Israël en guerre - Jour 235

Rechercher

« Grève d’avertissement » de 2 heures de l’association des médecins d’Israël

L'organisation des internes, le groupe des infirmières et les réservistes du corps médical de l'armée israélienne se joignent à l'appel à prendre des mesures contre la réforme

Des médecins manifestent contre la réforme de la justice à Tel Aviv le 18 juillet 2023. (Crédit : JACK GUEZ / AFP)
Des médecins manifestent contre la réforme de la justice à Tel Aviv le 18 juillet 2023. (Crédit : JACK GUEZ / AFP)

La direction de l’Association médicale israélienne (IMA) annonce une « grève d’avertissement » pour demain afin de protester contre le projet de loi visant à réduire le contrôle judiciaire des décisions du gouvernement.

La grève aura lieu de 8h30 à 10h30.

L’IMA déclare qu’elle fera tout son possible pour éviter d’avoir un impact négatif sur les soins aux patients.

Les soins urgents ne seront pas interrompus et les services essentiels tels que l’oncologie, la dialyse, la fécondation in vitro et les échographies pour les femmes enceintes ne seront pas non plus affectés. Les interventions chirurgicales et les procédures débutant ou programmées avant 8h30 se dérouleront comme prévu.

Hagaï Levine. (Crédit : Capture d’écran YouTube)

Dans le cadre de cette grève, auront lieu des séances d’information dans les hôpitaux et autres établissements de santé, animées par des représentants des organisations membres de l’IMA, sur les effets de la suppression du « caractère raisonnable » des décisions judiciaires sur le système de santé, la médecine, les médecins et les patients.

La coalition prévoit de finaliser la semaine prochaine un projet de loi très controversé visant à empêcher les tribunaux d’utiliser le critère du « caractère raisonnable » pour évaluer les décisions prises par le cabinet et les ministres.

Le professeur Hagaï Levine, l’un des dirigeants de l’organisation des Blouses Blanches et ancien chef de l’Association israélienne des médecins (IMA) de santé publique, affirme que « l’annulation du caractère raisonnable des décisions judiciaires entraînera des dommages mortels pour la vie humaine, le système de santé, les patients, les médecins et tous les autres membres du personnel de santé ».

« C’est pour cela que l’IMA doit prendre des mesures. C’est de la médecine préventive. »

« Il semble que demain il y aura une grève d’avertissement dans le système de santé, et si le gouvernement n’arrête pas [la refonte], nous prendrons des mesures plus sérieuses », a-t-il déclaré.

L’IMA a publié mardi après-midi un document de synthèse décrivant l’impact de la suppression du contrôle judiciaire sur le système de santé et les droits des patients.

Le document indique que sans contrôle judiciaire, la loi sur l’assurance santé nationale pourrait être mise en œuvre de manière déraisonnable ou inéquitable, nuire à la qualité de la prise en charge médicale, avoir un impact sur la mise à jour des médicaments et des traitements fournis, avoir un impact sur le budget et sur la capacité d’un individu à recevoir des médicaments et des soins vitaux.

Le gouvernement aurait le dernier mot sur l’allocation du budget des soins de santé, sans tenir compte des éventuels préjudices qui en résulteraient pour les patients.

« Sans contrôle judiciaire, il serait également impossible de faire appel aux tribunaux sur les priorités concernant les allocations de soins de santé du gouvernement et le préjudice subi par les patients en raison des préférences d’allocation du gouvernement », indique le document.

Ces décisions pourraient être prises par les ministres du gouvernement qui pourraient procéder à des nominations « indignes, non professionnelles et politiques », qu’il serait impossible de contester par le biais du système judiciaire.

L’IMA a également prévenu qu’en l’absence du critère judiciaire du caractère raisonnable, il serait impossible de faire appel aux tribunaux en ce qui concerne la privatisation de la médecine et la qualité des soins fournis par des entités privées au nom du gouvernement.

L’IMA a également exprimé l’opinion que l’annulation ou la réduction du caractère raisonnable pourrait conduire à une érosion de la qualité de la formation du personnel médical et des exigences en matière d’autorisation, mettant ainsi en danger la santé et la sécurité des patients.

À la suite d’une réunion de dimanche de la direction de l’association représentant les internes en médecine, MIRSHAM, il a été annoncé qu’elle mettait de côté ses divergences avec l’IMA pour se joindre à la lutte contre la législation proposée.

L’organisation estime que la législation portera atteinte aux droits des résidents individuellement, collectivement et en tant qu’organisation professionnelle.

