L’astronome israélien de Harvard gravite dans ses recherches interstellaires
Rechercher

L’astronome israélien de Harvard gravite dans ses recherches interstellaires

A l'occasion du 50e anniversaire de l'alunissage d'Apollo 11, le professeur Avi Loeb nourrit avec défi l'espoir que l'humanité rencontrera d'autres formes de vie dans l'univers

Le Professeur Avi Loeb dans son bureau à Harvard. Son fond d'écran contient une photo de Proxima Centauri, l'étoile la plus proche de notre Soleil. (Rich Tenorio/Times of Israel)
Le Professeur Avi Loeb dans son bureau à Harvard. Son fond d'écran contient une photo de Proxima Centauri, l'étoile la plus proche de notre Soleil. (Rich Tenorio/Times of Israel)

CAMBRIDGE, Massachusetts – Pour la dernière journée du cours d’astronomie d’Avi Loeb, professeur à Harvard, il a posé deux questions aux élèves de première année.

Si un vaisseau spatial atterrissait sur Terre et que des extraterrestres amis vous offraient un billet aller simple pour les rejoindre dans l’espace extra-atmosphérique, monteriez-vous à bord avec eux ? Et si vous aviez la chance de voyager dans un trou noir sans perspectives de survie, accepteriez-vous ?

La question du trou noir a reçu peu de réponses parmi les étudiants « à moins que ce ne soit leur dernière heure », a déclaré Loeb, qui est le président du département d’astronomie de Harvard.

Mais à sa grande surprise, un grand nombre d’élèves de la classe « voyagerait avec les extraterrestres tant qu’ils pourraient le partager sur les réseaux sociaux avec leurs amis », se rappelle-t-il.

« C’était très étrange », dit-il. « Qui se soucie des réseaux sociaux quand on est entouré d’aliens ? »

Ces questions peuvent sembler hypothétiques, mais Loeb s’efforce de rapprocher les scénarios de la réalité. Scientifique mondialement reconnu et respecté qui a grandi dans un petit moshav (village communautaire) près de Tel Aviv, Loeb dit que deux objets interstellaires sont entrés dans notre système solaire au cours des cinq dernières années – un météore en 2014 et un objet en crêpe beaucoup plus grand appelé ‘Oumuamua, (« voyageur » en Hawaïen), en 2017. Ce sont les deux premières fois que l’humanité a jamais enregistré des objets interstellaires, affirme-t-il, ajoutant que des objets similaires pourraient agir comme des vaisseaux transportant la vie d’autres systèmes solaires vers le nôtre.

Avi Loeb dans son bureau à Harvard. (Rich Tenorio/Times of Israel)

« La question scientifique la plus importante que l’on puisse se poser est peut-être : ‘Sommes-nous seuls’ ? », a-t-il déclaré au Times of Israel lors d’une interview accordée à son bureau sur le campus.

Si la vie était découverte ailleurs dans l’univers, soit primitive, soit intelligente, dit Loeb, « je pense que l’effet sur notre civilisation serait considérable. Cela changerait notre perception de notre place dans le monde et mènerait à de nouveaux domaines d’étude et de recherche dans presque tout ce que nous faisons. »

La question scientifique la plus importante qu’on puisse se poser est peut-être : ‘Sommes-nous seuls’ ?

Lorsqu’il n’est pas en train de secouer la science avec ses recherches personnelles, Loeb dirige et participe à des projets de groupe innovateurs tels que la Black Hole Initiative, dont il est le directeur fondateur, basée à Harvard.

En avril, les scientifiques de l’initiative ont participé à l’analyse des premières images enregistrées d’un trou noir, captées par le télescope Event Horizon qui ont fait la première page des journaux du monde entier.

Les scientifiques ont révélé la toute première image d’un trou noir après avoir assemblé les données recueillies par un réseau de radiotélescopes à travers le monde. L’image a été diffusée le 10 avril 2019 par le télescope Event Horizon. (Event Horizon Telescope Collaboration/Maunakea Observatories via AP)

C’est une époque enivrante pour Loeb, mais il se décrit lui-même comme le même penseur hors du commun qui remonte à l’époque où il était un jeune Israélien qui ramassait des œufs dans une ferme et qui envisageait une carrière en philosophie. Pourtant, même à l’époque, il y avait une autre constante dans la vie de Loeb : il ne pouvait s’arrêter de regarder le ciel.

Regarder en l’air, de manière originale.

Le ciel était à peine visible par un après-midi couvert de mai lorsque Loeb s’est assis pour discuter au Harvard-Smithsonian Center for Astrophysics.

Cecilia Payne-Gaposchkin de l’ancien observatoire du Harvard College. (Smithsonian Institute/ Domaine public)

Anciennement connu sous le nom d’observatoire du Harvard College, le centre a été fréquenté par Albert Einstein, qui a posé l’existence de trous noirs dans sa théorie de la relativité de 1916. Le salon de thé Einstein commémore la visite du célèbre scientifique.

