L’ATI met en scène un ancien actionnaire d’options binaires dans une pub
Rechercher

L’ATI met en scène un ancien actionnaire d’options binaires dans une pub

L'Autorité israélienne des Titres présente un clip dans lequel l'entraîneur de basket Pini Gershon en est la vedette alors qu'il était un acteur important de l'industrie

Simona Weinglass est journaliste d'investigation au Times of Israël

Une capture d'écran tirée d'une vidéo de YouTube dans laquelle le coach de basketball Pini Gershon, ancien propriétaire d'une société d'options binaires, met en garde le public contre les investissements qui semblent trop beaux pour être vrais.
Une capture d'écran tirée d'une vidéo de YouTube dans laquelle le coach de basketball Pini Gershon, ancien propriétaire d'une société d'options binaires, met en garde le public contre les investissements qui semblent trop beaux pour être vrais.

L’Autorité israélienne des Titres a été ridiculisée la semaine dernière, lorsqu’il a été révélé qu’un célèbre entraîneur de basket-ball recruté pour jouer dans une campagne publicitaire mettant en garde le public contre les investissements frauduleux avait été le propriétaire d’une société d’options binaires.

Le 15 janvier, l’Autorité israélienne des Titres a lancé une série de publicités sur YouTube destinées à mettre en garde le public contre les offres d’investissement qui semblent trop belles pour être vraies.

Un de ces clips mettait en vedette le chef cuisinier Omer Miller et un autre mettait en vedette Pini Gershon, qui a remporté trois championnats d’Europe en tant qu’entraîneur de l’équipe de basket-ball Maccabi Tel Aviv.

« Quand il s’agit d’argent, dit M. Gershon dans la publicité, au milieu d’un terrain de basket-ball, assurez-vous de jouer intelligemment. Est-ce qu’on vous offre des rendements garantis, rapides et très élevés ? Est-ce qu’ils jouent un jeu agressif et à haute pression, vous disant que vous pouvez gagner beaucoup d’argent rapidement ? Si c’est le cas faites une pause. »

Alors que Gershon est une célébrité admirée pour ses accomplissements en tant que coach, peu d’Israéliens savent qu’il a été à un moment donné un important actionnaire de la société d’options binaires EZTD Inc, qui gérait les sites EZTrader.com et GlobalOption.com. et a été accusé par la Securities and Exchange Commission des États-Unis en 2016 de démarcher illégalement et d’induire en erreur plus de 4 000 clients établis aux États-Unis et d’avoir causé la ruine de presque tous les clients.

EZTrader a dû payer 1,7 million de dollars d’amendes et d’indemnisation aux victimes.

Gershon était également actionnaire de B Option, un site d’options binaires ciblant les Israéliens. Le site Web d’EZTrader est toujours opérationnel, bien que l’entreprise ait subi de nombreux revers et restructurations au cours de l’année écoulée. A son apogée, EZTrader a sponsorisé plusieurs équipes de football européennes.

Peu après le lancement de la campagne de l’Autorité israélienne des Titres, le journaliste d’investigation Dotan Malach du journal Makor Rishon lui a demandé pourquoi elle avait choisi un ancien propriétaire d’une société d’options binaires comme porte-parole de sa campagne. L’Autorité israélienne des Titres a rapidement retiré la vidéo de YouTube.

« Entendre Gershon dire : ‘Est-ce qu’on vous offre des rendements garantis, rapides et très élevés ? Est-ce qu’ils jouent à un jeu agressif et à haute pression, te disant que tu peux gagner beaucoup d’argent rapidement ? » est une mauvaise blague et un très mauvais choix de la part de l’Autorité israélienne des Titres, qui a finalement décidé de mettre en garde le public, mais a choisi comme porte-parole quelqu’un qui a fait exactement ce qu’elle dénonce », a écrit Malach dans Makor Rishon le 23 janvier.

Malach a été l’un des premiers journalistes à dénoncer l’industrie israélienne des options binaires, dans un rapport d’enquête en hébreu de février 2016.

