L’assistante d’Arnon Milchan poursuit David Amsalem pour diffamation
Rechercher

L’assistante d’Arnon Milchan poursuit David Amsalem pour diffamation

Hadas Klein affirme que le chef de la coalition l'a accusée à tort de participer à une initiative visant à faire tomber Netanyahu

David Amsalem, député du Likud, à la Knesset, le 12 décembre 2016. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
David Amsalem, député du Likud, à la Knesset, le 12 décembre 2016. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Hadas Klein, l’assistante du magnat de Hollywood Arnon Milchan, soupçonné dans l’une des enquêtes pour corruption impliquant le Premier ministre Benjamin Netanyahu, aurait porté plainte pour diffamation contre le chef de la coalition qui l’avait accusée d’avoir obstrué l’enquête menée par la police.

Selon la plainte, Klein réclamerait 500 000 shekels en dommages et intérêts auprès du député David Amsalem (Likud) pour avoir « porté préjudice à sa réputation en faisant se propager des mensonges sur ses agissements », a rapporté dimanche la chaîne Hadashot.

Cette plainte serait une réponse apportée à un entretien qu’Amsalem a accordé vendredi à la radio miliaire, au cours duquel il a accusé Klein d’avoir laissé fuiter des informations sensibles concernant l’enquête – appelée « l’Affaire 1000 » – auprès du quotidien Yedioth Ahronoth.

« Il y a trois mois, j’ai ouvert le Yedioth et j’ai dû me pincer parce que je n’arrivais pas à croire ce que j’étais en train de lire », a dit Amsalem à la radio. « Dans un récit de trois pages publié dans l’édition du Shabbat, l’assistante de Milchan nous disait exactement ce qui est arrivé ».

Mais Klein affirme ne jamais avoir accordé d’interview au Yedioth, ou évoqué les détails du dossier auprès d’un média.

La plainte précise qu’Amsalem a déclaré à la radio militaire que les investigations lancées à l’encontre de Netanyahu ont été une « tentative de coup d’Etat » de la part de la police et qu’il a affirmé que Klein avait été complice dans cette initiative présumée, nuisant par conséquent à sa réputation.

Les membres de la Knesset bénéficiant d’une immunité dans les dossiers civils – tant qu’ils sont en mesure de prouver qu’ils ont agi dans le cadre de leur rôle de législateurs – il est difficile de dire quel sera l’issue de cette plainte.

Benjamin Netanyahu, Shimon Peres et le producteur Arnon Milchan lors d’une conférence de presse, en 2005 (Crédit photo: Flash90)

Au début du mois, la police a recommandé l’inculpation de Netanyahu pour pots de vin, fraude et abus de confiance pour avoir reçu des cadeaux de Milchan pour un montant de 750 000 shekels.

Les enquêteurs ont également recommandé une poursuite en justice de Milchan en raison de ses pots-de-vin présumés versés au couple Netanyahu – notamment des cigares, du champagne et des bijoux – tout en accusant le Premier ministre d’avoir favorisé des amendements législatifs sur des réductions d’impôt qui auraient pu profiter à Milchan, d’avoir mis en avant ses intérêts commerciaux et aidé à l’obtention de visas.

Netanyahu a nié toute malversation dans ce dossier (ainsi que dans un autre dans lequel il est également soupçonné de corruption), soulignant que lui et Milchan sont amis depuis des décennies et clamant qu’il a en fait prôné dans le passé des initiatives qui ont porté préjudice aux intérêts d’affaires du milliardaire.

C’est le procureur général qui prendra la décision finale sur d’éventuelles inculpations.

Marissa Newman a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...