L’un des projets actuels du centre est la numérisation de la recherche des volontaires féminines qui y ont effectué des recherches sur des données astronomiques vitales aux 19e et 20e siècles. Cecilia Payne-Gaposchkin, qui a été la première personne à décrocher un doctorat en astronomie à Harvard pour avoir découvert que l’atmosphère du Soleil est en grande partie composée d’hydrogène, ce qui contredisait la vision dominante de l’époque.

En général, les scientifiques ne doivent pas avoir peur de remettre en question la pensée dominante, même si elle suscite des critiques, dit M. Loeb.

« Les gens devraient avoir l’esprit ouvert », a-t-il dit. « Il m’a fallu un certain temps [pour développer] une peau assez épaisse… J’ai quelques rôles de leadership, mais je n’ai pas besoin de cette assurance. J’ai confiance en mon instinct. Je n’ai jamais eu trop de réaction négative. »

Pourtant, les recherches de Loeb suscitent parfois des débats aussi intenses que n’importe quel match de tennis sur les courts à l’extérieur de son bureau. Lorsqu’il a postulé que l’Oumuamua de 100 mètres de long pourrait être une sonde extraterrestre, ou un débris spatial d’une civilisation extraterrestre, ses collègues ont répondu que ce pourrait être une comète. Un nouvel article publié le 1er juillet dans la prestigieuse revue Nature Astronomy émet l’hypothèse que ‘Oumuamua est un phénomène purement naturel. Semblable à l’idée que Jupiter a créé le nuage d’Oort à la limite de notre système solaire, l’astéroïde interstellaire se trouvait dans un système avec une planète géante gazeuse orbitant autour d’une étoile et l’orbite aurait pu éjecter ‘Oumuamua.

« En tant que premier visiteur interstellaire de notre système solaire, ‘Oumuamua a remis en question bon nombre de nos hypothèses sur l’apparence des petits corps d’un autre système solaire. Bien que ‘Oumuamua présente un certain nombre de questions fascinantes, nous avons montré que l’on peut répondre à chacune d’elles en supposant que ‘Oumuamua est un objet naturel », ont écrit les auteurs de l’article.

Dans un courriel de réponse au Times of Israel, Loeb écrit qu’il n’y a « aucune nouvelle preuve scientifique dans cet article », le qualifiant d’“essai d’opinion” dont les conclusions ont été réfutées par ses précédentes publications sur ‘Oumuamua ainsi que par un article de Zdènek Sekanina publié en mai par la Cornell University.

Un va-et-vient distinct avec l’opinion scientifique dominante impliquait un autre objet interstellaire possible. Cette fois, les choses sont allées jusqu’à la Maison Blanche et Los Alamos avant d’être résolues à la satisfaction de Loeb.

Tout a commencé plus tôt cette année, lorsque Loeb et son assistant de premier cycle de Harvard, Amir Siraj, ont examiné les données publiques de l’armée américaine concernant les impacts mondiaux de météorites au cours des 30 dernières années. L’un d’eux en particulier a attiré leur attention – un objet d’un mètre de long qui a brûlé au-dessus de la Papouasie-Nouvelle-Guinée le 8 janvier 2014.

À 60 kilomètres par seconde, il se déplaçait assez vite pour venir de l’extérieur de notre système solaire, dit Loeb. Il s’agirait du premier objet interstellaire jamais enregistré, précédant ‘Oumuamua de près de quatre ans.

Une illustration de ‘Oumuamua, le premier objet que nous avons vu passer à travers notre propre système solaire qui a des origines interstellaires. (NASA Goddard Center/CC-SA-2.0)

Ce qui intrigue Loeb, c’est l’origine exacte du météore. Il postule qu’il y a des « régions habitables autour de l’espace profond », des planètes avec de l’eau liquide où la vie pourrait se développer, et il est fasciné par la théorie de la panspermie, qui suppose que la vie peut être transférée par des météores d’un système solaire à un autre.

Loeb note que pour que la vie dans un météore survive, « il faut un objet plus grand ». Cependant, les grands météores sont plus rares, « un par série de giga-années, des milliards d’années », dit-il. Pourtant, selon Loeb, un tel météore pourrait « semer la vie partout sur Terre ».

Quant au petit météore suivi par l’armée américaine, il y avait un problème : ses données n’avaient pas été entièrement déclassifiées. Notamment, a dit M. Loeb, l’armée n’a pas divulgué les barres d’erreur, ni les mesures de l’incertitude. Tout en reconnaissant les considérations de sécurité nationale en cause, il a lancé un appel pour plus d’informations de la part de « personnes qui pourraient savoir, juste pour cet objet, au moins le minimum, s’il était lié ou non au soleil ».

