L’artiste Marilee Shapiro Asher décède à 107 ans
Rechercher

L’artiste Marilee Shapiro Asher décède à 107 ans

La sculptrice a fait la une des journaux nationaux en mai après avoir survécu au coronavirus après avoir survécu à la grippe espagnole de 1918

L'artiste Marilee Asher Shapiro, chez elle le 11 novembre 2015. (Sarah L. Voisin/The Washington Post via JTA)
L'artiste Marilee Asher Shapiro, chez elle le 11 novembre 2015. (Sarah L. Voisin/The Washington Post via JTA)

JTA – Marilee Shapiro Asher, une artiste acclamée qui a survécu à la fois à la pandémie de grippe espagnole de 1918 et au COVID-19, est décédée.

Asher est décédée le 11 septembre chez elle à Washington D.C., selon une déclaration de sa famille. Elle avait 107 ans.

Asher a fait la une des journaux nationaux en mai lorsqu’elle avait survécu au COVID-19, alors que les médecins avaient dit à sa famille qu’il ne lui restait que quelques heures à vivre. Asher a fini par rentrer chez elle après cinq jours d’hospitalisation.

Elle s’était rétablie plus d’un siècle après avoir survécu à la grippe espagnole, la pandémie de 1918 qui a fait plus de 50 millions de victimes dans le monde.

Née à Chicago en 1912, Asher a commencé à étudier la sculpture en 1936. Elle a commencé à peindre quelques années après avoir déménagé à Washington, en 1943, avec son premier mari, Bernard Shapiro. Sa première exposition personnelle a eu lieu à l’American University en 1947.

En 1993, elle a épousé Robert Asher, qui est décédé en 2008.

Asher est restée une artiste en activité jusqu’à être contaminée par le coronavirus. Une exposition personnelle prévue en mai dans une galerie de Washington a été annulée en raison de la pandémie.

En 2015, elle a publié un mémoire, « Dancing in the Wonder for 102 Years ».

Asher laisse derrière elle une fille, Joan, de Washington, et un fils, Harvey, de Floride. Au lieu de fleurs, la famille demande que des dons soient faits au Capital Caring Health Hospice à Washington D.C., ou à la Fondation Elie Wiesel pour l’humanité.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...