Il a été conclu que la réforme porterait atteinte aux droits des internes individuellement, collectivement et en tant qu’organisation professionnelle, et que l’association ne resterait pas inactive face à l’impact négatif sur les droits des médecins et des patients.

MIRSHAM est particulièrement préoccupé par la façon dont l’élimination proposée de la raisonnabilité judiciaire affecterait la lutte des internes pour réduire la durée de leurs gardes, qui durent actuellement 26 heures, à 18 heures. La mise en œuvre d’un plan visant à réduire progressivement la durée des gardes a déjà été retardée et les résidents craignent qu’en cas d’adoption d’une nouvelle législation, ils ne disposent d’aucun recours juridique.

« Nous demandons à l’IMA d’utiliser son pouvoir d’organisation et de ne pas rester les bras croisés pendant les jours critiques à venir », a déclaré le groupe d’internes

Jeudi dernier, le groupe de protestation Infirmières en lutte a demandé à l’Association des infirmières israéliennes d’annoncer officiellement qu’elle se joindrait à l’IMA pour faire grève, arguant que la législation proposée porterait atteinte aux droits des patients.

« Il est de notre responsabilité de nous tenir aux côtés des patients, sans parti pris ni discrimination, et d’agir avec force pour défendre la valeur de la dignité humaine », a déclaré l’association.

Illustration : des soldats du corps médical de Tsahal lors d’un exercice d’entraînement dans la brigade régionale du nord de Gaza, le 16 mars 2015. (Crédit : Unité du porte-parole de Tsahal)

Selon Doctors Only, un site d’information en hébreu destiné à la communauté médicale israélienne, des médecins, des auxiliaires médicaux et des responsables de la santé mentale dans les réserves actives de Tsahal ont envoyé des lettres au médecin en chef de l’armée, le général de brigade Elon Glassberg, indiquant qu’ils refuseraient de se présenter à leur poste.

Certaines de ces lettres ont été publiées dans un groupe WhatsApp de 600 professionnels de la santé de réserve opposés aux actions du gouvernement. Le groupe a mis en garde le gouvernement contre les « dommages irréversibles causés à l’état de préparation du corps médical de Tsahal » et a demandé « l’arrêt immédiat de la législation et la réparation des ruptures qui ont été causées [dans la société] ».

Certains réservistes ont écrit qu’ils étaient moralement déchirés à l’idée de prendre leur décision, tandis que d’autres n’ont exprimé aucun doute.

« C’est avec une grande tristesse que je vous informe que je vais cesser mes services bénévoles dans les réserves à la lumière du ‘coup d’État’ dans le pays », a écrit un médecin. « Depuis que j’ai immigré en Israël pour des raisons sionistes, j’ai servi chaque année – dans le cadre du service obligatoire, dans les réserves et pendant de nombreuses années en tant que bénévole. Je ne suis pas disposé à me porter volontaire pour l’armée d’un État qui marche vers la non-démocratie. Si la législation en faveur d’un « coup d’État » s’arrête, je serai prêt à effectuer mon service de réserve en cas de besoin.

Un autre médecin réserviste a écrit que « compte tenu de l’échec des négociations entre la coalition et l’opposition, et surtout de la législation antidémocratique (qui doit cesser immédiatement), je ne me porterai plus volontaire pour les réserves… Tant que la situation n’aura pas changé de manière significative, je ne servirai pas, et je ne suis pas du tout préoccupé par la possibilité d’être envoyé dans une prison militaire ».

Zion Hagay. (Crédit : Capture d’écran YouTube ; utilisée conformément à la clause 27a de la loi sur le droit d’auteur)

Doctors Only a également rapporté qu’à l’inverse, un groupe de médecins se faisant appeler le Sane Physicians Forum a annoncé qu’il était opposé à toute grève et s’est excusé auprès du public pour ce qu’il a qualifié de « petit groupe de nos collègues agissant de manière scandaleuse… et basée sur la désinformation ».

« Nous, des centaines de médecins – la plupart d’entre nous membres de l’IMA, et certains qui l’ont quittée lorsqu’elle a commencé à prendre une position politique – considérons avec tristesse et choc les menaces de grève et de paralysie du système de santé proférées par les dirigeants de l’IMA », a-t-il déclaré dans un communiqué publié sur WhatsApp.

Photo d’illustration : Des médecins et des infirmières soignent un malade au centre médical Wolfson de Holon (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

« Nous appelons à la séparation complète de l’opinion politique et de la pratique professionnelle », a déclaré le forum.

De nombreux médecins et autres professionnels de la santé ont pris part aux manifestations en faveur de la démocratie et contre les réformes judiciaires depuis leur début il y a six mois.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.