Plusieurs semaines après s’être entretenu avec le Times of Israel, Loeb a fini par trouver l’information qu’il cherchait grâce à deux responsables de Los Alamos : Alan Hurd, du National Security Information Center du laboratoire, et Matt Heavner, gestionnaire du programme de sciences des données de la division Global Security, Intelligence & Emerging Threats de Los Alamos. Avec l’aide de l’Office of Science and Technology Policy de la Maison Blanche, Loeb a finalement appris le degré d’incertitude du calcul de la vitesse du météore par la personne qui l’avait analysé en 2014.

« La barre d’erreur déclassifiée laissait entendre que le météore arrivait de l’espace interstellaire avec une confiance statistique de 99,999 [pour cent] », a écrit Loeb dans un article daté du 4 juin, ajoutant que cela le confortait devant les critiques de collègues qui ont dit « que les nouveaux résultats sont rares et que le conservatisme est une approche sûre pour éviter les erreurs et maintenir une bonne réputation ».

Un météore Perséide sillonnant le ciel californien en 2010. (Crédit photo : CC-BY-SA Ian Alexander Norman, Flickr)

Regard holistique sur les trous noirs

Loeb n’est pas toujours un loup solitaire qui combat la meute. Il dit que les équipes peuvent bien travailler en science. À titre d’exemple, il cite le Black Hole Initiative, qu’il qualifie d’unique sur deux plans : c’est le seul centre de recherche consacré à l’étude des trous noirs, et il le fait par une approche multidisciplinaire intégrant philosophie et mathématiques en plus de l’astronomie et la physique. Il qualifie ses travaux d’essentiels à l’effort international visant à enregistrer la toute première image d’un trou noir de la galaxie Messier 87 (M87). Le télescope Event Horizon a réalisé ce projet en avril.

Lorsque Loeb a commencé sa carrière scientifique il y a 30 ans, « la plupart des astronomes travaillaient seuls ou au sein de très petites équipes », dit-il, alors que l’EHT représente maintenant « des centaines de personnes… autour du globe, utilisant la Terre entière comme un grand télescope, avec des stations à ouverture sur différents continents ».

« C’est une nouvelle ère », dit-il.

Pourtant, Loeb se souvient d’un effort d’équipe antérieur qui l’a inspiré à l’âge de 7 ans : l’alunissage d’Apollo 11 le 20 juillet 1969, qui marquera son 50e anniversaire ce mois-ci. La famille de Loeb a été la première dans son village à avoir un poste de télévision et il se souvient de l’excitation de cette journée.

Bien qu’il n’ait jamais voulu devenir astronaute lui-même (et qu’il n’aime pas la science-fiction pour son mépris des lois de la physique), un intérêt pour la science l’a poussé à participer au prestigieux programme Talpiyot de l’armée israélienne, puis à des postes de professeurs aux États-Unis, d’abord à Princeton et maintenant à Harvard. Il est aussi devenu mari et père.

Buzz Aldrin lors de l’alunissage d’Apollo 11 en 1969. (WikiImages/Pixabay)

Le monde marque un demi-siècle depuis l’alunissage qui a fasciné Loeb dans sa jeunesse. Il déplore les occasions manquées au cours des dernières décennies – « au cours des 50 dernières années, il n’y a pas eu un autre projet spatial visionnaire », a-t-il dit. « Je pense que le public en a vraiment envie. »

Aujourd’hui, il y a un florilège d’initiatives de ce genre. Certaines sont dirigées par des gouvernements d’États, dont les États-Unis et la Chine. D’autres sont des entreprises financées par des fonds privés, comme les projets distincts des milliardaires Jeff Bezos et Elon Musk. Loeb a suivi les efforts israéliens pour faire atterrir le satellite Bereshit sur la lune plus tôt cette année. Bien que Bereshit ait explosé après avoir atteint la lune, Loeb a fait l’éloge du projet dans une interview télévisée en hébreu.

« Je l’ai commenté immédiatement après le discours de Bibi, a-t-il dit, en faisant référence au Premier ministre Benjamin Netanyahu. « C’est une source de grande fierté pour Israël, l’un des quatre pays qui sont allés sur la lune et le premier qui l’a fait par l’intermédiaire du secteur privé… Je pense que c’est un grand jalon, un jalon important, qu’Israël a fait. Elle a l’intelligence, la puissance et l’innovation nécessaires pour être un chef de file dans le domaine de la technologie spatiale. J’espère vivement que le projet se poursuivra sous cette forme. Je ferai de mon mieux pour les aider. »

Le vaisseau spatial Beresheet photographié avant son lancement. (Avec l’aimable autorisation de Israel Aerospace Industry)

Il y a 50 ans, quand Neil Armstrong a posé le pied sur la lune, il a dit : « C’est un petit pas pour l’homme, un grand pas pour l’humanité. » Loeb est prêt à aider l’humanité à faire de futurs pas de géant – notamment grâce à l’initiative Breakthrough Starshot, qui espère faire le « premier pas hors du système solaire pour notre civilisation », a-t-il dit.

« J’espère qu’une fois que nous serons partis, nous rencontrerons beaucoup de circulation et que nous recevrons des nouvelles d’un système solaire, ‘Bienvenue au club interstellaire' ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...