, lundi.

Cela a été le tout premier test grandeur nature du système. Les soldats américains ont abattu des cibles, et notamment des drones, avec le Dôme de fer, a fait savoir le ministère. Créé initialement pour intercepter les roquettes, le Dôme de fer a depuis connu des améliorations et il est dorénavant capable d’abattre des obus de mortier, des drones et des missiles de croisière.

Sous les termes d’un accord conclu en 2019, l’État juif a vendu deux batteries du Dôme de fer aux États-Unis. Le premier a été livré à la fin de l’année 2020 et le deuxième au mois de janvier 2021. Depuis lors, l’armée américaine œuvre à intégrer le système dans son arsenal de défense aérienne.

Les tests ont été réalisés au mois de juin, dans une zone militaire utilisée pour ce type d’essai au Nouveau-Mexique, appelée White Sands. Les fabricants israéliens du Dôme de fer – Rafael, IAI Elta et mPrest – ont apporté leur aide pendant les essais, a noté le ministère.

Israël est favorable à la vente à l’étranger du Dôme de fer mais l’État juif ne souhaite pas pour autant partager les technologies brevetées qui sont à l’origine du système, de telles informations étant susceptibles d’être exploitées par les ennemis du pays.

Au mois de mars 2020, l’armée américaine s’était inquiétée du fait qu’elle n’avait pas obtenu l’accès aux codes-sources sous-jacents – ce qui, selon elle, pouvait rendre improbable l’achat de systèmes supplémentaires.

Une batterie du Dôme de fer lance un missile intercepteur pendant un essai dans la zone militaire de test White Sands au Nouveau Mexique, aux États-Unis, au mois de juin 2021. (Crédit : Ministère de la Défense)

Un porte-parole de Rafael avait indiqué au Times of Israel, au mois de septembre 2020, que la compagnie négociait de manière active de nouvelles ventes avec l’armée américaine et qu’elle estimait que les préoccupations exprimées au mois de mars n’étaient pas pertinentes.

Le porte-parole avait noté que le mois précédent, Rafael avait annoncé un nouveau partenariat avec l’entreprise américaine de Défense Raytheon visant l’établissement d’une ligne de production du Dôme de fer aux États-Unis – ce qui avait laissé entendre que d’autres accords conclus avec les Américains étaient en cours de préparation.

Le système du Dôme de fer, qui a été développé initialement au sein de l’État juif mais qui s’est ensuite significativement élargi grâce à des financements américains, est utilisé depuis presque une décennie en Israël – principalement contre les roquettes à courte-portée tirées depuis la bande de Gaza mais aussi à la frontière syrienne. Il représente le plus bas niveau de toute la gamme des systèmes de défense anti-aériens – avec la Fronde de David (qui concerne les missiles à moyenne portée) et les systèmes anti-missile à longue portée Arrow-2 et Arrow-3

Le Dôme de fer a intercepté des milliers de projectiles au cours de sa décennie de service – et encore lundi dernier, après le lancement par les groupes terroristes de la bande de Gaza de deux roquettes vers la ville de Sdérot. Une roquette a été abattue par le système tandis que la deuxième est retombée au sein de l’enclave palestinienne. Le Dôme de fer aurait permis de sauver des centaines de vies depuis sa première mise en service, en 2011.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...