En réponse à Malach, l’Autorité israélienne des Titres a écrit : « L’Autorité israélienne des Titres s’emploie à sensibiliser le public aux structures de placement non réglementés et à mettre en garde contre les risques inhérents. Afin d’atteindre un public aussi large que possible, nous avons été aidés par l’entraîneur de basket-ball Pini Gershon et le chef cuisinier Omer Miller afin qu’ils puissent expliquer les dangers de ces investissements au public à travers des métaphores du sport et de la nourriture. En plus d’être l’ancien entraîneur de Maccabi Tel Aviv qui a mené l’équipe aux championnats, il a été personnellement victime d’une arnaque et de ce genre, et il a fait passer un message implicite dans la vidéo concernant les investissements non réglementés. »

L’Autorité israélienne des Titres faisait référence à une escroquerie très médiatisée d’investissement immobilier de 2013 dans laquelle un tribunal a déterminé que Gershon et d’autres avaient été arnaqués à hauteur de 3 millions de shekels.

Les options binaires sont une industrie frauduleuse qui a prospéré en Israël pendant plus de 10 ans et qui employait des milliers d’Israéliens. Seule une poignée de responsables des options binaires ont été arrêtés et pas un seul n’a été mis en accusation, malgré le fait que cette activité ait rapporté entre 5 et 10 milliards de dollars par an, selon des organismes de répression des fraudes étrangers.

Le 23 octobre, à la suite des pressions exercées par les gouvernements étrangers et des reportages du Times of Israel sur la question, la Knesset a voté à l’unanimité pour interdire l’ensemble de l’industrie israélienne des options binaires. La loi est entrée en vigueur le 26 janvier.

De nombreuses sociétés israéliennes d’options binaires ont maintenant déplacé leurs centres d’appels à l’étranger, tandis que certaines continuent d’exploiter des centres d’appels et des plates-formes de négociation en ligne à partir d’Israël, offrant le forex, CFDs, monnaies virtuelles ou d’autres produits financiers en lieu et place des options binaires. Plus tôt ce mois-ci, une équipe du FBI est arrivée en Israël, pour visiter les bureaux de SpotOption, un hébergeur de plate-forme d’options binaires, et interroger d’autres suspects.

Dans une interview de novembre 2017, Shmuel Hauser, alors président de l’Autorité israélienne des Titres, a déclaré au Times of Israel que l’Autorité n’avait pas le pouvoir d’aider les victimes de fraude par options binaires à récupérer leur argent.

Le chef de l’Autorité des titres israélienne Shmuel Hauser lors d’une conférence à Jérusalem le 19 juin 2017 (Crédit : Yossi Zeliger/Flash90)

« Nous n’avons pas de pouvoir civil comme la Securities and Exchange Commission des États-Unis. Même dans le cas d’autres types de fraudes que nous avons poursuivis, lorsque l’auteur de l’infraction va en prison, l’argent ne revient pas à la victime. Une victime qui veut récupérer son argent doit intenter un recours collectif. »

À l’époque, Sharona Mazlian-Levy, la porte-parole de l’Autorité israélienne des Titres, avait déclaré au Times of Israel que la prochaine campagne de sensibilisation des investisseurs de l’Autorité, était l’un des moyens prévus par le régulateur israélien pour aider le public à éviter d’être pris au piège dans l’avenir.

Nimrod Asif, un avocat des victimes des options binaires et du forex, qui a longtemps critiqué l’inaction de l’Autorité israélienne des Titres sur la fraude des options binaires, a déclaré que l’Autorité « devrait parler moins et agir plus. La nouvelle loi confère à l’ATI de vastes pouvoirs d’enquête et de répression et elle devrait les utiliser. L’ATI a maintenant, et a toujours eu, l’autorité d’agir contre le forex et les industries des options binaires. Il est scandaleux que la plus importante mesure coercitive contre cette industrie – en Israël – ait été prise non pas par les autorités israéliennes, mais par le FBI. »

La vidéo mettant en vedette Pini Gershon peut être vue ici.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...